Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 21:27

Je suis toujours abasourdi de voir et d'entendre les hommes politiques confondre de plus en plus leur métier avec celui des moralistes. "Il faut PUNIR Al Assad !".

 

Tiens donc, je pensais que c'était à la Justice de punir et aux politiques (éventuellement) d'intervenir dans un conflit. Et nous avons, nous les bons et braves Occidentaux, plein de Cours de Justice qui ont pris une certaine habitudes de punir les méchants chefs d'Etats qui nous ont déplu.

 

Ah, bien sûr, je ne vais pas prendre la défense des tyranneaux, dictateurs et massacreurs du Monde entier. Mais le Printemps arabe et tout ce qui nous entoure prouve assez que cette attitude moralisatrice n'a pas de valeur. On va bombarder la Corée du Nord ? Ben non, la Chine est derrière... Là, au moins, on est réaliste...

 

Et tout à coup, on se rend compte que l'Irak (on avait toutes les preuves...), la Tunisie, la Libye (rappelez-vous les cris d'effroi quand les USA avaient bombardé Tripoli il y a quelques décennies, et comment Sarkozy avait accueilli avec faste l'immonde Qaddhafi), l'Egypte sont de très méchantes dictatures, on aide les "rebelles" (et peu importe dans un premier temps qu'il s'agisse de salafistes prompts à instaurer la Charia un peu partout). Bah, on se souvient des "Démocraties populaires" et cette très belle photo détournée où Elizabeth II s'adressait au Génie des Carpathes : "And what do you do for a living, Mr. Ceausescu?" "I'm a mass murderer" "That must be interesting!".

 

Et voilà trois chefs d'Etat complètement démonétisés (je parle de Cameron qui se fait rouler dans la farine par tout un peu chacun dans son effort de micro-gérer la société britannique, d'Obama qui a raté tout ce qu'il voulait apporter et qui ne vaut pas tellement mieux que l'abominable Bush, mentant comme ce dernier et se contentant de lâcher des drones - "I have a dream" "I have drones" - avec tous les dégâts collatéraux que cela comporte, et évidemment du triste Hollande avec, une fois encore, son joli coup de menton).

 

Comme le disait un journaliste du Monde, Obama est sur un terrain glissant mais Hollande s'est pris les pieds dans le tapis. Cameron a fait "ouf!". Obama fera sans doute "ouf!" aussi si le Congrès ne le suit pas (ce qu'il espère sans doute, peut-être pour sauver son image et embarrasser Kerry). Et Flanby restera seul, mais assez vacillant. On verra, ça m'intéresse...

 

Cette crétinerie de "punir" Bachar Al Assad sans évidemment l'évacuer semble de plus en plus imbécile. On va envoyer quelques missiles sur des silos vides, peut-être tuer quelques troufions qui n'ont pas eu le (très ample) temps de se mettre à l'abri, et on va dire à Bachar : "vous pouvez massacrer vos concitoyens avec des balles, des obus, tout ce que vous avez dans votre arsenal, mais pas avec du Sarin ! ça, c'est défendu ! oui, on savait qu'on vous l'avait dit il y a un an et que vous vous en étiez moqué, mais on doit sauver la face, vous savez ! Après ça, envoyez les chars, on n'en à rien à faire".

 

Excessif ? Sans doute, mais vous voyez autre chose à dire ? Ah oui, j'entendais ce soir, Pascal Boniface plaider pour attendre le rapport des experts de l'ONU avant de prendre une décision. Voilà qui me semble incroyablement naïf pour un observateur comme PB. Il sait aussi bien que quiconque que lesdits experts ont reçu la consigne de n'enquêter que sur la réalité d'une attaque aux neurotoxiques, sans du tout se prononcer sur l'origine de cette arme. Et on sait que la Syrie dispose d'une grande quantité de neurotoxiques sans qu'elle ait signé l'interdiction de les utiliser (de même qu'Israël n'est pas partie à la non-utilisation d'armes nucléaires, puisqu'ils n'ent disposent pas, bien sûr, soit dit en passant), alors que les rebelles syriens n'en ont sans doute pas, sauf à en avoir trouvé dans un arsenal "officiel". Et PB de plaider pour une "complète transparence" pour éviter les théories du complot, comme si ces "théories" allaient être réduites à néant par une telle "transparence" !!! Mais enfin, on sait depuis longtemps que la transparence est au contraire une preuve du complot...

