Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 22:39

Juno a été lancé aujourd'hui pour (dans cinq ans...) étudier Jupiter et savoir si oui ou non, il possède un coeur solide (mais pas que ça, bien sûr !). Vous pouvez voir les détails sur le site de la NASA. Mais vous y avez peut-être déjà été.

Je n'en suis pas encore au point où je ne suis pas très sûr d'être encore de ce monde pour voir les résultats de cette mission, mais il y en aura encore tant d'autres !

 

Reiser avait raison : nous vivons une époque formidable !

Repost 0
Published by cdc - dans sciences
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 14:41

Chacun sait que la technique de "fracking" pour extraire le gaz de schiste pollue tellement les nappes acquifères qu'on arrive à faire brûler de l'eau du robinet, ainsi que l'a montré Josh Fox dans un documentaire - Gasland - qui a certainement été utilisé par Arte, France 3, Télérama et tutti quanti.

 

Ce que n'a pas montré Josh Fox, et dont il n'a soufflé mot, c'est que cette "eau inflammable" existe au moins depuis 1936, et est due à une origine parfaitement naturelle - du méthane biogénique, en fait. Quand Phelim McAleer lui a posé quelques questions après une projection de son documenteur, Fox a très franchement admis qu'il était au courant mais qu'il n'en a rien dit "because it was not relevant". Fox a fait retirer la séquence de McAleer de YouTube pour des raisons futiles, ce qui n'a pas empêché McAleer de riposter et de finalement obtenir gain de cause : sa séquence peut être vue ici, et elle en vaut la peine.

 

Cela dit, je ne suis pas persuadé que le fracking soit la meilleure solution d'extraire le gaz de schiste, dans la mesure où c'est tout de même assez brutal et pas très bien contrôlé (contrôlable ?). Mais en l'occurrence, les opposants farouches au gaz de schiste ne changeraient nullement de point de vue si l'on développait une méthode d'extraction sans aucun risque : ils sont tout simplement contre toute espèce de source d'énergie nouvelle, car ils veulent nous rendre frugaux. Pauvres, pour être plus précis. Ils célèbrent l'humble pauvreté de tous les gentils paysans du "Tiers Monde" et ne comprennent pas pourquoi l'Homme de nos civilisations diaboliques s'est écarté des chemins ancestraux de la sagesse. Et pour atteindre leur noble but, pourquoi ne pas utiliser un peu de désinformation, un peu de coercition, un peu de mensonge ? C'est pour la bonne cause, non ?

Repost 0
Published by cdc - dans sociologie
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 10:39

J'ai toujours été sceptique sur ce qu'on appelait à l'époque les biocarburants, malgré ma fibre technologique qui restait optimiste, même si le chiffre annoncé par le DOE (Department Of Energy) début 2007 (30% des carburants US couverts par des agrocarburants) me semblait quelque peu suspect, tout comme le pronostic de l'EPA (Environment Protection Agency) de produire en 2011 100 M gallons/an, chiffre revu à la baisse en 2010 pour en arriver à 6,5 M gallons - et ce n'est pas certain qu'on y arrivera...

En attendant, le prix du blé a fortement augmenté, comme celui du maïs, rendant les agrocarburants encore plus chers ; ceux-ci ont-ils été la cause de cette hausse de prix ? C'est possible en partie, mais je suis assez dubitatif. Par contre, un recours massif à ces agrocarburants serait évidemment une "catastrophe écologique majeure". C'est d'ailleurs l'avis de Craig Venter, l'homme qui séquence l'ADN plus vite que son ombre, qui ne jure que par les algues microscopiques ; remarquez, soit dit en passant, qu' ExxonMobil a investi 600 millions de dollars dans sa compagnie, Synthetic Genomic, ce qui fait sourire lorsqu'on parle des lobbies pétroliers alimentant les climato-sceptiques... S'imaginer qu'il n'y a pas d'autres lobbies, groupes de pression et autres vested interests est évidemment d'une grande naïveté... mais je m'égare.

Notons tout de même qu'en 1996 le US National Renewable Energy Laboratory a abandonné un programme de recherche sur les algues après 18 ans de travail et 25 millions de dollars ; et que la firme Solazyme a fourni plus de 20.000 gallons de combustible à la Marine US - ce dont un grand ponte de la US Navy se vantait dernièrement dans je ne sais plus quel journal, ajoutant que la Navy faisait son travail pour la planète, bravo, bravo... 20.000 gallons, ça fait combien de minutes de route d'un porte-avion ? Et puis, il était muet sur le prix, ce qui se comprend, puisque Solazyme avait demandé 424 dollars le gallon...

