Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 18:10
La fin des mystères

Pourcentage de la population des USA portant une caméra partout à tous moments de sa vie éveillée.

 

Ces quelques dernières années, sans tambours ni trompettes, nous avons mis fin aux questionnements  sur les soucoupes volantes, les monstres des lacs, les fantômes et les abominables hommes des neiges.

 

(de l'excellent XKCD évidemment).

Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 20:40

En ces journées délicieuses qui rappellent le magnifique été '76 à ceux qui l'ont connu, nous mangeons matin, midi et soir dans notre jardin de ville, de ville, donc, c'est-à-dire près du *hub* qu'est notre aéroport national.

Ce qui signifie également que nous avons non seulement la vue des feux d'artifice du 21 juillet, notre fête nat. (zut ! deviendrais-je nationaliste ??? Après tout, nous venons d'avoir un roi qui abdique en faveur de son fils, ce qui a donné lieu à de grrrandes festivités, moins ferventes cependant que celles qui ont eu lieu récemment aux Pays-Bas et qui n'ont rien à voir avec les délires grand'britanniques sur la naissance de ce que suppose être un héritier de la Couronne. Mais les Grand'britanniques sont tout de même un peu fous, on ne sait jamais s'ils sont sérieux ou Monty Pythons-esques - ou, pour ceux qui connaissent mieux le pays, Beachcomber-esques. Déjà dans les années '60, je me demandais pourquoi aller chercher du dépaysement en Chine alors que nous avions tout près de chez nous une paire d'îles où on comptait les poids en onces Troy, en onces d'apothicaire, en stones, en pounds et où le système monétaire comptait des shillings, des pounds, des pennies et des guinées. Mais attention ! La livre était divisée en 20 shillings, chaque shilling (noté "/") étant lui-même divisé en 12 pence (noté "d"). La guinée valait 1 livre et 1 shilling (soit : 21 shillings). De plus, 5 shillings équivalaient à une couronne (crown). Et la prononciation était à l'avenant : two pence se disait (et s'écrivait, je pense) tuppence, two pence and half penny se prononçant "tuppence hépni". C'était le bon temps...).

Il faudra tout de même qu'un de ces jours je me libère de ces insupportables incises ! Mais c'est sans doute trop tard.

Donc, en plus des feux d'artifice d'un jour particulier, nous avons droit à de nombreux avions qui déroulent dans nos ceux de longues traînées blanches, dites "contrails" (traînées de condensation de l'eau rejetées par les réacteurs). Or, il y a tout une école de pensée (de pensée... non, j'exagère... de crétinerie organisée) absolument persuadée qu'il ne s'agit nullement de condensation mais bien de "produits chimiques" destinés à faire je ne sais trop quoi pour mettre à mal l'humanité.

Si vous voulez bien rigoler à votre tour, je ne saurais que vous conseiller de lire l'article consacré à ce sujet par Pseudo-Sciences : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2044

C'est vraiment à se tordre de rire ! Ce qui est moins drôle, c'est que over-blog PUE. C'est une MERDE et j'attends d'en sortir !!!

 

 

 

 

 

Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 23:24

97%

josh162.jpg

 

Très amusant ici chez WUWT !

De ce cher Josh...

 

 

 

Repost 0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 11:09
(Merci à Bob le Silencieux...)
Repost 0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 09:46