 

Mais je m'égare...

Repost 0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 15:35

    Touched by His Noodly Appendage

 

On sait qu'aux USA, conformément au communalisme ambiant, il n'est pas question d'interdire quelque manifestation vestimentaire religieuse que ce soit - jusqu'à porter le niqab sur la photo de permis de conduire (à vrai dire, un tel cas s'est présenté en 2003 où une certaine Sultaana Freeman a exigé de pouvoir le faire et a attrait l'Etat de Floride en justice à cet effet. Elle a perdu en appel). Le niqab ou la burqa, non, mais "le voile", la kippa, le turban sikh, etc., pas de problème. Ce qui me paraît une très bonne chose, pourquoi pas en bigoudis ?

Aussi c'est avec assurance que récemment, Aaron Williiams s'est présenté au bureau des permis de sa ville, Dayton (New Jersey, pas Ohio) avec son couvre-chef consacré et c'est avec tout autant d'étonnement qu'il a essuyé un refus. L'employé ne pouvait admettre qu'il s'agissait d'un symbole sacré, malgré l'assurance du jeune homme qu'il était très respectueux de la religion.

Il est vrai que le couvre-chef en question était un colapasta, une égouttoire, car Aaron Williams est pastafarien, révérant le  très saint Flying Spaghetti Monster, comme d'autres sont adeptes de la Licorne Rose Invisible. En ces temps pénibles où on nous inflige sans arrêt des nouvelles des deux papes (on finira par les retrouver sur Match ou dans les magazines de caniveau), on est heureux de voir qu'il existe encore des gens qui ont la foi, la vraie.

 

 


 

On parle beaucoup des papes, mais aussi de Chypre, et c'est assez amusant que Spiked ait une réaction assez proche de celle de Mélenchon sur le sujet... Il est vrai que le jeu des hypocrites (ou salopards, si l'on préfère, je ne suis pas regardant) est assez écoeurant (voir ici une excellente chronique d'Anne Blanpain, une journaliste très au courant des affaires européennes).

 

 


 

Depuis quelques années, on ne compte plus les articles annonçant la fin de "l'or blanc", de la neige qui disparaîtra des stations de ski, causant ruine et désolation. Comme ça va chauffer, la neige va fondre, c'est évident, non ? Faites une petite recherche sur le Net et vous trouverez tout ce qu'il faut, comme ceci ou cela ou encore ici (ll y en a plein d'autres, et plus récentes) et les climatologues d'acquiescer gravement. Maintenant que les chutes de neige et les hivers froids battent des records, eh bien, c'est aussi dû au réchauffement climatique, pardon, dérèglement climatique, pardon, extrêmes climatiques. Comme l'explique très sérieusement le Professeur Lockwood, on pourrait avoir un ou deux siècles d'hivers rudes en Europe à cause évidemment du etc. Eh oui, c'est à cause des jet-streams, et plus précisément de la  mal-connue oscillation arctique ! Pardon, mais pourquoi ne l'aviez-vous pas dit avant ? Eh bien, les modèles n'avaient pas prévu ça... Mais les modèles avaient bien prédit que la teneur en vapeur d'eau allait augmenter, et c'est pour ça qu'il neige tant ! Ah, donc les modèles n'étaient pas fiables ? Et vous ignorez que depuis au moins 25 ans, la teneur en vapeur d'eau de l'atmosphère n'a pas augmenté ? Pourtant, vous aviez dit "the science is settled"... Ben, c'est-à-dire que...

 

 

 

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 15:42

Je ne connais évidemment pas la qualité scentifique de l'équipe Séralini, mais en ce qui concerne la com', chapeau. L'idée de lancer le film, le livre et le Nouvel Obs d'un seul coup, ça, c'est du grand art. La Presse française ne sort pas glorieuse de l'épisode, mais il est vrai que le curieux accord de confidentialité ne facilitait pas les bidons...