 

Vous trouverez un article très intéressant sur le sujet dans le Scientific American du mois d'août, avec un article tout aussi passionnant sur les multivers. Bonne lecture !

Repost 0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 10:57

C'était il y a 56 millions d'années, un accès de fièvre de la Terre dû semble-t-il à un dégagement massif de CO2 et de méthane, et si vous voulez des détails, vous en trouverez dans le Scientific American de ce juillet, de la plume de Lee R. Kump, qui est paraît-il un spécialiste de la question.

 

C'est aussi un spécialiste de l'apocalypse, qui fait évidemment le parallèle entre le réchauffement précédent et la situation actuelle et prédit de cataclysmiques extinctions et des mouvements de population effroyables, qui ont d'ailleurs déjà commencé. Et que, bien sûr, tout cela est évitable si toutes les Nations se mettent rapidement d'accord pour ne plus rejeter de dioxyde de carbone dans les airs, l'article se terminant sur ce vibrant appel.

 

Fort bien, mais j'ai tout de même quelques doutes :

 

- il nous parle depuis l'Arctique où, paraît-il, il y avait des palmiers et des crocodiles lors ce ce fameux MTPE, il y faisait tropical. Tout ça pour 5°C d'augmentation de température moyenne du globe. Je sais bien que le GIEC parle d'une augmentation plus forte aux latitudes élevées, mais tout de même...

- Kump doit bien admettre que, tout compte fait, il ne semble pas y avoir eu d'extinctions massives ou même sévères, à part, bizarrement, chez les foraminifères. Mais ça ne prouve rien, car maintenant ça va beaucoup plus vite, et les êtres vivants ne pourront plus rien faire, ils seront les victimes innocentes de nos folles déprédations. Ah bon ? Et les épisodes Dansgaard/Oeschger, alors ?

- Par contre, une très jolie illustration de l'effroyable danger qui nous menace :

 

 

 PETM

 

la courbe en rouge étant celle de notre temps ; vous imaginez, par rapport à la durée du MTPE... ça fait froid dans le dos, non ?

En tous cas, ça fait surtout mal aux yeux, l'échelle est trop petite pour voir immédiatement que la courbe en rouge plafonne... en l'an 2400 !

 

Sacré Kump, va, tu nous en racontes, des carbistouilles !

Repost 0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 18:04

C'est les Chinois ! Figurez-vous que ces faces de citron ont eu l'audace de construire une centrale électrique au charbon chaque semaine depuis 1998 ! Scandaleux, non ?

 

C'est du moins l'hypothèse émise dans un article récent paru dans le Proceedings of the National Academy of Sciences, sous la plume de Robert Kaufmann et al. Comme l'avoue ingénuement le lead author, il avait été un peu étonné d'apprendre que la température moyenne du globe avait quasiment stagné depuis 1997-1998, et comme ça lui semblait étrange, il avait donc cherché ce qui pouvait bien contrebalancer l'évident réchauffement global anthropogénique, et il avait donc considéré l'ENSO (en gros, El Niño), le rayonnement solaire et les aérosols de SO2 dus au charbon, il avait tout passé à la moulinette d'un modèle mathématique (sans rien mesurer lui-même, évidemment) et bingo ! ça clopait, c'était in ze pocket pour ainsi dire. L'article avait évidemment fait le tour des rédactions et même bénéficié d'une publication élogieuse dans le New Scientist. Richard Black (BBC), lui, ne s'en était pas laisser conter, parce que pour lui, tout simplement, cette rémission n'existe pas, elle n'existe que dans l'esprit des sceptiques. Seul compte le lissage (malgré l'interdiction de William Briggs et brocardé par David Middleton dans WUWT, où il montrait que par lissage on pouvait prouver que le réchauffement était cyclique...).

