Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 14:37

Le texte assez ignoble que Ruffin a publié dans Le Monde a heureusement reçu une réponse de J.-P. Le Dantec, réponse à laquelle je m'associe pleinement : 

Jean-Pierre Le Dantec " Vous me faites honte, monsieur Ruffin "

L'ex-directeur du journal d'extrême gauche " La Cause du peuple " dénonce la haine à l'encontre d'Emmanuel Macron exprimée par le réalisateur François Ruffin dans une récente tribune

 

agrandir la taille du texte
diminuer la taille du texte
imprimer cet article

Monsieur Ruffin, je lis dans Le Monde votre" Lettre ouverte à un futur président " (édition du 5  mai), et, à mesure que j'avance dans sa lecture, la haine qui en transpire, rythmée par un refrain on ne peut plus explicite (" Vous êtes haï, vous êtes haï, vous êtes haï "), antienne que, pour ne pas vous-même l'incarner, vous prêtez à ce " peuple " qui parlerait à travers vous, oui, à mesure que j'en mesure la noirceur, cette haine qui vous habite me donne la nausée.

Le 3  mai au soir, comme 15  millions de Français, j'ai assisté au déferlement de haine qu'a dû subir et supporter notre futur président de la République, m'interrogeant sur ce que j'aurais fait si je m'étais trouvé face à une goule qui, sans relâche, mentait, éructait, insultait un homme qui, courageusement, tentait d'expliquer sa démarche sans avoir recours à des fiches, avec sérieux et lucidité. Et le lendemain après-midi, dans mon journal, ça recommence. Ça repart avec autant de rage et de hideur.

Serait-ce qu'entre vous, monsieur Ruffin, et Mme Le Pen, la différence morale -serait infime ? Que vous seriez, comme elle, un vecteur de vulgarité, de haine et de violence ? Vous prétendez qu'autour de vous, dans tous vos déplacements au sein de ce que certains nomment " la vraie France ", M. Macron serait haï car son seul objectif (dissimulé bien sûr) serait, comme le répète à l'envi Mme Le Pen, de priver de leurs droits chèrement -acquis ceux qu'avec tendresse un philosophe humaniste malheureusement disparu, mon ami Pierre Sansot, appelait les " gens de peu ". Mais c'est vous, monsieur Ruffin, et c'est elle, Mme Le Pen, qui, depuis des années, sans égards ni pour la vérité ni pour la difficulté à trouver des solutions durables à la misère sociale, répandez cette haine auprès d'hommes et de femmes qui, aveuglés par la colère et le désespoir, se jettent sur vos " y-a-qu'à " comme des noyés sur une bouée. Et le pire, monsieur Ruffin, le pire, c'est que vous êtes de bonne foi, sans doute, dans vos imprécations. J'en parle d'expérience, pour avoir été moi-même, dans mon jeune âge, victime du même virus que vous.

Détestation préventive

Pour ceux – la plupart j'imagine – auxquels mon nom ne dirait rien, je précise en effet que, pendant une décennie, j'ai été un militant révolutionnaire anticapitaliste autrement plus radical et plus -déterminé que l'homme qui prétend -incarner aujourd'hui " le peuple " et " l'insoumission " puisque, au titre de directeur du journal La Cause du peuple, -j'ai passé neuf mois dans la prison de la Santé en  1971. J'étais plus excusable que vous et Mélenchon, il est vrai. C'était un autre temps. Une époque où, porté par les figures de Che Guevara, Ho Chi Minh et Mao, le " vent d'Est " révolutionnaire semblait l'emporter sur le " vent d'Ouest " impérialiste comme venait de le démontrer Mai 68. Sauf qu'on n'en est plus là. Et que, pour peu qu'ils aient dépassé l'adolescence, seuls les aveugles, les imbéciles, les ignorants ou les politiciens pervers peuvent ne pas avoir compris que les " révolutions -prolétariennes " dont j'ai rêvé, jeune homme, conduisent inéluctablement, comme c'est aujourd'hui le cas à Cuba et, en gésine, au Venezuela, à la ruine économique – donc au creusement de la misère –, à la perte des libertés, à la dictature, aux exécutions et parfois même aux massacres. Prétendre le contraire, à votre âge, c'est mentir au peuple et à soi-même, surtout si, comme votre champion Mélenchon, on est un peu frotté de marxisme puisque se dire partisan du matérialisme his-torique impose de s'en tenir, non à l'idéalisme, mais à la réalité des faits.