 

Donc, l'aspect scientifique fait l'objet de commentaires de Laurent Berthod, de Marcel Kuntz, d'Anton Suwalki, de Bob le silencieux, de l'AFIS et de bien d'autres. On verra. Comme le fait remarquer Bob,on ne peut qu'être d'accord avec Hervé Kempf lorsqu'il dit "L’étude publiée le 19 septembre marque un tournant dans la carrière de M. Séralini. Si sa qualité est validée, il prendra une nouvelle stature. Sinon…".

 

Par contre, le caractère rocambolesque de toute l'affaire rest un peu mystérieux - le gang des postiches... Ont-ils mis de fausses moustaches et des perruques pour opérer ? Mystère. Ont-ils chiffré avec pgp ou des méthodes encore plus élaborées ? Mystère. Ils avaient peur, paraît-il, que ces rascals de semenciers - et plus précisément l'immonde et perfide Monsanto - leur joue un coup de Jarnac ; en l'occurrence, c'est plutôt les potes à Séralini, les Bové et consorts, qui sont les spécialistes des arrachages et des saccages de labos, et je doute que ce soit pour éviter l'ire des luddites ant-OGM que l'équipe de Caen (si c'est à Caen qu'elle a eu lieu. Mystère) a pris ces précautions. Je sais bien qu'il suffit de dire à quelques excités : "oh, voyez ! il y a des OGM dans ce labo !" pour qu'ils s'y précipitent avec le masque, la combinaison blanche et le marteau, et c'est vrai que les Bovés et autres interdisent tout espèce d'essai d'OGM - même avec un grand écriteau sur la porte "Ici, on prouve que les OGM sont du poison", ces grands fous risquent de ne pas y croire et de tout dévaster.

 

Non, je pense qu'il faut chercher ailleurs. Après tout, cette "expérience" a duré semble-t-il deux ans, et s'est conclue on ne sait encore quand, mais elle était menée en parallèle avec le film et le bouquin. Je me doute bien que toutes les précautions avaient été prises pour arriver au résultat voulu, mais enfin, ç'aurait pu rater, et alors, il suffisait de tout ranger, personne n'en aurait rien su. C'est d'ailleurs tout le problème des non-publications pour résultats négatifs, mais avec des enjeux de cette importance, la moindre rumeur aurait pu être catastrophique pour la crédibilité du "scientifique international de l'année 2011".

 

Mais peut-être - peut-être ! est-ce simplement de la paranoïa.

 

Mystère.

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 21:41

Ma mère était très heureuse de naître cent ans après Victor Hugo, "Ce siècle avait deux ans"... Elle avait connu les premières automobiles, la radio, la télévision, l'aviation, bref, tout le vingtième siècle - et, oui, deux guerres mondiales parfaitement éprouvantes, mais qui n'avaient pas réussi à lui saper le moral. Elle était philonéiste, amoureuse de ce qu'on appelait à l'époque le progrès, terme à présent déconsidéré par tant de monde.

 

Je me souviens de cette soirée du 20 juillet 1969 chez ceux qui allaient être mes beaux-parents, où nous avions regardé à la télé les premières images des premiers pas sur la Lune. Nous étions tous haletants, accrochés à cet événement qui nous semblait fantastique. Ma mère, et je m'en souviens très bien, avait dit alors qu'elle avait "tout vu" et qu'elle pourrait mourir en paix... (ce qui, heureusement, n'est arrivé que beaucoup plus tard, mais sans qu'elle puisse connaître le Net qui l'aurait comblée de joie).

 

En juillet 1999, trente ans après ce "petit pas pour un homme mais un bond pour l'humanité", Neil Armstrong se livre : " In my own view, the important achievement of Apollo was a demonstration that humanity is not forever chained to this planet, and our visions go rather further than that, and our opportunities are unlimited" : à mon point de vue, la réussite importante de la mission Apollo était une démonstration que l'humanité n'est pas d'être à jamais enchaînée sur cette planète, que nos espoirs vont un peu plus loin et que nos possibilités n'ont pas de limites.

