Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 23:17

J'entendais il y a quelques jours Olivier De Schutter (rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation du Conseil des droits de l'homme à l'Organisation des Nations unies) faisant son bla-bla habituel sur l'alimentation mondiale.

Ah oui, il faudrait s'abstenir de consommer des plats préparés, de la cuisine industrielle, etc. Et, comme il le disait, "faire la cuisine, c'est festif ! on s'y met à plusieurs et c'est un vrai plaisir !" (pas verbatim, mais assez fidèle, googlez pour voir).

C'est vrai, mon coco ? Tu fais de temps en temps à croquer avec tes potes et vous vous fendez la gueule ? Chouette ! Mais tu fais à bouffer deux fois par jour, chaque jour ? Et tout seul, pour ta petite famille ? Moi, ça fait près de cinquante ans que je le fais avec les emplettes qui vont avec et je peux te dire que de temps en temps je suis bien content de ne pas devoir moudre mon grain pour faire la farine de mes crêpes...

Mais évidemment, un bon bourgeois occidental comme lui ne fait pas non plus cuire ses crêpes sur un feu de tourbe ou d'excréments animaux séchés...

P.S. Monsieur Olivier De Schutter est un salaud qui a tout fait pour faire virer The Risk-Monger de son poste. Monsieur Olivier De Schutter est un complice des gugusses du CIRC.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2018 3 21 /03 /mars /2018 15:47
Partager cet article
Repost1
5 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 20:56

Voilà, nous avons donc eu aujourd'hui droit à une série de notices diffusées à notre chère RTBF-alarmiste, selon laquelle les coûts des catastrophes naturelles ont explosé en 2017, plus du double de 2016 !

https://www.munichre.com/topics-online/en/2018/01/2017-year-in-figures

https://www.munichre.com/topics-online/en/2018/01/2017-year-in-figures

Incontestable. Bien sûr, cela inclut les seismes et autres catastrophes 

Distinction climat/météo !

Distinction climat/météo !

mais 70% (oui, vous avez bien lu, 70%) de ces coûts sont imputables aux ouragans nord-américains. Fort bien, mais justement, ces coûts peuvent-ils être comptabilisés tels quels ? Roger Pielke Jr, qui a travaillé avec MunichRe du temps où il s'occupait encore de climatologie, a choisi de refaire un graphique corrigé en tenant compte de l'évolution de la valeur corrigée selon le PIB global (de la même manière qu'on ne peut comparer 1.000 $ de 1980 avec 1.000 $ d'aujourd'hui, l'habituelle opposition courant/constant). Et là, le graphique se modifie quelque peu :

https://theclimatefix.wordpress.com/2018/01/04/weather-disasters-as-proportion-of-global-gdp-1990-2017/

https://theclimatefix.wordpress.com/2018/01/04/weather-disasters-as-proportion-of-global-gdp-1990-2017/

Voilà qui remet les choses en perspective : oui, 2017 a été particulièrement coûteuse, mais 2016, 15, 14 et 13 ont été très calmes... Sur près de 30 ans (soit la durée définissant le climat, ce que semblent oublier certains qui confondent météo et climat), la pente est plutôt à la diminution.

Maintenant, nos chers media lanceurs d'alertes étalent avec gourmandise le nombre de morts causés par ces ouragans. Sans évidemment les comparer avec les victimes des précédents, et, certes, chaque mort est une mort de trop. Cependant, une petite enquête sur le site de la NOAA fait froid dans le dos :

 http://www.nhc.noaa.gov/outreach/history/#galveston 

Galveston, 1900 : entre 6 et 12.000 morts aux USA uniquement ! Et, année après année, les morts s'accumulent.