Sur la " légitimité fragile " dont disposera, selon vous, notre futur président de la République, je ne me prononcerai pas. Outre que les élections législatives n'auront lieu qu'en juin, ce n'est pas mon objet aujourd'hui. En revanche, je prends acte du fait que, avant même qu'aucune expérience de " flexisécurité " ait été tentée en France, vous propagez, à son égard, une détestation préventive, ce qui me semble, une fois de plus, un effet de la passion haineuse qui vous anime. -Votre film m'avait amusé, monsieur -Ruffin, votre " Lettre ouverte " me scandalise. A bon entendeur.

Jean-Pierre Le Dantec

© Le Monde
Repost 0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 20:36

We all have genes for making penises and genes for making uteruses, regardless of our sex. (‘ Sex’ is correct, by the way, not ‘gender’. Gender is a grammatical technical term, applied to words not creatures. In German, a girl’s gender is neuter but her sex female. Amerindian languages typically have two genders, animate and inanimate. The association of gender with sex in some groups of languages is incidental. It is quite a good joke that the politically inspired euphemism—saying gender when you mean sex—is consequently a piece of Western imperialism.)

Ainsi dit, de manière concise et précise, Richard Dawkins dans son très bel "Unweaving the Rainbow. Je ne pourrais (évidemment) rien y ajouter...

Repost 0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 22:16

“We’re so self-important. Everybody’s going to save something now. “Save the trees, save the bees, save the whales, save those snails.” And the greatest arrogance of all: save the planet. Save the planet, we don’t even know how to take care of ourselves yet. I’m tired of this shit. I’m tired of f-ing Earth Day. I’m tired of these self-righteous environmentalists, these white, bourgeois liberals who think the only thing wrong with this country is that there aren’t enough bicycle paths. People trying to make the world safe for Volvos. Besides, environmentalists don’t give a shit about the planet. Not in the abstract they don’t. You know what they’re interested in? A clean place to live. Their own habitat. They’re worried that some day in the future they might be personally inconvenienced. Narrow, unenlightened self-interest doesn’t impress me.

The planet has been through a lot worse than us. Been through earthquakes, volcanoes, plate tectonics, continental drift, solar flares, sun spots, magnetic storms, the magnetic reversal of the poles … hundreds of thousands of years of bombardment by comets and asteroids and meteors, worldwide floods, tidal waves, worldwide fires, erosion, cosmic rays, recurring ice ages … And we think some plastic bags and some aluminum cans are going to make a difference? The planet isn’t going anywhere. WE are!

We’re going away. Pack your shit, folks. We’re going away. And we won’t leave much of a trace, either. Maybe a little Styrofoam … The planet’ll be here and we’ll be long gone. Just another failed mutation. Just another closed-end biological mistake. An evolutionary cul-de-sac. The planet’ll shake us off like a bad case of fleas. The planet will be here for a long, long, LONG time after we’re gone, and it will heal itself, it will cleanse itself, ’cause that’s what it does. It’s a self-correcting system. The air and the water will recover, the earth will be renewed. And if it’s true that plastic is not degradable, well, the planet will simply incorporate plastic into a new paradigm: the earth plus plastic. The earth doesn’t share our

prejudice toward plastic. Plastic came out of the earth. The earth probably sees plastic as just another one of its children. Could be the only reason the earth allowed us to be spawned from it in the first place. It wanted plastic for itself. Didn’t know how to make it. Needed us. Could be the answer to our age-old egocentric philosophical question, “Why are we here?” “Plastic… asshole.” -George Carlin

 

H/T Wattsupwiththat

Repost 0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 21:43

Terme évidemment ridicule... Encore que... Papoter, n'est-pas un joli mot ?