 

Black, carboniste mais honnête, faisait état d'une critique de l'article (“tweak an out-of-date computer model and cherry-pick the outcome to get their desired result”), et c'est vrai que modèle sur modèle sur modèle, une fois encore on ne prouve rien, que le fait de créer un (vieux) modèle et d'y ajouter des paramètres tirés d'un chapeau. L'article de Kaufmann et al. ne vaut pas grand'chose, comme le démontre bien Judy (Boo, hoo ! Hiss, hiss !) Curry, qui conclut son poste de manière assez méchante (mais très juste !) :

 

"And finally, with the civil heretic discussion fresh in my mind, I checked the personal web pages of each of the co-authors: Robert K. Kaufmann, Heikki Kauppi, Michael L. Mann (not Michael E. Mann, of hockeystick fame), and James H. Stock. These authors (individually and collectively) apparently know a heck of a lot less about atmospheric aerosols (i.e. pretty much nothing) than Freeman Dyson knows about climate change. The authors don’t seem to know much about attribution, either."

 

C'est dur, et c'est mérité.

 

Mais toute la Presse l'a répercuté, cet article...

Repost 0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 13:43
Une remarquable vidéo que j'ai trouvée sur WUWT. Vraiment excellente ! Je me suis simplement permis de sucrer "Left's" (qui n'est d'ailleurs pas dans la vidéo originale) car je m'estime toujours de gauche... même si je me reconnais de moins en moins dans ceux qui l'incarnent aujourd'hui. Je vieillis, c'est sûr... En attendant, dégustez ce petit délice basé sur les travaux de Roy Spencer.
 
Repost 0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 10:00

Et donc, d'après Le Monde, Renault se débrouillera tout seul pour développer ses batteries. Et ceci après une volée d'articles mettant en doute la sûreté et la fiabilité de ces batteries Li-ion et que la bataille fait rage entre les tenants du manganèse lithié et ceux du phosphate de fer (je n'entre pas dans les détails, c'est un peu technique et d'ailleurs peu importe).

 

Ces batteries sont donc dangereuses, et très chères par-dessus le marché ! Ah, mais il faut attendre un peu, me répliquait il y a quelques jours un ardent partisan des véhicules électriques, la technologie évolue ! Certes, et le Wall Street Journal a publié récemment un article citant lui-même une étude du Boston Consulting Group selon laquelle à l'horizon 2020 une batterie Li-ion de 20kWh devrait coûter quelque 10.000 USD en argent actuel. 20 kWh. 10.000 $. Comme je l'expliquais il y a peu, il me faut 3 minutes pour mettre 600 kWh dans le réservoir de mon Espace. Et le rapport de conclure que, puisqu'il faut environ 8 ans pour amortir le surcoût d'un véhicule tout électrique - même avec de l'essence à 6$/gallon, on voit immédiatement qu'à moins de taxer lourdement les thermiques (vous imaginez un politique qui ose faire ça ?) ou de subventionner à la louche les véhicules électriques, c'est perdu d'avance. Sauf évidemment pour les techno-geeks à la George Clooney qui paradent dans leur Tesla...

Repost 0
Published by cdc - dans économie
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 23:07

J'avais pensé, il y a un an, que la crise était finie. Ben, non, c'est pas sûr. Un très beau tryptique de Bacon ne s'est pas vendu, mais évidemment il était à 50 millions d'USD. Cher, donc. Et le dollar étant faible, on aurait pu espérer. Fichu. Par contre, Julie Mehretu - superbe - vend ses uniques moyen format à 600.000 USD ! Et un bon poulain comme Kailiang Yang, qui évolue de parcours pluvieux en paysages urbains fascinants pour à peine 30.000 € en grand format (3m x 4). Une affaire  ! Autre affaire à faire, Jorinde Voigt qui reste à plus ou moins 20.000 € pour un grand format et qui me bouleverse. Et tous les professionnels se plaignent de l'arrivée de people qui ne connaissent rien à l'art mais qui sont là pour se faire voir. Il paraît que c'est la même chose à la Biennale de Venise, je n'y serai qu'en Octobre, et j'en parlerai à l'époque. C'est autre chose qu'Art Basel.

 

Brancusi/Serra à Beyeler, extraordinaire ! D'accord, je suis un groupie de Serra...

 

 

Repost 0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 11:27

Lorsque 95 sénateurs américains ont voté contre l'adhésion des USA au ridicule traité de Kyoto, leur objection était de taille : à quoi bon transférer la main d'oeuvre américaine à la Chine ? Bien évidemment, l'Europe a saisi une fois de plus l'occasion de faire la morale au monde entier, fût-ce au détriment de ses citoyens, elle a sauté sur le Protocole en criant "Encore, encore !..." Cette volonté de donner des leçons est un des côtés les plus pénibles de la Commission, aidée en cela d'ailleurs par les euro-parlementaires qui peuvent se permettre d'être très généreux et/ou très idéologues : ils sont moins "près de leur peuple" que les parlementaires nationaux, après tout.