Evidemment aussi, Le Monde titrait en lettres énormes que 2017 avait vu des ouragans gigantesques, preuve que, etc. Non. La saison 2017 a été meurtrière, c'est vrai, mais elle survenait après une période de douze ans particulièrement calme https://judithcurry.com/2017/10/06/jc-interview-hurricanes-and-global-warming/ :

Catastrophes naturelles, coût et MunichRe

Et d'ailleurs, un chercheur de la NOAA affirmait récemment (https://www.gfdl.noaa.gov/global-warming-and-hurricanes/) : 

  • It is premature to conclude that human activities–and particularly greenhouse gas emissions that cause global warming–have already had a detectable impact on Atlantic hurricane or global tropical cyclone activity. That said, human activities may have already caused changes that are not yet detectable due to the small magnitude of the changes or observational limitations, or are not yet confidently modeled (e.g., aerosol effects on regional climate).

Mais tout cela n'empêche évidemment pas Le Monde de titrer encore ce jour sur notre dernière tempête "climatique"...

Le Monde, la RTBF, incorrigibles menteurs...

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 18:39

La RTBF (du moins ses journalistes) se déchaîne contre la décision européenne sur le glyphosate. Il y a quelques minutes, le journal parlé de la Première nous rappelait que certaines nations ont pris des mesures "draconiennes" (je cite), viz.

- le Sri Lanka, où "des pesticides" ont provoqué de graves lésions rénales. Lesdits pesticides n'étant pas mentionnés autrement, je suppose qu'il ne s'agit pas de glyphosate. Cela dit, connaissant assez bien le Sri Lanka, je ne doute nullement qu'on y utilise des substances quelque peu problématiques, ou qu'il s'agisse d'empoisonnements par l'arsenic, classique là-bas (l'eau en est chargée). [màj : en fait, il n'y a aucune relation avec le glyphosate ] [2e màj : le Sri Lanka réautorise le glyphosate pour le thé - cash-crop du pays - et l'hévéa ]

- Malte, ce qui est évidemment une situation terrible.

- La Californie, qui tolère le glyphosate pour autant qu'il soit étiqueté cancérogène probable [màj : un juge californien a cassé cette exigence].

- L'Argentine, qui utilise massivement le glyphosate mais cherche à établir des zones de séparation entre les champs et les écoles. Et qui utilise massivement aussi d'autres pesticides autrement méchants ! 

Voilà, quelles mesures draconiennes ! Rien sur le fait que la Suisse et le Canada ont renouvelé l'agrément du glyphosate sans état d'âme, mais après avoir étudié la littérature et consulté les agences de sécurité.

Et à l'instant, un nouvelle livraison d'un certain Olivier Henrion toujours à la RTBF, où on parle du glyphosate "produit par Monsanto", eh oui, où on parle des agences de sécurité pourries par l'argent des multinationales (qui ont remplacé Satan dans le vocabulaire d'une certaine gauche), et aussi de la nécessité pour ces agences d'être transparentes - comme, par exemple, le CIRC dans sa polémique avec Reuters, bien sûr... 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 14:37

Le texte assez ignoble que l'assez ignoble Ruffin a publié dans Le Monde a heureusement reçu une réponse de J.-P. Le Dantec, réponse à laquelle je m'associe pleinement : 

Jean-Pierre Le Dantec " Vous me faites honte, monsieur Ruffin "
L'ex-directeur du journal d'extrême gauche " La Cause du peuple " dénonce la haine à l'encontre d'Emmanuel Macron exprimée par le réalisateur François Ruffin dans une récente tribune

 

agrandir la taille du texte
diminuer la taille du texte
imprimer cet article

Monsieur Ruffin, je lis dans Le Monde votre" Lettre ouverte à un futur président " (édition du 5  mai), et, à mesure que j'avance dans sa lecture, la haine qui en transpire, rythmée par un refrain on ne peut plus explicite (" Vous êtes haï, vous êtes haï, vous êtes haï "), antienne que, pour ne pas vous-même l'incarner, vous prêtez à ce " peuple " qui parlerait à travers vous, oui, à mesure que j'en mesure la noirceur, cette haine qui vous habite me donne la nausée.

Le 3  mai au soir, comme 15  millions de Français, j'ai assisté au déferlement de haine qu'a dû subir et supporter notre futur président de la République, m'interrogeant sur ce que j'aurais fait si je m'étais trouvé face à une goule qui, sans relâche, mentait, éructait, insultait un homme qui, courageusement, tentait d'expliquer sa démarche sans avoir recours à des fiches, avec sérieux et lucidité. Et le lendemain après-midi, dans mon journal, ça recommence. Ça repart avec autant de rage et de hideur.