Cette année, j'ai découvert le ski en Italie (je veux dire "le ski en Italie", pas le ski, bien sûr...), et plus précisément dans les Dolomites, imposant massif calcaire dont on a peine à imaginer que c'était tout bonnement un gigantesque récif corallien, il y a de ça tout de même quelque 200 millions d'années. Je ne connaissais pas cette partie de l'Italie, et pour tout dire, du Tyrol, qui est effectivement assez surprenante. Pour moi, le ski allait de pair avec la fondue et la raclette, et l'Italie avec l'italien. Or, à Selva (aussi nommée Wolkenstein, comme le chenapan du XVe siècle dont on voit la figure boudeuse et n'a-qu'un-oeil un peu partout dans le village), on parle surtout allemand, et l'italien avec un curieux accent germanique que je trouvais assez mignon), on y mange des pâtes parfaitement al dente, Italie oblige, mais surtout des goulatsch et des knödel (en plus de l'omniprésente pizza. Je suis tout de même éberlué de constater l'incroyable succès planétaire de ce plat tellement humble, dont le tout récent perfectionnement tricolore - dit margherita - fut inventé vers 1870 par un pizzaiolo génial, Raffaele Esposito, en l'honneur de la future reine d'Italie, Margherita di Savoia. Il n'y a plus un coin du globe sans pizzeria, semble-t-il, de la plus industrielle à la plus étrange, offrant les mets locaux sur la croûte de base - je n'ai pas encore trouvé de pizza aux sauterelles, mais je suis sûr qu'il doit y en avoir quelque part).

 

Si je vague ainsi dans les remarques touristiques, c'est que, en bon touriste, justement, je me suis enquis des diverses distractions du Tyrol et j'ai fait une surprenante découverte : non loin de Val Gardena, la région du Meranerland passe pour être un centre thermal très apprécié, et sa ville principale (ici, oui, on pourrait dire "éponyme", mais je fuis ce mot avec horreur), Merano, abrite un établissement thermal réputé, dont tous les guides se plaisent à énumérer les qualités, et en plusieurs langues :

 

- Eine Kur in der Therme Meran lindert vor allem Beschwerden bei Gelenks- und Kreislauferkrankungen

- Una cura alle terme di Merano lenisce soprattutto i disturbi dovuti a malattie ai legamenti e della circolazione

- Beside the healthy climate there is also a thermal bath in Merano. The water, which contains radon, helps to cure circulatory problems and arthralgia.

 

Oui, vous avez bien lu : la version EN mentionne que l'eau contient du radon... Pour ceux qui l'ignoreraient, le radon est un gaz "noble", comme l'hélium, le néon, etc., avec la petite particularité d'être radioactif, et c'est d'ailleurs le radon (tout à fait naturel, Mesdames, Messieurs), qui est généralement la cause principale de la radioactivité ambiante. C'est aussi ce produit naturel qui est le deuxième responsable du cancer du poumon, après la cigarette, et le premier responsable chez les non fumeurs.

 

Surprenant, non ?  Faire de la retape pour un danger public ! Mais on comprend mieux après une petite recherche :

 

- The radon springs

The visitor to Merano benefits not only from the mild climate and the Mediterranean flora but also from the radon springs. The medical doctor Romuald Binder who was director of an elegant sanatorium at the beginning of the 20th century, was convinced that thermal springs could be found in Merano and initiated the search for them. In 1914 two radon springs were discovered in Tscherms. About two decades later geologist Prof. G. Trener found further springs on the Vigiljoch and on the garden terraces of Villa Tivoli.

 

Voilà... Au début du XXe siècle, et pendant assez bien de temps, la radioactivité était à la mode et conseillée pour guérir toutes sortes de maladies ; à l'époque, ce qui était nouveau était enthousiasmant (c'est dire si on a changé) et je me souviens parfaitement dans ma jeunesse de la crème Tho-radia, censée contenir du thorium et du radium, du moins à l'origine, car de mon temps, je suppose qu'il n'y en avait plus... Et les aiguilles de ma première montre luisaient dans l'obscurité grâce à une peinture radioactive (et sans doute pas à base de radium, trop cher).  Il y avait même des suppositoires radioactifs, censés donner de la "vigueur" aux hommes fatigués (vous m'avez compris...). D'ailleurs, C'est grâce à la radioactivité qu'Arsène Lupin dévoile le pot aux roses dans La Barre-y-va ! Vous trouverez ici une petite liste de produits d'époque, et soyez assurés qu'à l'époque on ne manquait pas plus d'enthousiastes guéris par le radium ou le radon qu'aujourd'hui pour affirmer les effets bénéfiques de l'homéopathie, de la biologie totale ou des bains de siège garantis Rika Zaraï.