 

Quoi qu'il en soit : j'ai décidé d'essayer cette "cigarette électronique" (en fait, un gros monstre électrique qui n'a rien à voir avec une cigarette ni avec de l'électronique) après plusieurs décennies de vraies cigarettes (je me souviens de mon premier paquet de Peter Stuyvesant que je cachais dans un petit meuble introuvable par mes parents... je devais avoir quatorze ans...).

 

C'est un ami cher, G., qui m'a convaincu et s'y est collé avant moi.

 

Voilà donc quinze jours que je "vapote", et je suis certain d'avoir délaissé pour toujours mes Gauloises habituelles, après avoir erré entre Saint-Michel vertes (les Belges comprendront), les Gitanes filtre et les Cirta (made in Algeria). Et même d'autres abominations comme les Boston made in je ne sais plus où mais distribuées à Madagascar. Un paquet ou deux par jour, puis, avec la proscription des fumeurs, bien moins.

 

Evidemment, comme je l'avais déjà senti 2 ou 3 fois, quand j'avais mis des patches à la nicotine, je sens une longue tradition de goudron qui me sort des bronches... Peu importe !

 

Ce qui m'amuse, c'est la haine qu'inspire ce passage. Je n'en veux qu'une preuve :

"Le psychiatre au CHU Brugmann Vincent Lustygier soulève par ailleurs un risque élevé d'addiction dû au "fait de continuer à utiliser une gestuelle et une manipulation orale et manuelle d’une tige de plastique dans le but de calmer des situations psychologiques, de rechercher du bien-être, de la détente et un effet positif". "

 

Quelle horrible position idéologique... Ces moralisateurs me font... prendre ma CE entre les dents et, entre-temps, leur cracher dans la gueule (désolé d'être aussi vulgaire, mais j'en suis réellement furieux). Monsieur Lustygier, vous êtes un con.

 

Un parfait commentaire à ce sujet : http://www.rationaloptimist.com/blog/don't-discourage-vaping.aspx

 

Gute Shabbes

 

Repost 0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 22:31

C'est un problème très belgo-belge, mais...

On veut donc instaurer une taxe kilométrique pour ceux qui veulent utiliser leur voiture en ville, selon les heures de pointe, etc.

Pourquoi pas ?

Pour autant, évidemment, que cette taxe soit compensée par d'autres, comme le proclament leurs séides - ce devrait être neutre.

Ouais, je n'en crois rien, mais ce n'est pas ça qui importe le plus. Imaginez donc que votre bagnole soit munie d'un système GPS qui vous suive jour après jour, minute après minute pour savoir où vous vous trouvez ?

Et on proteste contre les écoutes de la NSA ?

 

Repost 0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 19:24

On allait voir ce qu'on allait voir ! Des vents d'une violence effroyable, des vagues de plus de six mètres de haut, des images TV hallucinantes, et le rappel de la catastrophe toute proche à chaque point actualité à la RTBF, plus cette question terrible : est-ce le début de la fin pour la côte belge ? Et d'ailleurs, la Belgique elle-même allait-elle survivre à un cyclone d'une telle violence.

 

On a vu.

 

Ou plutôt, on n'a rien vu. Enfin, rien de plus qu'on ne voit chaque année avec son lot de gros temps et de tempêtes, et 1953 est toujours très loin, heureusement ! Je m'en souviens encore, malgré mon jeune âge à l'époque...

 

Et bien entendu il ne fallait pas compter sur les bulletins météo de l'IMB, dont le patron, Jean-Pascal van Ypersele, est vice-Président du GIEC, autant dire... Ce dernier laissant généreusement entendre qu'il n'était pas absolument certain que cette tempête monstrueuse était directement causée par le "dérèglement climatique", mais que la terrible montée des océans faisait que la Mer du Nord avait monté de 10 cm depuis 1953, vous imaginez ?