Serait-ce qu'entre vous, monsieur Ruffin, et Mme Le Pen, la différence morale -serait infime ? Que vous seriez, comme elle, un vecteur de vulgarité, de haine et de violence ? Vous prétendez qu'autour de vous, dans tous vos déplacements au sein de ce que certains nomment " la vraie France ", M. Macron serait haï car son seul objectif (dissimulé bien sûr) serait, comme le répète à l'envi Mme Le Pen, de priver de leurs droits chèrement -acquis ceux qu'avec tendresse un philosophe humaniste malheureusement disparu, mon ami Pierre Sansot, appelait les " gens de peu ". Mais c'est vous, monsieur Ruffin, et c'est elle, Mme Le Pen, qui, depuis des années, sans égards ni pour la vérité ni pour la difficulté à trouver des solutions durables à la misère sociale, répandez cette haine auprès d'hommes et de femmes qui, aveuglés par la colère et le désespoir, se jettent sur vos " y-a-qu'à " comme des noyés sur une bouée. Et le pire, monsieur Ruffin, le pire, c'est que vous êtes de bonne foi, sans doute, dans vos imprécations. J'en parle d'expérience, pour avoir été moi-même, dans mon jeune âge, victime du même virus que vous.

Détestation préventive

Pour ceux – la plupart j'imagine – auxquels mon nom ne dirait rien, je précise en effet que, pendant une décennie, j'ai été un militant révolutionnaire anticapitaliste autrement plus radical et plus -déterminé que l'homme qui prétend -incarner aujourd'hui " le peuple " et " l'insoumission " puisque, au titre de directeur du journal La Cause du peuple, -j'ai passé neuf mois dans la prison de la Santé en  1971. J'étais plus excusable que vous et Mélenchon, il est vrai. C'était un autre temps. Une époque où, porté par les figures de Che Guevara, Ho Chi Minh et Mao, le " vent d'Est " révolutionnaire semblait l'emporter sur le " vent d'Ouest " impérialiste comme venait de le démontrer Mai 68. Sauf qu'on n'en est plus là. Et que, pour peu qu'ils aient dépassé l'adolescence, seuls les aveugles, les imbéciles, les ignorants ou les politiciens pervers peuvent ne pas avoir compris que les " révolutions -prolétariennes " dont j'ai rêvé, jeune homme, conduisent inéluctablement, comme c'est aujourd'hui le cas à Cuba et, en gésine, au Venezuela, à la ruine économique – donc au creusement de la misère –, à la perte des libertés, à la dictature, aux exécutions et parfois même aux massacres. Prétendre le contraire, à votre âge, c'est mentir au peuple et à soi-même, surtout si, comme votre champion Mélenchon, on est un peu frotté de marxisme puisque se dire partisan du matérialisme his-torique impose de s'en tenir, non à l'idéalisme, mais à la réalité des faits.

Sur la " légitimité fragile " dont disposera, selon vous, notre futur président de la République, je ne me prononcerai pas. Outre que les élections législatives n'auront lieu qu'en juin, ce n'est pas mon objet aujourd'hui. En revanche, je prends acte du fait que, avant même qu'aucune expérience de " flexisécurité " ait été tentée en France, vous propagez, à son égard, une détestation préventive, ce qui me semble, une fois de plus, un effet de la passion haineuse qui vous anime. -Votre film m'avait amusé, monsieur -Ruffin, votre " Lettre ouverte " me scandalise. A bon entendeur.