 

Et puis il s'est tu, devenant simple prof d'ingéniérie à l'Université de Cincinnati, pas spécialement notable...

 

Il s'est tu sans doute parce que les missions Apollo, la quête de la Lune ou d'autres planètes n'étaient plus à l'ordre du jour. "Quoi ?" clament les bonnes âmes, "on se débat dans la pauvreté, la misère sur notre Terre, et on dépense des milliards pour - au choix : le LHC, Curiosity, ou tout autre projet "pharaonique" ". Même le Scientific American y est allé de sa sinistrose. Un rigide et frigide néo-malthusianisme se dessine comme idéologie dominante et acceptée par beaucoup. L'hymne au progrès de ma mère, celui qu'elle m'a légué, celui auquel je crois encore - bien que parfois un peu naïf, je l'admets - semble être quelque peu dévalorisé. Astenna chouïa, attends un peu, mon semblable, mon frère !

 

Et, pour nos lecteurs trop jeunes pour avoir connu la "conquête" de la Lune, je rappelle l'anecdote où Neil Armstrong aurait dit en se posant : "Good luck, Mr. Gorsky!". Cela pour raconter une anecdote selon laquelle la voisine des Armstrong aurait répondu à son mari en désignant le gamin "Oral sex? Oral sex? Why, you'll get it when this here boy walks on the Moon!".

 

Mais peut-être que nos très jeunes lecteurs ne devraient pas lire de tels propos...

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 23:25

Et je ne connaissais pas Berlin, ni même l'Allemagne, venant d'une famille très germanophobe (après deux guerres, je peux les comprendre...).

Mon blog n'est pas touristique et donc je m'abstiendrai de m'étendre sur une découverte citadine. Etonné cependant de voir une ville allemande sale - certes pas autant que Bruxelles, mais aux trottoirs jonchés de mégots, de cannettes de Coca, et où personnes (sauf les bagnoles, bien sûr) ne respecte vraiment les feux. Après un week-end, les parcs sont jonchés de bouteilles vides, les pelouses arrosées de capsules, le canal de la Spree envahi de plastique, tristes souvenirs des joyeuses soirées (il faisait un soleil magnifique et 28°...). C'est peut-être ça le jeunisme d'une ville qui renaît et dieu sait que ça en vaut la peine !

 

Un soir, sur Hackerscher Markt, ultra-touristique certes mais amusant tout de même, nous avons dîné sous un vent froid. Il y avait des couvertures, mais surtout des lampes à infra-rouge consommant je n'imagine pas trop de kW (il fallait voir les prises !). Et nos braves amis Allemands ferment leurs centrales nucléaires pour les remplacer par des centrales au charbon...

 

Traducteurs, traduisez ! (Brigitte Fontaine)

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 16:26

Nous sommes en France, bien entendu, et voilà qu'un nouveau scandale éclate - un de plus... Figurez-vous qu'on empoisonne les bébés ! Une certaine Mme de Bégon le clame depuis une dizaine d'années, et personne ne l'écoute ! "Pourquoi donc ne croit-on pas systématiquement les lanceurs d'alertes ?" se scandalisait ce midi un journaliste radio.Et d'évoquer le cas dramatique de Mme de Bégon qui vit dans un minuscule appartement avec ses trois enfants, et qui, malgré deux livres publiés, a été condamnée pour calomnie... On essuie une larme furtive, et on retient surtout qu'elle a été "investie d'un secret de fabrication", formule puissante et qui coupe court à la discussion.

Je ne doute pas que le scandale va être amplifié par les canaux habituels, qui vont évidemment agiter le chiffon "danger", mais s'abstenir du côté "risque". Explications.

 

L'oxyde d'éthylène est un puissant biocide, très utilisé pour stériliser le matériel médico-chirurgical (regardez simplement la pochette d'une seringue). Biocide puissant, ça signifie qu'il est évidemment toxique, et même classé cancérogène. Biocide puissant, car extrêmement réactif (l'atome d'oxygène formant pont entre les deux atome de carbone - on imagine la déformation orbitale ! 105kj/mole, c'est pas mal). Extrêmement réactif, et même envers l'eau très légèrement acide ou basique (par une attaque nucléophile pour être précis[*]) ; envers les protéines, n'en parlons même pas.