 

Leçons de morale, peut-être, mais avec des coups tordus, je l'ai déjà mentionné en ce qui concerne le Royaume-Uni. Et le Royaume-Uni n'est pas seul, évidemment ! Je suis retombé sur un article pas tout récent du très écolo-gaucho Guardian, celui-là même qui publie religieusement George Monbiot, et selon lequel si l'Agence Environnementale Européenne peut claironner le grand succès de son adhésion à Kyoto, puisque les émissions de CO2 des 27 ont décru de 27% entre 1990 et 2010, elle préfère évidemment passer sous silence le fait que l'Europe dans son ensemble a purement et simplement externalisé ses émissions (et des postes de travail, bien sûr !) en important des biens et services d'autres pays, et qu'il en est résulté une augmentation de 40% desdites émissions. Mais elles étaient produites ailleurs, en Chine notamment, en Chine où quelque 30% des émissions de CO2 servent à des produits d'exportation, or le Protocole de Kyoto (et l'AEE) ne comptabilise que les productions nationales.

 

Je ne comprends pas, je n'ai jamais compris comment la Presse du monde entier pouvait répéter, encenser, admirer et répandre les pires âneries parce qu'elles étaient vertes, ou plus exactement parce qu'elles étaient professées par des idéologues qui se réclamaient de "l'écologie". Le fait que GreenPeace et consorts aient des budgets annuels de centaines de millions de dollars est un commencement d'explication, car il ne faudrait tout de même pas oublier que BP est un généreux donateur pour toutes sortes d'ONG "vertes".

 

Mais enfin, me direz-vous, cet article du Guardian prouve bien qu'on peut être "écolo" et sincère, n'est-ce pas ? Certes, et même intelligent, car ce n'est pas moi qui traiterai George Monbiot d'imbécile (je suis moins sûr en ce qui concerne les Cochet, Mamère et autres rigolos). Mais l'intelligence et la sincérité butent toujours sur la militance. Dommage.

Repost 0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 23:13

"Je n'ai pas peur des clichés !" nous annonce tout de go le cher Woody dès les premières images précédant même son habituel titrage N&B sur fond de jazz (Sidney Bechet et clarinette oeuf corse), et c'est vrai qu'on se délecte à l'avance de voir toute la panoplie parisienne - Montmartre, Odéon, tour Eiffel etc.

Mais tout d'abord, je me dois de reconnaître que le "narrateur", Gil, un alter ego de Woody comme dans plusieurs de ses films (je pense à l'excellent Celebrity, entre autres) me fait lever la peau en cloques avec sa bouche en cul de poule et sa coiffure imitant celle de son maître et persona. Oui, c'est pour moi, et je dois donc le laisser sous la table.

Cela dit, l'idée de revenir dans le passé est bonne, évidemment, même si ce n'est pas très nouveau. Et que chacun ait son idée de l'Âge d'Or est amusante - et pas très nouvelle non plus.

Mais les personnages présentés ne sont pas convaincants ; Hemingway débite des sottises machistes, Picasso, Buñuel et tutti quanti ne font que parler un anglais qu'ils ignoraient avec un accent français ou espagnol convenu, sans parler du ridicule dialogue où Man Ray parle de faire de la photographie et Buñuel un film, bien que ce dernier ne comprenne rien à une proposition de Gil de tourner quelque chose comme L'ange exterminateur, un pur chef d'oeuvre que Woody semble estimer complètement extérieur au grand Luis.

Et puis, le film patine depuis le début avec les futurs beaux-parents bien sûr Tea Party (on sait que Woody ne fait pas dans la dentelle, c'est souvent très amusant, comme le "crypto-fascist arrogant zombies") - mais ça ne fait pas un film.

Et la fin est assez lourde : on la voyait venir.

Vignettes des années '20, chacun voyant l'Âge d'Or derrière soi (années '20, Belle Epoque, Renaissance et même Louis XIVème), oui, pourquoi pas ? Mais je n'ai pas trouvé que ça fonctionnait bien. Une personne (IMHO) fonctionnait bien : Gertrude Stein ; petit bémol : elle parle de "science fiction". Sans vouloir être aussi pédant que le Ur-pédant du film, je ne crois pas que GS aurait pu utiliser ce terme.

Mais je me trompe peut-être.

Cela dit, assez divertissant.

Repost 0
Published by cdc - dans cinéma
commenter cet article