Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 20:29

Ah oui, maintenant, ça vient de tous les côtés : MMR, Séralini, Cash Investigation... On n'en finit pas, et ils veulent tous être protégés, notamment contre ceux qui les contredisent parfois de manière assez abrupte : voir les condamnations contre les contradicteurs du sublime professeur Séralini, qui, lui, ne se contente pas de suivre ses rats Sprague-Dawley durant six mois, mais bien durant deux ans, deux ans ! Auquel âge quasiment toutes ces braves bestioles développent des tumeurs... Mais loin de moi de dire que c'est un farceur, un rigolo, une marionnette qui vend ses misérables pseudo-études à Carrefour ou à d'autres sombres sociétés ! Pas du tout ! C'est un honnête professeur qui attaque tous ses immondes contradicteurs en justice d'une manière impeccable... Mon coeur saigne quand je lis toutes les méchancetés qu'on publie à son encontre...

Voici la triste histoire d'un "whistleblower" qui avait voulu dénoncer son employeur (Wayne State University) - et, dans la foulée, réclamait son dû - car comme il dénonçait une quasi-escroquerie de 169 millions de dollars aux dépens du budget fédéral, il aurait pu toucher en passant une jolie petite somme de plus d'un million de dollars... Ah, ces lanceurs d'alerte, tellement désintéressés...

 

Toute l'histoire se trouve sur le magnifique retractionwatch.com :

http://retractionwatch.com/2016/09/28/1st-retraction-for-researcher-who-lost-whistleblower-lawsuit/​

 

 

Repost 0
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 21:56

Depuis quelques années les discussions entre tenants du réchauffisme anthropologique et ses sceptiques (ignoblement qualifiés de Denialists, c'est-à-dire négationnistes en référence aux Faurisson, Dieudonné et al.) se réduisent à des joutes entre les "réchauffistes catastrophiques" et "lukewarmists (tiédistes)" dont la principale pomme de discorde tient à un coefficient de rétroaction sur le doublement du taux de CO2 atmosphérique (à ce sujet, voir une présentation de Judith Curry). Quoi qu'on puisse en dire, ni les uns ni les autres ne peuvent se prévaloir de détenir la preuve scientifique de leur opinion. Il semble cependant que les "tiédistes" peuvent se prévaloir d'une très mauvaise capacité des modèles mathématiques établis par les "réchauffistes" à prédire l'excellence de leurs prédictions. 

On trouvera chez "A Chemist In Langley" un excellent post sur les différences entre les erreurs de type I et type II, suivi par une critique du post par Michael Tobis, très intéressante elle aussi. On peut certes être d'accord avec MT lorsqu'il dit que les "sceptiques" (il n'utilise pas le D-word, mais tout de même un peu à contre-coeur...) devraient être sceptiques envers leurs propres champions, et c'est noté : quand je lis un post de Monckton, tous mes voyants sont allumés... Mais pourquoi ne devrait-ce pas être symétrique ? Pas de scepticisme chez les "réchauffistes" ? Pas d'esprit critique ? Bizarre tout de même... Ah oui, le biais de confirmation... Mais nous sommes constamment matraqués par la Presse et les "réchauffistes" tiennent le haut du pavé, et lorsque M. Meteo de FR2 (Philippe Verdier) ose se fendre d'un (très gentil) livre mettant certains dogmes en doute et raille un peu les Zautorités Françoises - il se fait foutre à la porte et personne ne le soutient. On peut se scandaliser de la censure en Turquie et ailleurs, mais pas chez nous, bien sûr !

On trouvera chez Lucia Liljegren un  très bel article de David Smith, celui qui à inventé le mot de "lukewarmist" en 2008. Je vous joins une traduction qui vaut ce qu'elle vaut :

Bonjour, Lucia. Ici David Smith, celui qui a inventé le terme "lukewarmer" sur Climate Audit en 2008.

Comme les gens, les mots ont une vie à eux et peuvent être vus différemment selon ceux qui les voient. Ce que pensait quelqu’un il y a quelques années n’a plus aujourd’hui beacoup d’importance. Mais pour m’amuser je vais décrire ce que je voulais dire par « lukewarmer » - tiédiste – à cette époque [2008].

