Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 10:20

Toujours dans l'affaire DSK, c'est un peu agaçant d'entendre tout et n'importe quoi sur le fonctionnement de la justice américaine (ou la police, d'ailleurs) comme si personne n'avait vu de films policiers ou de procès - genre si cher au cinéma américain.

Rappelons tout de même pour débuter qu'aux USA, la justice est affaire d'Etats (au sens large, car il y a aussi une justice fédérale), et même de county, que très souvent les juges, policiers et D.A. (équivalant à Procureur) sont élus, que le pénal et le civil font l'objet de procès distincts (rappelez-vous O.J. Simpson acquitté au pénal mais condamné au civil à payer de très lourds dommages et intérêts), que le 'perp walk' qui a tant choqué est une pratique assez répandue et instituée d'office à New York par Giuliani lors de l'arrestation de grands dirigeants d'entreprise pour des affaires de fraude financière, justement pour bien souligner que les puissants n'avaient aucune mansuétude à attendre (*). Plaider non coupable entraîne un procès avec jury, plaider coupable rend possible (mais pas dans tous les counties, ni même tous les Etats) le plea bargain, c'est-à-dire la possibilité, moyennant l'accord du tribunal, de réduire les chefs d'accusation, d'en retrancher, et, plus généralement de "s'entendre" entre la défense et l'accusation. 90% des procès criminels aux USA se déroulent avec plea bargaining, mais rien n'oblige un D.A. à faire une telle proposition ; s'il fait carrière sur son nombre de condamnations, il a certainement intérêt (il ne risque pas de perdre), par contre s'il veut se couvrir de gloire, il préférera que l'accusé plaide non coupable. Ce plea bargain est porté au pinnacle par certains et honni (pour des raisons contradictoires, d'ailleurs) par d'autres.

 

(*) la fameuse loi Guigou dont on se gargarise en France a justement été votée à la demande des politiciens et des "grands hommes" qui se faisaient arrêter à la pelle dans ces années-là et qui ont obtenu l'interdiction de publier leur portrait dans des circonstances désagréables - mais pas l'interdiction pour la police de montrer les personnes arrêtées et/ou inculpées, ce qui est d'une hypocrisie certaine. En Belgique, au moins, une telle interdiction existe et est assez bien respectée. Quant à cette "présomption d'innocence" si puissamment claironnée, elle n'a de valeur que si le secret de l'instruction est garanti, et on sait ce qu'il en est ! Le système accusatoire américain me semble beaucoup plus respectueux de cette fameuse présomption d'innocence, la défense et l'accusation étant réellement sur le même pied, si le juge joue correctement son rôle d'arbitre bien entendu. Je sais que c'est un point très discuté.

 

 

 

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 15:34

Mais cette étude du GIEC a un grand mérite, celui de mieux nous éclairer sur l'idéologie de tout le groupe. Car enfin, lorsqu'on clame que la Terre brûle, qu'il est moins une, voire déjà trop tard, si l'on croit vraiment que les rejets anthropiques de GES - et spécialement de CO2 - provoquent des cataclysmes, que répondre (sans oser évidemment aller jusqu'à dire "on arrête tout") ? Une bonne réponse serait de commencer par "décarboner" l'énergie, là, tout de suite. Mais ce n'est pas la position de nos braves militants, eux, ils ont décidé qu'il y avait de bonnes énergies et de mauvaises énergies. En Australie, en Chine, en Pologne, en Inde, en Afrique du Sud, la production de 70 à 90% de chauffage et d'électricité se fait en brûlant du charbon - très bon marché mais très polluant, et gros émetteur de CO2. Pas un seul scénario du GIEC n'envisage le nucléaire, pas un seul scénario n'envisage la substitution du charbon par le gaz, et spécialement le gaz de schiste. Non, il faut des "renouvelables", dont la biomasse (j'ai dit ce que j'en pensais) et d'autres technologies un peu abracadabrantes comme les usines marémotrices, ça ce sont les bonnes, même s'il faut dépenser des milliers de milliards et attendre des décennies pour les développer. Et pendant ce temps la Terre brûle, n'est-ce pas ? On ne peut pas plaider Fukushima, les auteurs n'avaient pas de boule de cristal, mais, je le répète, avec des lead authors membres de Greenpeace ou assimilé...