 

Mais les tempêtes ont la cote pour les carbo-centristes, on n'en veut pour preuve que la stupide "photo" de Bodil qui circule sur le Net :

 

Le super-cyclone Xavier

Inutile de dire qu'il s'agit d'un photoshoppage grossier, comme il en circule bien d'autres, dont le fameux ours polaire sur son glaçon, et la couverture du dernier livre d'Al Doigt-dans-l'oeil Gore...

Le super-cyclone Xavier
Repost 0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 23:41

Donc, d'après les les nouvelles répercutées par les gazettes princières distribuées chez les coiffeurs et les dentistes, le Prince Charles aurait 65 ans. Bizarre, il en fait plus, mais c'est son problème. Ou pas.

 

Je ne lui souhaite évidemment pas un bon anniversaire, à cet abominable hypocrite ultra-favorisé, se baignant dans un luxe royal et prêchant au monde entier une frugalité dont il n'a pas la moindre idée de ce qu'elle pourrait être. Mais il est vrai qu'il aimerait faire crever une bonne partie de l'humanité pour "sauver la planète"...

 

Qu'il crève, lui, bien sûr, pour qu'on n'entende plus cette voix insultante.

 

Une fois de plus, indignatio facit versum, mais je suis révolté d'entendre ces milliardaires vivant dans un confort difficile à imaginer et voulant faire la morale aux misérables. Je pense à Montaigne...

 

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 21:29

Shadoks et Venise : On se demande vraiment pourquoi certains ont pu se cramponner à des îles, à une lagune, à des constructions sur pilotis (Santa Maria della Salute : 1,5 millions de pilotis !). Tout ici est impensable, compliqué, difficile. Une île de cimetière, tout qui risque d'aller à vau-l'eau, rien de facile pour ceux qui y vivent - et il y en a beaucoup ! Voilà des citoyens habitués à une dureté qui nous échappe un peu. Mais vivre dans un tel environnement sublime doit faire passer les difficultés. Evidemment, la Ville ferme tôt (risque de tomber à la baille ?), ce n'est pas New York ni même Bruxelles. Il me semble évident que vivre à Venise c'est vivre chez les Shadoks : pourquoi faire simple ? J'ai découvert Venise il y a environ trente ans après tant d'années de Toscane, et j'en suis tombé amoureux et ça dure encore.

 

Biennale : petite cuvée. Nettement moins bonne que la dernière, qui était excellente. On peut y trouver une résurgence de l'art conceptuel, ce qui n'étonnera pas - c'est dans le Zeitgeist. Ce qui m'a semblé plus intéressant c'est une présence très forte de "l'obsessionnel" et de "l'art brut", chez même Baruchello (pavillon central), Steiner (idem), USA, Finlande, etc. Même au Grassi où Stingel a cru bon de présenter ses très belles toiles dans un environnement délirant où des tapis orientaux un peu flous enveloppent toutes les surfaces jusqu'aux plafonds, eux-mêmes passablement décorés (d'origine). Pour preuve de l'attitude du temps, rien de plus éclairant que l'exposition When Attitude Becomes Form à la Fondation Prada (hors biennale), reprenant elle-même l'expo éponyme (eh oui...) organisée à Berne en 1969 et qui avait jeté les bases du conceptuel (et accessoirement du "tout est art"), avec des oeuvres de Serra, de Flanagan, de Beuys, de Boetti (qu'on retrouve d'ailleurs à la Punta Dogana en même temps que Pistoletto, mais là pour deux livraisons récentes) ainsi que d'autres moins réputés.

 

Lampedusa : comme on dit, le bal des hypocrites. Il a suffi que le pape François clame "Vergogna! Vergogna!" pour que toute la chattering class passe à l'offensive. Tout le monde a honte. Honte pour les autres, évidemment. J'entendais récemment une émission de la RTBF consacrée à ce sujet, et où Isabelle Durant (euro-parlementaire écolo pour ceux qui l'ignorent) clamait que l'Europe avait fait son devoir, au contraire des Etats, alors que je ne sais quel sous-ministre estimait que l'Europe devrait imposer un salaire minimum (je ne plaisante pas, il l'a dit !) pour éviter des concurrences déloyales, qu'un autre estimait que les réfugiés étaient une richesse pour les pays d'accueil (opinion généralement admise), etc., etc.