Tout d’abord, être “tiédiste” reflétait l’idée que la la sensibilité climatique à l’équilibre devait plus que probablement se situer à mi-parcours, vers une augmentation de 2°C pour un doublement de CO2. Cela découlait pour moi de ce que je ne voyais pas d’indication d’un fort feedback de vapeur d’eau. Pour moi, un faible feedback me semblait probable. Les effets seraient plutôt ressentis dans les régions les plus froides et moins sous les tropiques, comme prévu par le GIEC, et plutôt de nuit que de jour.

Deuxièmement, cela reflétait mon point de vue que des changements complexes ont tendance à produire à la fois des avantages et des inconvénients, des gagnants et des perdants. Et également mon point de vue que, historiquement, le réchauffement régional avait finalement été bénéfique à l'espèce humaine alors que le refroidissement avait été néfaste. L'impact global d'un réchauffement de 2°C, serait, à mon avis, un match nul pour la civilisation. Il y aurait des mouvements dans la biosphère, principalement dans les territoires de la faune et de la flore et dans certains cas des changements de certaines interactions, mais je ne voyais que peu de craintes d'extinctions ou de disparitions massives.

Troisièmement, cela reflétait mon point de vue que l'humanité est résiliente et ingénieuse. Nous, les humains, avons surmonté les changements climatiques depuis de nombreux milliers d'années et nous pourrons continuer car le climat va changer, que le CO2 augmente ou non. Nous nous en sommes sortis et nous nous en sortirons.

Quatrièmement, cela reflétait aussi un souhait que le lent et vacillant progrès de l'humanité envers la solidarité allait se poursuivre. Les régions bénéficiant du réchauffement (ou bénéficiant d'émissions dispropotionnées) ont l'obligation d'aider les régions qui en souffrent. C'est une obligation sociale qui nous incombe, que le problème vienne d'un changement climatique, de maladies, de tremblements de terre, de zombies ou de quoi que ce soit. On est tous ensemble. Je suis peut-être trop optimiste quant à la société, mais je pense qu'on y arrive.

Cinquièmement, je pourrais me tromper. Et donc je crois prudent de se couvrir des risques éventuels de manière réaliste, comme nous le faisons dans tous nos projets humains. Améliorer l'efficacité énergétique et développer les sources d'énergie non fossiles me semble sensé, comme couverture et pour diverses autres raisons (même si je n'ai pas complètement réfléchi au sujet). Un monde à l'énergie provenant principalement du nucléaire, du renouvelable et du gaz naturel en plus des augmentations d'efficacité énergétique et de progrès sur de nouvelles sources me semble un bon projet à moyen terme.

Même si nous ne commercialisons pas ces sources alternatives, ayons tout de même la technologie "prête à servir". L'essentiel de nos efforts devrait porter sur d'autres problèmes sociaux, comme par exemple le taux de morts violentes dans les villes aux USA. 250.000 jeunes hommes ont été tués dans ce pays depuis 1980. C'est épouvantable et c'est un exemple d'un problème auquel nous devrions consacrer de larges ressources. La malaria est un autre exemple.

 

Voilà ce que je pensais en 2008. Pas grand' chose n'a changé depuis sauf que je publie moins dans la blogosphère à cause de son aspect criard. Tant de commentateurs se comportent comme des tdc adolescents. J'admire votre patience. J'étudie aussi l'acidification des océans, un sujet qui n'était pas sur mon écran radar en 2008.

Un dernier commentaire. ​ Le public est léthargique en ce qui concerne le changement climatique malgré une presse massivement catastrophiste. La raison de cette léthargie est que le public sait intuitivement que des changements complexes auront des impacts positifs et négatifs. C'est la vie qui nous l'apprend. Tout sujet qu'on nous présente comme "que du mauvais" ou "que du bon" nous fait nous méfier et alerte notre sens anti-foutaises. On renifle la malhonnêteté.

Si les scientifiques étudiant le climat désirent rallier le public à leur cause, alors ils doivent être francs à propos du changement climatique et de ses conséquences et imprécisions. Cette approche contre-intuitive les rendrait plus crédibles et leur assurerait un meilleur appui du public. Sinon, les alertes-foutaises sonnant dans nos têtes collectives étoufferont encore et toujours leur message.

Et donc, voilà l'opinion de la personne qui a inventé ce mot.

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 20:34

C'est le titre d'un livre passionnant de Ken Thompson (sous-titre : Why Invasive Species aren't All Bad) que j'avais acheté il y a quelques mois en éditions papier et Kindle, comme d'habitude, et que je relis ce soir, mémoire faiblissante oblige...