 

En fait, ce rapport prend les sources d'énergie qui couvrent actuellement 12-13% des besoins planétaires et n'envisage que de développer celles-là, en complète contradiction avec son message principal : réduire le CO2. Bouh, le vilain nucléaire ! Nous, au GIEC, on sait ce qui est bon pour la Terre. Bouh, le vilain gaz de schiste ! Nous, au GIEC, on sait ce qui est bon pour vous (comme brûler de la bouse de vache) et on vous apprendra comment transformer les subsides en biocarburants.

 

Une fois de plus, on constate que le GIEC n'est pas piloté par des scientifiques, mais par des politiciens et des idéologues.

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 09:19

C'est tout de même le grrrrrand philosophe Jean-François Kahn qui décroche la médaille d'or de la muflerie ; à l'en croire, Strauss-Kahn n'aurait fait que "trousser une soubrette", un geste tellement courant et traditionnel qu'on ne peut lui en tenir rigueur. Comme disait si bien Jack Lang "après tout, il n'y a pas mort d'homme...". Voilà où on en arrive par esprit de corps, par humeur partisane, par militantisme(*)(**). Je suis de son bord, il est du mien, donc il ne peut avoir commis de crime, ou ce crime doit donc n'en être pas un, et d'ailleurs c'est un coup du KGB proclame très haut un autre PS éminent, Claude Bartolone, tandis que Manuel Valls - qu'on avait connu mieux inspiré - clame sa grande indignation, mais attention, pas contre ceux qui dérapent, non non, contre ceux qui dénoncent les dérapages ! Et assiste à un débat tout en se scandalisant des "débats absurdes". On se souvient du "Messieurs les censeurs, bonsoir !" - a vrai dire, je m'attendais à ce que Valls imite Clavel...

 

(*)je ne m'attarderai pas sur les âneries habituelles de BHL, sauf qu'ici elles prennent un tour assez abject -"J'en veux, ce matin, au juge américain qui [...] a fait semblant de penser qu'il était un justiciable comme un autre. "

(**) voir cependant le point de vue de Sceptique.

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 13:49

Mardi, sur France Inter, Robert Badinter a dénoncé "une mise à mort médiatique" de DSK. L' ancien ministre de la justice aurait "aimé l'égalité des armes" entre "l'accusatrice" et "le présumé innocent" : "On dit 'c'est la justice égale pour tous'. Plaisanterie, dérision ! En vérité, quand Strauss-Kahn est là assis au milieu des autres, il est ravalé délibérément au rang de dealer." "Où est l'égalité des chances quand en effet l'accusatrice dit 'je suis la victime' et qu'on la protège et DSK répond 'je plaide non coupable' et on l'accable ?", a-t-il plaidé.

 

Et-ce que je suis vraiment le seul à être abasourdi par ce propos d'un ancien Ministre de la Justice ? Il faudrait avoir plus d'égards pour un candidat potentiel  PS à la Présidence de la République, ancien ministre, Président du FMI etc. présumé coupable de tentative de viol que pour un quelconque citoyen présumé dealer ? Ils sont tous "au milieu des autres", M. Badinter, aux USA chacun attend son tour, c'était la même chose pour les protagonistes du scandale Enron. Mais il est vrai que le citoyen lambda présumé dealer n'a pas pour les défendre les vedettes du barreau... Là, peut-être, pourrait-on voir que la justice n'est pas vraiment la même pour tous, n'est-ce pas, Monsieur l'ex-avocat ? Et c'est tout juste si M. Badinter ne dit pas que l'accusatrice pourrait tout simplement mentir, mais il le donne évidemment à penser ; après tout, ce n'est qu'une petite Africaine sans le sou... ce que ne vont évidemment pas manquer de proclamer les avocats de la défense. Et qu'on la "protège" (en fait qu'on l'isole) lui semble donc scandaleux, à cet ex-Garde des Sceaux ? Que n'a-t-il pas utilisé son ministère pour faire abolir complètement la garde à vue, car c'est tout de même la situation où se trouve DSK pour l'instant, qu'on n'accable pas, qu'on va faire passer devant un Grand Jury comme chaque suspect. Il ne faut pas non plus prendre M. Badinter pour un naïf qui ignorerait que "plaider non coupable" est un acte technique et n'est en rien une protestation d'innocence.

 

Le mot nauséabond est très à la mode et je l'évite comme je peux, mais ici il s'impose à moi.