 

Un produit, donc, dangereux, c'est certain. Mais quel est le risque ? L'utilisation de ces biberons stérilisés au C2H4O - en Belgique, au moins - est réservée généralement aux enfants problématiques tels que les prématurés sérieux dont le système immunitaire est très déficient. Il est indispensable que ces biberons soient parfaitement stérilisés, et l'utilisation d'oxyde d'éthylène est d'autant plus à recommander que les traces du produit qui pourraient subsister sont immédiatement réduites (et détruites) par la nourriture qu'on introduit évidemment dans le biberon...

 

Mais voilà, on va encore sans nul doute assister à des documentaires télévisuels à la MMR (pas le vaccin, la Robin), des articles indignés dans Télérama, des dénonciations scandalisées dans toute la Presse.

 

Car on s'indigne, et de tout. Ce midi, c'était des écoliers de primaire et de maternelle qui s'indignaient de la saleté et de la criminalité de leur quartier, à Bruxelles. S'indigner est à la mode, et je comprends parfaitement les diplômés espagnols qui se scandalisent d'être au chômage. Mais substituer la morale au politique me semble déplorable. Encore peut-on comprendre la protestation de la Puerta del Sol, mais le "mouvement OWS", lui, est d'une confondante crétinerie. Pire qu'un rassemblement altermondialiste avec vendeurs de macramé. "Money is obsolete", proclame un panneau, tandis qu'un jeune homme explique doctement qu'il est indispensable de revenir à une économie de troc. "Good Bye, Banks, your time is over!" répond un autre, adepte du matelas aux billets de banque sans doute. Sans compter tout le reste de ce happening potache mais très écolo : on y recycle tout, et surtout les idées les plus imbéciles.

 

Mais là, je vais trop loin : il y a deux choses aujourd'hui sur lesquelles il est interdit d'ironiser, les indignés et Intouchables. Les Inrockuptibles avaient en son temps tiré à boulets rouges sur Amélie Poulain (enfin, le film, vous m'avez compris) accusé de représenter un monde sans immigrés ni lutte de classes, etc. C'était à mon sens un mauvais procès, dans la mesure où, effectivement, le film se déroulait dans un univers parallèle, comme il était aisé de s'en assurer. Intouchables, comme les Ch'tis, se passe aussi dans un monde parallèle, mais les cinéastes ne l'assument absolument pas. C'est bien plutôt le système Canada Dry à l'oeuvre : ça ressemble à la France, ça a la couleur de la France, mais ce n'est pas la France (ni aucun autre pays, d'ailleurs). Passons sur l'affligeante charge contre l'opéra et l'art contemporain (c'est une bonne vieille habitude assez démago, à l'oeuvre dans Musée haut Musée bas et, plus récemment, dans un film avec Poelvoorde et dont j'ai oublié le titre), passons aussi sur la technique filmique réduite à sa plus simple expression. Pourquoi ce succès ? Les Français auraient-ils tellement besoin d'un unanimisme factice ? Peut-être, mais alors les Belges aussi, car le film fait un tabac, ici !

 

[*] je suis chimiste de formation

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 11:24

C'est extraordinaire tout de même ce qu'on peut faire de la recherche en médecine ! Chaque numéro du New Scientist regorge de résultats, de questions, de réexamens, de nouvelles découvertes, et chaque quotidien a sa page médecine au moins une fois par semaine, où l'on détaille généralement quelque nouvelle technique. Jusqu'aux hebdomadaires de programmes télé qui ont leur rubrique médicale. Ah, ça bouge, la médecine... Remarquez, l'homéopathie, elle, ne bouge pas beaucoup. Elle est sortie toute droite du cerveau de son inventeur et n'a pas varié d'un iota depuis, du moins dans ses principes, car on a ajouté des tas de choses à la "pharmacopée" hahnemanienne. Deux cents ans après son invention, elle reste comme un roc, sans bouger. Etonnant. Par contre, les labos qui produisent l'eau de perlimpimpin, ceux-là sont bien de leur époque et ne laissent pas passer une occasion d'augmenter leur valeur boursière avec le dernier cri en matière publicitaire. Sans compter la géniale invention de l'allopathie, aka la médecine factuelle ou scientifique, comme on préfère. Voilà comment on espère mettre sur le même pied de la magie et de la science. Mais je reconnais que la médecine du temps de Hahnemann valait bien celle de Molière. On a évolué depuis - enfin, je parle de la médecine scientifique ; depuis Hahnemann, on a évolué aussi, pour inclure des broyats d'abeilles, de vers de terre ou de puces, semble-t-il.