Et je ne puis m'empêcher de citer quelques phrases d'un auteur hors AGW (même s'il est plutôt IPCC-minded) :

"In short, the Earth is a dynamic, dangerous and unpredictable place. Any given spot is generally, and usually sooner rather than later, subject to some extreme geological or climatic catastrophe. (...)We have short memories, and we are fortunate to live in a brief moment of relative climate calm (although it seems an unimaginably long time to us)."

Je n'ai pas sorti ces phrases de leur contexte, allez voir sur son livre, Greystone Books pp 20-30, il y a plein d'autres découvertes à faire en lisant ce livre : saviez-vous que les chameaux venaient il y a environ 40 millions d'années de ce qui est, maintenant, l'Amérique du Nord ? Si oui, bravo, vous avez gagné. Moi, j'ai perdu...

"Species are born, and then they die. That is, they evolve by natural selection from early species, which may be less than a million years (or even more), they may do many things. But one thing they don't do is hang around in the same place".

Lisez ce livre, il en vaut la peine...

Repost 0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 20:42

C'est une des plus belles réalisations scientifiques et technologiques que nous ayons connues. Et aussi une des plus belles questions que nous ayons à résoudre sur l'origine de l'eau et de la vie sur notre planète - sinon sur d'autres...

Arte, dédaignant pour une fois ses misérables "documenteurs" sur des rigolos, passera demain soir à 20h50 un documentaire, un vrai, sur la sonde ; en attendant, on peut voir sur son site une série de documents parfaitement époustouflants.

C'est prodigieux et ça me fait un réel plaisir de voir ces images et ce périple inouï.

Gros bémol (pour moi) : comme je suis envieux de tous ces techniciens, ingénieurs et informaticiens qui ont mené presque à bien une pareille mission...

Cela dit, l'origine de l'eau sur Terre reste encore mystérieuse... Les premières données de Tchouri semblent revues à la baisse : http://www.newscientist.com/article/mg22630200.300-rosettas-wrong-water-could-be-right-after-all.html#.VWjEp_6Ud8E​

Mais mais mais, sait-on jamais ? Le propre de la Science c'est de se remettre toujours en question, non ? Pas pour ce qui est de certains au GIEC, en tous cas...

Repost 0
Published by cdc - dans sciences
commenter cet article
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 20:22

Oui, c'est chez Wattsupwiththat.

Bien sûr, Monckton est un farceur, mais celui qui a écrit son article ne semble pas en être un, c'est assez convaincant, et d'ailleurs il suffit de voir comme les modélistes se défendent : mal. L'affaire est devenue complètement politique, et depuis longtemps.

On peut voir ici l'étendue de l'Antarctique, un nouveau record. Pour ce qui est de l'Arctique, c'est moins évident, mais les prévisions catastrophiques, en tous cas, ne se réalisent nullement.

Chez Donna, un article dévastateur sur notre Jean-Pascal van Ypersele, un croisé de la lutte réchauffiste !

Et pour ce qui est du RoundUp (glyphosate), voyez l'article de Marcel Kuntz à ce sujet. De quoi douter, sinon faire un procès d'intention...

Bonne lecture !

Repost 0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 12:12

C'est-y pas scandaleux de voir tant d'argent dépensé alors qu'il y a des petits Chinois qui meurent de faim ! Une véritable honte, Madame ! Et puis d'abord tout ça c'est du bidon, ils ont tout fabriqué avec Photoshop et ils ont empoché les milliards, c'est comme les Hommes dans la Lune. Et d'ailleurs, ça sert à quoi tout ça ? Moi, je sais bien l'origine de l'univers, c'est même la première page de la Bible, ça coûte tout de même moins cher, non ?

Ah là là... quel scandale !