Repost 0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 20:57

Et, évidemment, la présomption d'innocence, fondamentale (que je sois un bon supporter de DSK n'a rien à y voir). Mais ce qui me fait sourire (jaune), c'est la grande scandalisation contre les maudits Yankees qui se repaissent de l'arrestation médiatique du Frenchie. Les rascals ! Quand c'est un citoyen lambda qui se fait arrêter (et les tabloids du pays se font un grand plaisir de montrer les images dudit citoyen lambda menotté), on ne les entend pas très fort. Le Monde, lui-même ne s'est pas fait faute de montrer ces images qui devraient lui valoir - selon une jurisprudence constante, comme on dit - de gros et gras dommages et intérêts, ce que j'espère vraiment. Et à ces justes de faire des gorges chaudes sur le moralisme US, de se révolter contre une telle attitude, en oubliant commodément leurs réactions sur les scandales des hommes d'Eglise, ou en passant sous silence l'arrestation et la détention de Damien Wigny en 1997 lors de l'affaire KBLux (qui a d'ailleurs fait pssschittt....), et cela pour une affaire de fraude fiscale, tout de même moins lourde qu'une présomption de viol statutaire (c'est en tout cas mon point de vue, mais je sais qu'il n'est pas universellement partagé. Pour certains, l'évasion fiscale est pire que le viol et le meurtre). Pour faire un petit parallèle, quand l'archevêque de Canterbury se déclare "troublé" par l'exécution de OBL, on se demande pourquoi il n'a pas eu le même trouble (ou alors j'ai mal suivi les nouvelles) chaque fois que les drones US ont tué des innocents en Afghanistan ou au Pakistan. Il est temps de se battre la coulpe aussi pour le bombardement de Dresde, j'attends l'archevêque à ce sujet.

 

Gute Shabbes...

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 09:08

Et Foucart en fait toute une page dans Le Monde : les experts du GIEC valident les énergies vertes ! Fantastique ! Le problème, c'est que le titre et le sous-titre de l'article (Les experts du climat valident les énergies vertes. Selon le GIEC, la part des sources renouvelables pourrait approcher des 80% en 2050, à un coût abordable) ne reflètent absolument pas le contenu de celui-ci, qui est beaucoup plus low-key (et qui ne cache pas les problèmes, je l'accorde volontiers aux journalistes).

 

Bien. En fait, le GIEC a publié un "résumé pour les décideurs" de 26 pages résumant un document de 1000 pages qui sortira dans trois semaines. Quant à ce qui nous est présenté comme "experts du climat", on peut se poser pas mal de questions, un des lead authors étant délégué par Greenpeace... Rappelons que les "résumés pour les décideurs" du GIEC sont des documents hautement politiques dont chaque mot, chaque ligne, doivent recevoir l'accord des représentants gouvernementaux envoyés à la conférence. 164 scénarios sont étudiés, dont plus de la moitié aboutissent à une contribution des ER (énergies renouvelables) de 17% en 2030 et 27% en 2050. Notons en passant que cette étude reconnaît donc implicitement que nous ne disposons pas actuellement des technologies nécessaires pour ne pas dépasser les quelque 450 ppm fatidiques... Il y a même un scénario arrivant à 43% en 2030 et 77% en 2050. Loin des 80% triomphalement claironnés par Foucart, la médiane des scénarios envisagés arrive plus modestement à 27% en 2050, et encore, avec deux bémols : 1. il y aura tout de même des obstacles technologiques et sociétaux à surmonter(p.12) - il faudra attendre le rapport complet pour savoir lesquels et comment les surmonter, et 2. le coût n'est pas exactement "abordable" : suivant les quatre scénarios retenus, entre 100 et 500 milliards de dollars par an à partir d'aujourd'hui. Ce qui signifie que dans les 20 prochaines années, il faudra trouver jusqu'à quinze mille milliards de dollars. Stéphane Foucart doit être un "super-riche"...

Remarquons aussi, mais pas en passant, que les scénarios envisagés par le GIEC privilégient toujours la "biomasse traditionnelle" - autrement dit, l'usage du bois de chauffage (mais aussi du lignite, de la tourbe et des excréments animaux), qui est actuellement la partie la plus importante des ER. C'est aussi celle qui est responsable des pires déboisements, et, directement ou indirectement, de la mort de millions d'êtres humains par inhalation de fumées toxiques. "The number of people without access to modern energy services is expected to remain unchanged unless relevant domestic policies are implemented" explique le GIEC. Quinze mille milliards de dollars, et les pauvres restent pauvres... Car, et c'est là le plus remarquable, c'est que les chiffres présentés ne tiennent pas compte d'une augmentation de l'énergie consommée dans le monde, qui reste plafonnée aux 492 exajoules/an de 2008. Croissance zéro ! De plus, on ne sait rien du coût du seul scénario qui passe à 77%, il n'a pas été chiffré.