 

 ***

 

Nos négociateurs de gouvernement se sont donc mis d'accord pour "sortir du nucléaire", et ils ont laissé filtrer dans la Presse que la Belgique allait pousser pour avoir en Europe une économie qui réduirait ses rejets CO2 de 40% à l'horizon 2025 et jusqu'à 95% en 2050 ! 95% ! Il faut oser... Je me demande bien pourquoi ils gardent ces 5%, d'ailleurs. Autant dire à 100% car ils tablent évidemment sur une découverte extraordinaire qu'on ne manquera pas de faire dans les années à venir et qui permettra de faire rouler les voitures, voler les avions et voguer les navires avec (je suppose) de la kryptonite ou un autre matériau magique qui nous sera remis par des extra-terrestres bien disposés à notre égard puisque nous voulons nous amender. Ou alors, en 2050 il n'y aura plus ni voitures, ni bateaux, ni avions (d'ailleurs l'ineffable Yves Cochet a bien prédit que les avions n'existeraient plus vers 2025). On les aura purement et simplement interdits. Bah, ces hommes et femmes politiques ne seront plus là en 2050 de toutes façons, ça ne leur coûte pas grand chose de faire de grandes déclarations.

 

*** 

 

Et à propos de voitures, j'entendais hier une rubrique radio où l'on annonçait qu'en 2011 on avait vendu une vingtaine de voitures électriques en Belgique, dont seulement trois à des particuliers (je parle de vraies voitures, pas des tricycles agrémentés d'un moteur électrique auxiliaire et hors de prix, comme en possède un cousin de ma femme, je vous l'ai déjà présenté). Et de donner la parole à un représentant de Peugeot ou de Renault, je ne me souviens plus, qui expliquait avec des sanglots dans la voix que ses voitures électriques rejetaient 0 g de CO2 dans l'atmosphère et qu'elles ne se vendaient pas... Et voilà encore une découverte fantastique : ces voitures utilisent-elles des paratonnerres ou vont-elles chercher les courants telluriques ?

 

***

 

Enfin, en ce qui concerne les "droits à polluer" du CO2, je suis tombé sur une publication assez intéressante (mais "pay-walled") d'une équipe menée par Michael Pahle du Potsdam Institute for Climate Impact Research (RFA), selon laquelle l'allocation des "droits à polluer" dans le système européen ETS en 2005 a conduit à allouer une quantité très excessive de ces droits aux agents existant sur le marché, c'est-à-dire essentiellement aux centrales au charbon - charbon qui, par ailleurs, est abondant en Allemagne et dont l'extraction est lourdement subventionnée... Ne nous étonnons pas si, depuis l'annonce du démantèlement nucléaire en Allemagne, nous allons assister à l'éclosion de nombreuses centrales qui rejettent bien sûr notre cher dioxyde de carbone, mais aussi toutes sortes de joyeux polluants (le charbon allemand est sale). Mais on sait que la RFA est particulièrement exposée à de violents séismes et à des tsunamis dévastateurs. Et on sait aussi que Greenpeace tient trop à sa base allemande - qui lui rapporte gros - pour ne pas trop malmener les dirigeants de ce pays. On les félicite d'avoir abandonné le nucléaire, mais on ne proteste pas beaucoup contre les centrales à charbon...

Repost 0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 17:34

…de leur avoir fait bouffer des pousses de légumes bio fourrées aux E. coli.