Jean-Pierre Le Dantec

© Le Monde
Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 00:04
- Je regarde très peu la TV, sauf dans ma chambre d'hôtel, et donc, je connais très mal les débats télévisés (toujours sur les chaînes françaises). Chaque fois que j'en ai vu, j'ai contemplé avec effarement des échanges violents, des insultes, des orateurs qui se coupaient la parole en hurlant et en se moquant de leurs contradicteurs. Je pensais donc que c'était ainsi que ça se passait et que le pire trublion gueulard était celui qui avait "gagné" ; je pensais donc que les Français, habitués à de telles pitreries polémiques, allaient décerner à MLP un summa cum laude après sa passe d'armes avec EM, elle qui avait menti, qui avait injurié, insulté, empêché de parler son adversaire.
Je me suis donc trompé, bien heureusement. Encore que... les commentateurs politiques qui ont été aussi atterrés que moi par l'ignoble prestation de MLP ont déclaré EM vainqueur par les points. Mais ce n'est pas eux qui voteront en masse dimanche. Donc...
D'autre part, qu'un candidat à la magistrature suprême française reçoive des oeufs sur la g - sur la figure, se fasse exfiltrer honteusement d'une cathédrale, cela m'aurait un peu scandalisé. Mais pas cette fois-ci. Je dirais même que ça m'a fait jubiler. Et dire que c'est la réponse du berger à la bergère (comme je l'ai entendu dire) ne me satisfait pas du tout : l'image est fausse, ces deux ne se valent pas. J'imagine mal que des partisans d'EM se conduisent de telle sorte pour se venger de l'affaire Whirlpool, ce n'est pas généralement un mode d'expression de leur part. Mais évidemment, je peux me tromper, peu importe, c'étaient des moments très jouissifs !
 
- Les viticulteurs belges, et notamment ceux qui produisent du mousseux, ont subi des pertes terribles à cause des gelées récentes. C'est extrêmement désolant pour eux, mais enfin, tout de même ! On leur a fait tellement croire que l'optimum climatique n'était qu'une légende (Thank you, Michael Mann!) qu'ils ont fini par y investir. C'est désolant.
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 23:41

C'est le progrès, n'est-ce pas ?...

Comme tant d'autres, je suis passé bien plus sur Twitter "chanteur de charme" et Facebook "Philippe Demonceau" que sur mon blog. Paresse, sans doute, et puis évolution. Mais ce n'est pas fini !

Gute shabbes!

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 23:57

Eh oui, après en avoir mangé trois fois chez des incompétents, je me dois de recommander à tous de l'acheter crue, d'y ajouter du bouillon, du vin blanc (baies de genévrier et graines de moutarde, ça va de soi) sur un lit de lard fumé (épais), avec au milieu une pomme hachée grossièrement, un oignon, un bouquet garni et une carotte (qu'on éliminera après cuisson) ainsi qu'un jambonneau fumé. Un peu de saindoux (mais pas trop), et cuisson au four durant deux heures (vérifier le croquant).

Comme le disait le grand La Reynière, "une choucroute doit être croquante et non molle, sèche et non trempée de liquide de cuisson, acide et non grasse". A mon avis, on peut la servir avec des pommes de terre cuites à part (pas sur la choucroute, sinon elles prennent trop de goût et se croûtent), mais je préfère les servir avec une purée de pommes de terre améliorée avec un jaune d'oeuf, de la muscade et du poivre et le blanc d'oeuf battu en neige bien incorporé à la purée, le toup passé au four et au gril (ou à la salamandre, mais je n'en ai pas) pour terminer.

Il n'y a rien de meilleur, presque à se passer de cochonnailles... presque...

PS : si vous l'achetez toute faite chez un excellent charcutier (comme chez nous à Bruxelles, la maison Lanssens) ne la recuisez surtout pas ! Réchauffez-la prudemment et servez tout de suite !

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 23:21
balanced, carefully considered scientific opinion

My frustration with these greedy, lying bastards is personal. Human-caused climate disruption is not a belief – it is one of the best-studied phenomena on Earth. Even a half-wit can understand this.

As any father would, anyone threatening my family will by on the receiving end of my ire and vengeance. This anger is the manifestation of my deep love for my daughter, and the sadness I feel in my core about how others are treating her future.

Mark my words, you plutocrats, denialists, fossil-fuel hacks and science charlatans – your time will come when you will be backed against the wall by the full wrath of billions who have suffered from your greed and stupidity, and I’ll be first in line to put you there.