 

Pour conclure : “The substantial increase of renewables is technically and politically very challenging,” a déclaré le Professeur Ottmar Edenhofer, co-président du groupe de travail du GIEC qui a présenté lundi son rapport à Abu Dhabi. L'augmentation substantielle des ER est techniquement et politiquement un énorme défi, je ne vous le fais pas dire...

Repost 0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 16:21

Dans son dernier post, Laurent Berthod dénonce les propos écoeurants des bons apôtres du genre Alternatives Economiques et Télérama, propos également démagogiques du genre "Il faut changer notre mode de vie", "frugalité", etc. Et, évidemment, l'habituel refrain contre "les riches"... ou ceux qu'on imagine l'être (plus de 4.000 € par mois, sans doute ?). Avec, ici, la torsion supplémentaire que le spectacle du train de vie fastueux des riches (ex. rouler en 4x4, non mais ! Vous imaginez quel luxe incroyable ?) empêche les pauvres de se contenter de leur peu (à noter tout de même, la phrase de Duval "Tant que les riches ne seront pas obligés de changer de mode de vie..." - elle me fait un peu froid dans le dos. Les camps de rééducation ?).

 

 De leur côté, Ann McElhinney et Phelim McAleer de Not Evil, Just Wrong ont épinglé trois de ces  hypocrites qui passent leur vie à jouer au Faites ce que je dis, pas ce que je fais, à savoir le Prince Charles, James Cameron et Robert Redford. Les vidéos sont en anglais, mais les images parlent d'elles-mêmes et sont sous-titrées. Impressionnant.

Repost 0
Published by cdc - dans social
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 08:54

 

L'original de ce feuilleton, the Cocktail Conversation Guide to Global Warming, peut être consulté ici (en anglais)

 

Pour conclure

 

Si le sujet du changement climatique est complexe, il y a un fil rouge tout au long des théories du réchauffement global anthropogénique : Avant que l’Homme développe son industrie, la Nature était tout équilibre. Mais la science ne confirme pas cette vue naïve et romantique de la nature. Le système climatique naturel est beaucoup plus complexe et changeant que les modèles ne le reflètent. Bien que nous ne sachons pas exactement pourquoi, le climat a changé de manière significative dans le temps, et change encore globalement et régionalement. Toute menace climatique pour l’humanité est plus que probablement d’origine naturelle – pas d’origine humaine. L’observation, l’étude, l’innovation et la technologie représentent un cycle de feedback humain qui a conduit à plus de précautions environnementales et à une réduction de l’usage d’énergie et des émissions de GES imputables aux activités humaines.

 

Les raisons naturelles des changements climatiques sont mal connues et mal mesurées. Tant que la science n’aura pas mieux compris les changement climatiques naturels, il restera de grandes incertitudes sur ce que ces changements passés, présents et futurs doivent aux activités humaines. Jusqu’à ce que la science ait offert des réponses plus claires à ces questions, il vaut mieux remédier aux émissions de GES sans sacrifier la consommation d’énergie et apprendre à s’adapter aux changements environnementaux.

Repost 0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 17:27

FISH FOOD

 

Il faut reconnaître qu'Obama a bien manoeuvré : son discours soulignait bien que c'était lui qui était à la base de toute l'affaire, que c'était sa politique à l'égard du terrorisme qui avait réussi (suivez mon regard).

 

Cela dit, l'élimination de cet être totalement démonétisé ne changera sans doute pas grand'chose, dans la mesure où il n'était déjà plus qu'un symbole - ce qu'il restera avec encore plus d'éclat, puisque maintenant c'est un chahid, un martyr - et que de toutes façons on aura droit à toutes les théories du complot pour lesquelles Ben Laden (Monsieur Ben Laden, comme je l'ai vu écrit...) n'est pas mort (bien que les USA seront tout de même tenus coupables de son assassinat, les militants n'ayant nullement peur des apories).

 

Mais tout de même deux petites remarques (en sus du "Monsieur") :

 - les mêmes journalistes qui parlent d' "exécutions d'otages" s'empressent de parler ici d' "assassinat" (ce qui n'est pas encore avéré, par ailleurs)

- les mêmes journalistes qui se déclarent écoeurés par les manifestations de joie aux USA devaient certainement l'être lors des débordements d'enthousiasme de tous les pays musulmans en septembre 2001, mais je ne m'en souviens plus très bien.