 

Mais tout de même, que cette allusion au radon n'intervienne que dans les versions EN (et F, d'ailleurs, mais sur un autre site : - Le lagon aux rochers, et les sources au radon sont les atouts majeurs de la Villa Tivoli) me laisse songeur. Si vous voyez une explication...

 

 

Repost 0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 16:31

(XKCD, évidemment...)

Repost 0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 22:41

Moi non plus. Personne d'autre, d'ailleurs, sauf un certain Joseph Roy, qui découvre ce terrible vecteur de la maladie lors de l'épidémie de grippe espagnole en 1917. Un drôle de petit microbe qui oscille (d'où son nom) et se transforme tantôt en double, en triple, en quadruple microbe, puis se rétrécit jusqu'à devenir un tout petit virus. Ah, c'est avéré (par Roy) ! Non seulement dans la grippe, mais dans les "états grippaux", et aussi dans toutes les cellules des maladies vénériennes, et bien d'autres : "chancres syphilitiques, le pus des blennorhagiques, les poumons des tuberculeux, chez les malades souffrant d’eczéma, d’herpès, de rhumatismes chroniques, ou encore chez les sujets atteints d’infections aiguës : oreillons, varicelle, rougeole". N'en jetez plus !

Et comme j'en parlais l'autre jour, mon beau-frère par alliance lors de notre rencontre familiale de Noël nous disait que le matin-même, il avait été saisi d'une grippe effroyable (voilà bien les hommes malades...) mais que son fils lui avait parlé d'un médicament miracle élaboré par les Laboratoires Boiron, j'ai nommé l'Oscillococcinium !!!

Même si personne d'autre que Joseph Roy n'ait jamais découvert cet Oscillocoque ou vu à quoi il ressemblait, les Laboratoires Boiron continuent à mettre sur le marché avec beaucoup de succès un "médicament" homéopathique basé sur cette pure foutaise :

- égorgez un canard (pourquoi un canard ?) et prélevez-lui 35 grammes de foie et 15 grammes de coeur, laissez pourrir pendant plusieurs semaines, filtrez puis procédez à la 200e dilution korsakovienne (pas tout à fait Hahnemanienne, mais les homéopathes l'admettent), qui consiste à vider le flacon, puis le remplir à nouveau le nombre de fois qu'il faudra... Pas besoin de "succussions", cette technique de pointe qui consiste à frapper le flacon sur le cul après chaque dilution !

Et voilà... Vous avez Oscillococcinium, et vous le vendez assez cher, tout de même. Très cher, même, quand on pense au prix de chaque molécule de... quoi, précisément ? Mais Boiron va très bien, merci. (Conseil d'un trader : acheter !!!).

Cela dit, et je jure que c'est vrai, le lendemain matin mon beau-frère par alliance était cloué au lit, et en bon mâle un petit peu malade se plaignait d'être aux portes de la mort...

 

Merci à l'AFIS

Repost 0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 10:58

C'est celui d'un article particulièrement drôle de Télérama - qui ne l'est pas souvent, drôle. Mais là, tout de même, ça vaut le détour : http://www.telerama.fr/monde/apocalypse-2012-nos-conseils-a-douze-mois-de-la-catastrophe,75873.php

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 11:24

C'est extraordinaire tout de même ce qu'on peut faire de la recherche en médecine ! Chaque numéro du New Scientist regorge de résultats, de questions, de réexamens, de nouvelles découvertes, et chaque quotidien a sa page médecine au moins une fois par semaine, où l'on détaille généralement quelque nouvelle technique. Jusqu'aux hebdomadaires de programmes télé qui ont leur rubrique médicale. Ah, ça bouge, la médecine... Remarquez, l'homéopathie, elle, ne bouge pas beaucoup. Elle est sortie toute droite du cerveau de son inventeur et n'a pas varié d'un iota depuis, du moins dans ses principes, car on a ajouté des tas de choses à la "pharmacopée" hahnemanienne. Deux cents ans après son invention, elle reste comme un roc, sans bouger. Etonnant. Par contre, les labos qui produisent l'eau de perlimpimpin, ceux-là sont bien de leur époque et ne laissent pas passer une occasion d'augmenter leur valeur boursière avec le dernier cri en matière publicitaire. Sans compter la géniale invention de l'allopathie, aka la médecine factuelle ou scientifique, comme on préfère. Voilà comment on espère mettre sur le même pied de la magie et de la science. Mais je reconnais que la médecine du temps de Hahnemann valait bien celle de Molière. On a évolué depuis - enfin, je parle de la médecine scientifique ; depuis Hahnemann, on a évolué aussi, pour inclure des broyats d'abeilles, de vers de terre ou de puces, semble-t-il.