– Professor Corey Bradshaw, Director of Ecological Modelling, The University of Adelaide –

Will you order "Fire", Pr. Bradshaw?

h/t http://climatechangepredictions.org/

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 18:24

Paterson habite Paterson, petite ville du New Jersey berceau ou ville historique d'accueil de plusieurs célébrités ou semi-célébrités (actuellement, c'est plutôt un désert...). Paterson est conducteur de bus, il écrit des poèmes en style "moderniste" (dans la lignée de William Carlos Williams), sa femme Laura est une sorte de styliste en noir et blanc, et son chien Marvin est un bouledogue. Tous les matins de la semaine, Paterson se lève tôt (entre 6h10 et 6h25), embrasse tendrement sa compagne avec laquelle il échange des mots doux, mange son petit déjeuner, se rend à son travail et démarre après avoir écrit quelques lignes de poésie. Le soir, après le dîner, il emmène son chien et prend une bière dans un bar qui fait un peu penser à tous ces bars gentils tenus par de braves Noirs un peu philosophes. Fondu au noir sur le lit du matin... Sept jours sont présentés.

Comme ça, on pourrait croire à un film d'un ennui et d'un manque d'intérêt confondants - c'est d'ailleurs l'avis d'un de nos critiques-phares pour qui l'enthousiasme autour de ce film vient du complot d'une petite coterie inféodée à Jim Jarmusch. En fait, c'est le point de vue de ce critique-phare pour chaque réalisateur qui ne lui plaît pas, comme Dolan, Tarantino et quelques autres.

On a dit aussi que c'était un magnifique film d'amour et que le couple formé était d'une grande et merveilleuse simplicité - autre manière de lui régler son compte. Mais il faut y regarder de plus près. A un moment Paterson déclare qu'il n'a pas de gsm, ça lui paraîtrait être tenu en laisse, et comme on connaît les tendances de JJ, on hausse un peu les épaules - oui, air connu ! - jusqu'à ce que son bus tombe en panne et qu'il est bien aise d'emprunter le smartphoned'un de ses passagers ; on apprend d'ailleurs incidemment que Laura est munie d'un iPhone, d'un iPad et d'un iPod. A voir Paterson promenant son chien en laisse, on finit par comprendre que c'est Laura qui tient Paterson en laisse. Elle n'a rien d'un personnage éthéré, même si elle a un grain avec ses décorations en noir et en blanc, aux USA il y a plein de gens qui ont ce genre de fofolleries. Ses cupcakes, elle espère faire fortune avec. Elle commande une guitare hideuse coûtant plusieurs centaines de dollars parce qu'elle voudrait devenir une chanteuse country pleine aux as. Marvin est son chien à elle, jaloux comme un tigre, et il se venge cruellement contre le pauvre Paterson. Laura le lundi rêve qu'elle à des filles jumelles, qu'elle en voudrait de vraies, et du coup Paterson passe sa semaine à en rencontrer, même une jeune poétesse qui est un peu de son école à lui. Le samedi matin, d'ailleurs, Laura se lève avant Paterson parce qu'elle doit aller à la brocante du Farmers' Market y vendre ses cupcakes, qui lui rapportent 286 dollars ! Elle n'en revient pas ! Elle cherche bien à consoler un peu son pauvre mari qui a perdu son manuscrit, mais pas trop quand même. D'ailleurs, à tout prendre, ce grand dadais... on s'aperçoit qu'il a des réflexes foudroyants et un grand courage physique - qui l'eût cru ? Lui qui avale presque impavide une immonde tarte secrète au Cheddar et choux de Bruxelles inventée par Laura...

Mais tout se termine bien, grâce à Marvin qui finit par prendre les choses en mains - ou plutôt en laisse - et qui sauve le poète, d'une très jolie manière.

Beau film un peu désenchanté, tout cela en douceur, comme toujours, chez JJ, pas si minimaliste que ça, il y a plusieurs scènes d'une délicieuse loufoquerie, mais, reconnaissons-le, il y a moins d'action que dans Star Wars.

En deux mots : A RECOMMANDER

Partager cet article
Repost0