 

La mémoire qui flanche, une fois de plus... 

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 10:10

L'original de ce feuilleton, the Cocktail Conversation Guide to Global Warming, peut être consulté ici (en anglais)

 

N’y a-t-il pas de risques graves si le CO2 dépasse certains niveaux ?

 

C’est possible. Les risques associés à des niveaux de CO2 élevés ne sont pas bien connus, mais nous savons que la Terre a déjà connu des niveaux de CO2 atmosphérique bien supérieurs à ceux qui sont prédits. On entend peu parler cependant des avantages du CO2 atmosphérique, bien que ce soit un gaz indispensable à la vie.
Et si le feedback du système climatique est négatif, comme le laissent penser certaines mesures satellitaires, alors toute source humaine de changement climatique pèse bien moins que la variabilité climatique naturelle. Les alarmistes et la Presse citent souvent des catastrophes climatiques [théoriques-cdc] montrées par les modèles lorsque l’élévation de température avoisine les 2 à 5°C. Une telle augmentation de température ne peut être causée que par un fort feedback positif à l’émission de GES. De tels changements sont peu probables et ne font que refléter les difficultés à modéliser un système aussi complexe » que le climat de la Terre.
L’incertitude est une bonne raison pour être prudent dans la gestion des risques, développer de nouvelles technologies énergétiques et augmenter leur rendement. Aujourd’hui, près d’un tiers de la population n’a pas accès aux énergies fossiles. Au fur et à mesure de leur développement, ces populations utiliseront plus d’énergie et émettront plus de GES. Atteindre un standard de vie élevé par un usage efficient de l’énergie et en en développant de nouvelles sources sera essentiel pour ne pas augmenter exagérément le niveau des GES atmosphériques. Mais il ne sera pas possible de réduire ces niveaux à ceux qui existaient il y a plus d’un siècle, quoi qu’en disent certaines ONG et certains politiciens.

 

Peut-on lier un événement particulier comme une sécheresse ou un ouragan au réchauffement global ?

 

Non. Le réchauffement climatique ne peut être rendu responsable d’événements météorologiques particuliers. Les effets de ce réchauffement sur les ouragans, les tornades et les pluies torrentielles font l’objet de nombreuses discussions, mais il y a peu de données pour indiquer qu’un monde qui se réchauffe a rendu ou rendra de tels événements plus nombreux ou plus marqués.

 

Le niveau de la mer monte-t-il ? Le Groenland, l’Arctique et l’Antarctique sont-ils en train de fondre ?

 

Oui et oui, mais rien ne permet de dire avec la moindre certitude que c’est lié au réchauffement global. Le niveau de [certaines-cdc] mers s’est élevé, et il y a eu des fontes, mais pour des raisons qui font toujours l’objet d’études. Les océans ne se sont pas élevés grandement durant le siècle dernier : durant tout le XXe siècle, le niveau s’est élevé d’environ 1,7 mm par an, mais c’est évidemment peu en comparaison de la dernière période interglaciaire, où le niveau était environ 6m plus élevé que maintenant. Entre 1920 et 1940, l’Arctique a subi une période de réchauffement égal à celui d’aujourd’hui ; cette période n’a pas entraîné une montée significative du niveau des mers due à la fonte de glaces du Groenland. L’année la plus chaude du Groenland a été 1941, et les décennies les plus chaudes les décennies 1930 et 1940. La couverture glaciaire du Groenland fond sur les bords, mais s’accroît au centre à cause des précipitations qui augmentent. Après vingt-cinq ans de déclin, les glaces de l’Océan arctique recommencent à croître.
Autour de l’Antarctique, contrairement aux attentes, la couverture de glace a augmenté durant la même période. Le résultat net et que la prise de glace globale est restée quasiment constante. Il y a une petite région au bord de la péninsule antarctique dont la diminution de l’englacement  – largement relayée dans les média – est attribuée au réchauffement global, mais des changements naturels des circulations de courants océaniques pourraient être une explication. Comme les glaciers, les banquises finissent toujours par se briser naturellement et flotter au loin. Les dynamiques des glaciers et des banquises sont trop mal connues pour faire des prévisions fiables.
Pour que les mers montent de manière significative, il faudrait que les glaces du Groenland et de l’Antarctique fondent de plus en plus rapidement sous l’effet du réchauffement global, ce qui n’est possible que si notre système climatique est dominé par de forts feedbacks positifs.

(à suivre)

Repost 0