Repost 0
Published by cdc - dans sciences
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 21:43

So was hissing my Mom when I was a kid - she was tired of Nature-banging, bearded, sandal-wearing Philippulus-like characters (do you remember Hergé's "L'étoile mystérieuse"?), and this was in the 1920's (she was born when "Ce siècle avait deux ans", a century after Victor Hugo's birth). Well, she was a bit ahead of her time, and I was really happy to read this lately:

"Natural Synthetic biologist Terry Johnson is really, really tired of people misunderstanding what this word means: "Natural" is a word that has been used in so many contexts with so many different meanings that it's become almost impossible to parse. Its most basic usage, to distinguish phenomena that exist only because of humankind from phenomena that don't, presumes that humans are somehow separate from nature, and our works are un- or non-natural when compared to, say, beavers or honeybees. When speaking of food, "natural" is even slipperier. It has different meanings in different countries, and in the US, the FDA has given up on a meaningful definition of natural food (largely in favor of "organic", another nebulous term). In Canada, I could market corn as "natural" if I avoid adding or subtracting various things before selling it, but the corn itself is the result of thousands of years of selection by humans, from a plant that wouldn't exist without human intervention. "

This comes from here.

Read it and the rest of the piece, it makes for a good laugh. Instructive, too...

I also had a kick reading on a honey pot I bought yesterday at Delhaize's "100% Natural". Is it really? No human intervention at all?...

Repost 0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 18:55

Il y en a d'autres ici : http://tapastic.com/episode/40056

(Merci à WUWT)

Repost 0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:33

Dans son anglais impeccable et d'un snobisme calculé, Lord Monckton of Brenchley (ce nom à charnière fait grincer certaines dents...) se défend (et défend bien d'autres) dans un post récent de WUWT d'avoir "cherry-picked", choisi avec une idée derrière la tête la date de 1998 comme début de la "Pause" dans le réchauffement global - 1998 étant une année de Niño particulièrement puissant, les plus ardents réchauffistes le clament maintenant après avoir précédemment nié l'importance du phénomène.

pas de réchauffement

pas de réchauffement

En fait, il suffit de remonter dans le temps et voir jusqu'où on remonte, en l'occurrence 17 ans et six mois pour l'instant. De toute manière, si on devait prendre les données depuis le début, soit 1979 (ici, il s'agit des mesures RSS, c'est important à dire), on aurait à peine plus :

peu de réchauffement

peu de réchauffement

soit 1.24°C par siècle, bien sous les 1,7 du R5 du GIEC, des 2 du R4, de la moyenne de 3,5 du R1 et un quart des 5°C annoncés en grande fanfare par James Hansen devant une commission parlementaire en 1988 (la fameuse séance où il avait bricolé la clim' pour faire mieux passer son message).

Mais il y a mieux : Monckton et son compère Fred Singer sont tombés sur un phénomène curieux en étudiant cette dernière courbe, qu'on peut couper en trois :

 

 

Une manière de découper le poulet
Une manière de découper le poulet
Une manière de découper le poulet

soit deux paliers encadrant un raidillon. Est-ce un coïncidence ? Y a-t-il une raison physique là-derrière ?

C'est peut-être rien, mais il y a peut-être quelque chose à découvrir là-derrière...

 

A suivre !

Repost 0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 21:57

Article très intéressant dans la livraison d'octobre du Scientific American : pourquoi les Humains vivent-ils si vieux ?

C'est un réel problème, et les généticiens planchent là-dessus, parfois aussi avec l'aide des sociologues (et je persiste à prétendre que les sociologues n'ont plus l'importance qu'on leur accordait il y a peu. Pour ma part, je le regrette, comme je regrette cette surpsychologisation assommante qui nous entoure).

On a apporté tant d'hypothèses à ce sujet, mais sans aucune réponse valable.

Il y a bien sûr ceux (et j'en suis part) qui pensent que le vieillissement est évidemment "naturel" mais doit et peut être combattu. S'il est possible d'être immortel, pourquoi pas ? Mais une telle immortalité ne doit que passer par une volonté de l'accomplir, loin des interdictions religieuses. C'est le point de vue des "transhumains", une jolie bande très américaine ("Only in America!") dont on peut trouver quelques illustrations dans le livre des plus amusants d'Ed Regis, Great Mambo Chicken & The Transhuman Condition.

Revenons à notre athérosclérose fatale. L'article cité ci-dessus suggère (ce n'est évidemment qu'une première étude) que l'athérosclérose n'est nullement une maladie moderne et qu'elle pourrait être due (au moins en partie) à notre merveveilleux système immunitaire...

Vivrons-nous bien plus longtemps bientôt (et même plutôt ?).

En ce qui me concerne, j'aimerais vivre, ça va de soi, plusieurs siècles, sinon plusieurs millénaires... J'en ai discuté récemment avec des amis que cela choquait !

 

Tant pis pour eux... et tant pis pour moi...

Repost 0