 

 ***

 

Nos négociateurs de gouvernement se sont donc mis d'accord pour "sortir du nucléaire", et ils ont laissé filtrer dans la Presse que la Belgique allait pousser pour avoir en Europe une économie qui réduirait ses rejets CO2 de 40% à l'horizon 2025 et jusqu'à 95% en 2050 ! 95% ! Il faut oser... Je me demande bien pourquoi ils gardent ces 5%, d'ailleurs. Autant dire à 100% car ils tablent évidemment sur une découverte extraordinaire qu'on ne manquera pas de faire dans les années à venir et qui permettra de faire rouler les voitures, voler les avions et voguer les navires avec (je suppose) de la kryptonite ou un autre matériau magique qui nous sera remis par des extra-terrestres bien disposés à notre égard puisque nous voulons nous amender. Ou alors, en 2050 il n'y aura plus ni voitures, ni bateaux, ni avions (d'ailleurs l'ineffable Yves Cochet a bien prédit que les avions n'existeraient plus vers 2025). On les aura purement et simplement interdits. Bah, ces hommes et femmes politiques ne seront plus là en 2050 de toutes façons, ça ne leur coûte pas grand chose de faire de grandes déclarations.

 

*** 

 

Et à propos de voitures, j'entendais hier une rubrique radio où l'on annonçait qu'en 2011 on avait vendu une vingtaine de voitures électriques en Belgique, dont seulement trois à des particuliers (je parle de vraies voitures, pas des tricycles agrémentés d'un moteur électrique auxiliaire et hors de prix, comme en possède un cousin de ma femme, je vous l'ai déjà présenté). Et de donner la parole à un représentant de Peugeot ou de Renault, je ne me souviens plus, qui expliquait avec des sanglots dans la voix que ses voitures électriques rejetaient 0 g de CO2 dans l'atmosphère et qu'elles ne se vendaient pas... Et voilà encore une découverte fantastique : ces voitures utilisent-elles des paratonnerres ou vont-elles chercher les courants telluriques ?

 

***

 

Enfin, en ce qui concerne les "droits à polluer" du CO2, je suis tombé sur une publication assez intéressante (mais "pay-walled") d'une équipe menée par Michael Pahle du Potsdam Institute for Climate Impact Research (RFA), selon laquelle l'allocation des "droits à polluer" dans le système européen ETS en 2005 a conduit à allouer une quantité très excessive de ces droits aux agents existant sur le marché, c'est-à-dire essentiellement aux centrales au charbon - charbon qui, par ailleurs, est abondant en Allemagne et dont l'extraction est lourdement subventionnée... Ne nous étonnons pas si, depuis l'annonce du démantèlement nucléaire en Allemagne, nous allons assister à l'éclosion de nombreuses centrales qui rejettent bien sûr notre cher dioxyde de carbone, mais aussi toutes sortes de joyeux polluants (le charbon allemand est sale). Mais on sait que la RFA est particulièrement exposée à de violents séismes et à des tsunamis dévastateurs. Et on sait aussi que Greenpeace tient trop à sa base allemande - qui lui rapporte gros - pour ne pas trop malmener les dirigeants de ce pays. On les félicite d'avoir abandonné le nucléaire, mais on ne proteste pas beaucoup contre les centrales à charbon...

Repost 0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 15:04

Une semaine au Fespaco, ça fait du bien, même s'il faisait tout de même très chaud, et une chute de température de plus de 40 degrés après 5 heures de vol, c'est - disons - revigorant !