 

Mais Monsieur le pape, vous en avez accueilli combien, des migrants, au Vatican ? Et votre parti, Madame Durant, ne s'est-il pas prononcé contre l'immigration sélective et contre la sous-traitance de la surveillance frontalière par les pays du Maghreb que vous prôniez au micro ? Ah oui, il faut développer les pays pauvres... Et ça prendra combien de temps ? Même si la Belgique et les autres pays développés consacraient les fameux 0,7% de leur PIB à l'aide au développement, croit-on vraiment que ça résoudrait le problème ? Et puis les 2 ou 300 morts récents venaient semble-t-il de la Corne de l'Afrique, où d'affreux dictateurs imbéciles se font la guerre pour des raisons insondables de bêtise. Doit-on pour autant - et pour éviter les catastrophes humanitaires - déclarer tous les civils somaliens, érythréens et autres victimes des conflits régionaux automatiquement aptes à obtenir le statut de réfugié et mettre des avions à leur disposition pour court-circuiter les passeurs et les conduire en toute sécurité ? Et les jeunes gens généralement brillants que leur village a choisis (et financés) pour tenter leur chance en Europe, qu'en faire ? Un article récent du Monde relatait la vie de ces jeunes Africains vivant dans la forêt proche de Melilla, guettant le moment où ils pourraient essayer de grimper au-dessus des barbelés les séparant de l'Eldorado. C'est par centaines, c'est par milliers qu'ils prennent l'eau dans des embarcations pourries, préférant une mort possible, voire probable, à une existence de misère. Il n'y a nulle honte à avoir de notre part, simplement il s'agit de la mauvaise conscience du riche quand il voit un sdf ; quand un homme politique clame "plus jamais ça !", ne le croyez surtout pas, il sait très bien que ça arrivera encore, et pour longtemps.

 

 

Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 13:11

Leur projet a été retoqué mais Hollande n'en démord pas : il faut faire payer les riches ! Ou plus exactement, il faut les faire payer through the nose, leur faire rendre gorge, les maltraiter ! Et tant pis si ça les fait filer !

Donc, on va faire payer leurs employeurs (ce qui aurait de toute façon été le cas pour les cadres salariés, évidemment : ils exigent un salaire net). Et quid s'ils n'ont pas d'employeur ? Là, Johnny ne les payera donc pas, ses 75% ! Ni les footballeurs, les tennismen, les acteurs à succès, etc. (car apparemment, un club de football est une PME, et on ne touchera pas aux PME - défense de ricaner).

 

Je n'ai pas la mansuétude de Sceptique à propos de François Hollande ; j'estime que c'est un politique exécrable et qu'il méritait jusqu'au dernier de ses sobriquets. 

Repost 0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 01:50

Voilà. L'ampoule au-dessus de ma table de dîner a claqué. Une belle ampoule de 150 Watt qui donnait de la lumière à tous nos invités (et accessoirement à nous-mêmes...). Je n'avais hélas pas de backup et j'ai donc dû me résoudre à chercher un équivalent. Que dalle, oui ! J'ai donc dû me résigner à mettre une "ampoule économique" (néon, spirale, immonde dans un lustre "design italien", lumière blafarde, froide, à allumer une heure avant qu'elle donne sa misérable intensité - oui, bien sûr, j'exagère. Quand je parle d'une heure).

 

Et on se fait donc empapaouter (merci, M. Sceptique !) par la Commission et par tous ces connards, ces crétins,  ces idéologues du Parlement européen, par tous les Verts, par tous les Zécolos qui nous imposent de nous éclairer à la chandelle ? (n'oublions pas que les ampoules halogènes seront bientôt interdites aussi).

 

On va se laisser faire ? Bon dieu, nous sommes des veaux !

Repost 0