Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 09:09

feeling the heat nature coverAyant un peu de temps libre, j'en profite pour relire l'excellent Greatest Show on Earth de Richard Dawkins. J'avais un peu oublié que dans le chapitre 5 il cite deux exemples d'évolution très rapide :

- la chasse et le braconnage ont décimé les éléphants, et ceci depuis tout de même assez peu de temps ; en outre, les éléphants ont un taux et une fréquence de reproduction très bas, donc une évolution particulièrement lente. On chasse évidemment les pachydermes pour leurs défenses, et on se retrouve dans une situation d'arbitrage classique en sélection/évolution : avoir de grosses défenses est avantageux dans la nature, mais dangereux face aux chasseurs. Un article publié en 1962 étudie l'évolution du poids des défenses d'éléphants légalement chassés en Ouganda entre 1925 et 1958, et le résultat est clair : il passe de 55 à 40 livres. Certes, reconnaît Dawkins, ce n'est pas scientifiquement rigoureux, il pourrait y avoir d'autres raisons qu'évolutionnistes, etc. Mais c'est tout de même... interpellant.

- le deuxième exemple concerne des lézards sur des îles croates où en une trentaine d'années une espèce de lézards transplantés d'un île sur l'autre sont passés d'un régime carnivore à un régime végétarien, avec toute la série de changements que cela implique : mâchoire plus large, dentition appropriée, valvules cécaux etc.

 

Mais il n'y a pas que Dawkins, évidemment. Le célèbre Peppered Moth (Biston Betularia) a évolué très rapidement lors de la révolution industrielle de sa forme claire (B. B. Typica) vers la forme mélanique (B. B. Carbonaria) en guise de camouflage dû à la pollution. Cette évolution rapide avait été pressentie dès 1896 (voire 1848), puis confirmée par les expériences de Kettlewell (1953) ; certes, dans ce travail de pionnier, tout n'était pas parfait, et les créationnistes plus l'inévitable journaliste ignare de service se sont précipités pour accuser Kettlewell d'erreurs et même de fraude, mais les expériences de contrôle ont confirmé la justesse de ses résultats.

 

Enfin, il suffit de consulter les nombreux et récents articles de Michael Le Page et Ferris Jabr dans le New Scientist pour se rendre compte que les possibilités d'évolution ou d'adaptation chez : les épinoches, les hiboux gris, certains moustiques, les écureuils rouges, la Brassica Rapa (moutarde), en bref "des milliers d'exemples" d'espèces capables d'évoluer très rapidement selon Michael Kinnison de l'Université du Maine à Orono, et ce malgré l'habituel choeur des pleureuses psalmodiant le mantra "c'est trop rapide". Non. On l'a vu plusieurs fois ces dernières dizaines de milliers d'années où les changements dits de Dansgaard-Oeschger (une augmentation de température allant jusqu'à 8°C en quelques dizaines d'années suivie d'une diminution plus lente) n'ont, à ma connaissance, pas entraîné d'extinction notable.

 

Pures foutaises, donc, non ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tietie007 25/06/2011 07:05



Non !



cdc 25/06/2011 11:58



Ben voilà qui est clair !