 

Mais j'ai eu le temps de faire des découvertes intéressantes, par exemple celle de sites qu'on peut vraiment dire climato-ultra-sceptiques. Pour employer une terminologie en vogue, je me compte parmi les lukewarmists, les tiédistes (mais pas du tout dans le sens de vae tepidis !), ceux qui admettent que la température varie, qu'on est sans doute depuis pas mal de temps dans une période de léger réchauffement, mais qu'on a tout le loisir de voir venir et de se préparer en conséquence. Et, toujours naïf, je pensais que le terme de sceptiques, voire de négationnistes, était utilisé de manière révoltante contre tous ceux qui, tiédistes ou non, étaient tout de même en mesure d'étayer leur position de manière scientifique. Mais voilà : il existe une frange d'irréductibles que je viens de découvrir, des purs et durs qui nient tout simplement l'existence d'un quelconque effet de serre, qui excluent les infra-rouges du bilan radiatif, bref qui ne croient pas à la loi de Planck, ni à celle de Stefan, ni aux corps noirs, ni à toutes ces fadaises. Je préfère ne pas donner de références pour ne pas faire de publicité à ce genre d'hurluberlus, mais je note tout de même qu'ils existent ; et je n'irai pas jusqu'à dire que ce sont des hommes-grenouilles envoyés par Hansen, Pierrehumbert et consorts...

 

Pour en revenir au titre, je voudrais revenir sur ce qui me paraît bien plus que de la simple terminologie. Les mots température et chaleur sont couramment confondus dans le langage courant ("Il portait des pulls par une chaleur de 35 degrés!", Pétillon, Les disparus d'Apostrophes p.45, Dunod (1982)), or, ce sont bien évidemment des concepts physiquement totalement différents, la chaleur étant une grandeur extensive et la température intensive ; c'est d'ailleurs pourquoi on peut parler de moyenne globale de la chaleur mais pas de la température (une "température moyenne" n'a de signification que statistique dans une série temporelle en un point donné. Faire la moyenne de la température au même instant entre Ouagadougou et Port Moresby est bien évidemment dépourvu du moindre sens physique). Pour fixer les idées, et suivant les chiffres du GIEC 2007, le forçage anthropogénique en 2005 correspondrait à 2,8 x 1022 joules/an (marge d'erreur : environ 1,6). Or, la majeure partie de cette chaleur est stockée dans les océans, et J.K. Willis estime (par des mesures) cette valeur à 0,12 x 1022 joules/an, soit bien moins que les valeurs calculées par Hansen ou le GIEC. La thèse de Pielke, qu'il répète haut et fort depuis pas mal de temps, est que l'activité humaine influence de manière très importante le climat régional : aérosols, couverture du sol, barrages, carbone noir, etc. Voici d'ailleurs ses remarques toutes récentes devant le Comité de l'Energie et du Commerce du Parlement américain :

 

1.      Les recherches ont démontré que se restreindre à considérer le dioxyde de carbone et quelques gaz à effet de serre comme dominant l'influence humaine sur le climat est une vision trop étroite et passe à côté d'autres influences humaines importantes.

2.     Les expressions "réchauffement global" et "changement climatique" ne sont pas équivalentes. Le réchauffement global est une partie du changement climatique.

3.     Les prédictions (ou projections) météorologiques régionales à terme de plusieurs décennies, y compris les événements extrêmes, sont bien plus difficiles qu'on ne le pense généralement. De la même manière, l'attribution des causes de tel ou tel événement extrême à tel ou tel forçage climatique est scientifiquement hasardeux. si le chercheur choisit d'ignorer d'autres causes humaines ou naturelles de ces événements.

4.     Les résultats scientifiques du GIEC et du CCSP ainsi que les différentes déclarations de l'AGU (American Geophysical Union), de l'AMS (American Meteorological Society) et du NRC (National Research Council) sont réalisés par un petit nombre de climatologues qui sont d'ailleurs souvent les mêmes dans chaque cas.

De fait, les prédictions climatiques régionales pluridécennales dont la justesse ne peut être vérifiées que dans quelques décennies ne constituent pas une approche scientifique. Les modèles eux-mêmes sont des hypothèses.

Repost 0