Mangez « nature » ! du Datura, de la Ciguë, etc., le tout engraissé par des produits très naturels comme les excréments parfaitement b-i-o-l-o-g-i-q-u-e-s ! (mais un tout petit peu contaminés…). Ah mais, me disait tout récemment un ami pro-bio, tout de même, sur des millions de consommateurs de germes, seulement quelques accidents... Certes, certes, et imaginez la réaction si c'avait été une trentaine de morts ayant ingéré des OGM. Punaise !

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 08:45

Du concombre masqué, bien sûr. Si ce n'était pas tragique, on pourrait en rire, ou s'en indigner, c'est à la mode. S'indigner à tous les coups que l'origine bio desdits concombres soit quasiment partout passée sous silence. Enfin, nos enfants nous accuseront de leur avoir fait bouffer des concombres bio fourrés aux E. coli, je suppose.

 

Et à ce sujet, j'entendais un représentant du monde agricole belge se lamenter que les grandes surfaces achetaient systématiquement au meilleur prix, sans se soucier de la provenance. Ben oui, coco, c'est un peu normal, non ? On se plaint de la vie chère chère à Mme Royal, et on voudrait payer plus ? Va faire un tour chez Rob, là tu pourras choisir les fraises du petit producteur - belge, français, espagnol, qu'importe, tu auras le choix ! Mais ne compte pas payer le même prix que chez Delhaize ou Carrefour...

 

Après cet accident, je présume que l'Allemagne est prête à sortir du bio, et ce bien avant 2023. 

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 10:20

Toujours dans l'affaire DSK, c'est un peu agaçant d'entendre tout et n'importe quoi sur le fonctionnement de la justice américaine (ou la police, d'ailleurs) comme si personne n'avait vu de films policiers ou de procès - genre si cher au cinéma américain.

Rappelons tout de même pour débuter qu'aux USA, la justice est affaire d'Etats (au sens large, car il y a aussi une justice fédérale), et même de county, que très souvent les juges, policiers et D.A. (équivalant à Procureur) sont élus, que le pénal et le civil font l'objet de procès distincts (rappelez-vous O.J. Simpson acquitté au pénal mais condamné au civil à payer de très lourds dommages et intérêts), que le 'perp walk' qui a tant choqué est une pratique assez répandue et instituée d'office à New York par Giuliani lors de l'arrestation de grands dirigeants d'entreprise pour des affaires de fraude financière, justement pour bien souligner que les puissants n'avaient aucune mansuétude à attendre (*). Plaider non coupable entraîne un procès avec jury, plaider coupable rend possible (mais pas dans tous les counties, ni même tous les Etats) le plea bargain, c'est-à-dire la possibilité, moyennant l'accord du tribunal, de réduire les chefs d'accusation, d'en retrancher, et, plus généralement de "s'entendre" entre la défense et l'accusation. 90% des procès criminels aux USA se déroulent avec plea bargaining, mais rien n'oblige un D.A. à faire une telle proposition ; s'il fait carrière sur son nombre de condamnations, il a certainement intérêt (il ne risque pas de perdre), par contre s'il veut se couvrir de gloire, il préférera que l'accusé plaide non coupable. Ce plea bargain est porté au pinnacle par certains et honni (pour des raisons contradictoires, d'ailleurs) par d'autres.

 

(*) la fameuse loi Guigou dont on se gargarise en France a justement été votée à la demande des politiciens et des "grands hommes" qui se faisaient arrêter à la pelle dans ces années-là et qui ont obtenu l'interdiction de publier leur portrait dans des circonstances désagréables - mais pas l'interdiction pour la police de montrer les personnes arrêtées et/ou inculpées, ce qui est d'une hypocrisie certaine. En Belgique, au moins, une telle interdiction existe et est assez bien respectée. Quant à cette "présomption d'innocence" si puissamment claironnée, elle n'a de valeur que si le secret de l'instruction est garanti, et on sait ce qu'il en est ! Le système accusatoire américain me semble beaucoup plus respectueux de cette fameuse présomption d'innocence, la défense et l'accusation étant réellement sur le même pied, si le juge joue correctement son rôle d'arbitre bien entendu. Je sais que c'est un point très discuté.

 

 

 

Repost 0
Published by cdc - dans actualité
commenter cet article