Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 18:55

Il y en a d'autres ici : http://tapastic.com/episode/40056

(Merci à WUWT)

Repost 0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 18:01

En relisant le très indispensable La démocratie des crédules , je suis retombé sur ce que GB appelle l'effet Fort, du nom d'un doux dingue du nom de Charles Fort (Albany 1874 - New York City 1932) qui avait inventé ce merveilleux système argumentatif de présenter à l'appui d'une thèse un ensemble d'arguments dont aucun ne vaut rien (ou pas grand' chose) mais dont la multitude laisse les contradicteurs pantois. Pour reprendre le mot de GB, il s'agit d'un millefeuille argumentatif. L'idée (manipulatrice) et de laisser une impression de "tout cela ne peut pas être faux", idée reprise par Fort lui-même et par quantité de ses disciples, comme Bergier et Pauwels avec leur Matin des magiciens paru en 1960, ouvrage qui avait profondément irrité les rationalistes à l'époque (dont moi-même, je le dis modestement).

 

Il va de soi que toutes les thèses conspirationnistes s'inspirent de cette stratégie : ainsi pour 9/11, il faudrait pouvoir démolir les thèses conspirationnistes argument par argument, ce qui demande beaucoup de temps et de compétences. J'ai essayé de convaincre un mien neveu par alliance : chaque fois qu'il me sortait un argument, j'allais chercher une explication sur le Net, mais alors il m'en sortait un autre, et ceci ad nauseam... J'ai renoncé ; après tout pourquoi perdre mon temps, je ne le convaincrai pas et puis, que m'importe qu'il croie ce qu'il croit ?

 

J'avais un peu oublié ce chapitre et j'ai pris plaisir à le retrouver.

 

Repost 0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 21:39

C'est le titre du plus récent livre de Jean de Kervasdoué.

 

On le connaît, ce sombre personnage qui se déplace en Rolls Royce (avec son chauffeur obséquieux, la main à la casquette) ou en Première dans tous ses déplacements mondiaux (aux côtés d'Al Gore, je suppose). Tout cela grâce aux énormes sommes que lui versent les affreuses multinationales qui exploitent l'humanité et déversent leurs malfaisances sous forme de CO2, d'OGM, de pesticides, et tout ça.

 

Donc, une fois de plus, un livre à vraiment recommander.

 

Livre que j'ai par ailleurs acheté su Kindle. Certains vont se scandaliser, surtout à quelques jours de notre incomparable Foire du Livre. Ah oui, bien sûr, rien ne vaut le bon papier, celui qui glisse entre les mains, ou écorche les mains, comme les éditions dites de poche qui présentent le texte - en général sans index ni addenda - sur un affreux papier jaunâtre avec une typographie copiée-collée pas toujours très lisible. Quand nous étions jeunes, ce n'était pas un problème, on avait de bons yeux, c'était bien moins cher et ça nous permettait de lire plein de livres qu'on pouvait même "mettre dans la poche" pour les lire dans le tram, ou ailleurs.

 

Kindle, c'est un peu ça aussi, on peut mettre le livre dans sa poche (iPhone), dans l'avion (iPad), chez soi (PC ou Mac). Il y a même la possibilité d'accéder directement aux notes écrites par d'autres liseurs en temps réel (ou de les mettre à la poubelle, bien sûr !), de surligner, d'accéder à des pages web, etc. Même un dictionnaire...

C'est une autre manière de lire. Une autre manière... Mais intéressante aussi.

Donc, petit conseil : achetez la version Kindle si vous êtes "branché", et puis aussi la version "papier", de préférence reliée. Pour les auteurs, meglio ancor...

Repost 0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 21:19

Ce que j'aime chez Bruckner et Revel (et dans une moindre mesure, chez Lipovetsky, encore que sa lumineuse Esthétisation du Monde m'ait réellement fait découvrir tant de choses que je devinais vaguement dans un domaine qui m'est cher) c'est que ce sont des philosophes que je parviens à comprendre. J'ai toujours admis et reconnu que le discours philosophique me semblait opaque, ou tout simplement que je n'avais pas la fibre philosophique... la fibre, ou l'entendement. Chacun a ses limites, j'ai les miennes, cela va sans dire. Mais ce qui me gêne dans le discours philosophique est la valeur accordée à des termes jamais définis et fluctuant selon l'auteur, ce qui permet de dire à chacun qu'il détient la vérité contre les Autres. Rien ne permet de trancher, ou même de savoir de quoi on parle vraiment.

 

Rien de tel chez mes auteurs préférés, et je me bornerai à citer une fois encore le livre de Bruckner :

 

"L'utopiste Charles Fourier ne proposait-il pas de multiplier les voies lactées, projection lumineuse de l'activité séminale des h(sic)ommes en accélérant les unions amoureuses ? Ainsi résoudrait-on le problème de l'éclairage des grandes villes, la nuit, pourvu qu'hommes et femmes s'accouplent sans cesse et (moins de 16 ans, s'abstenir) de toutes les façons possibles. (C'est une proposition qu'il faudrait soumettre sans tarder au Secrétaire général de l'ONU)."

 

E cosi' via, le livre est plein de tels ricanements...

Si vous ne l'avez déjà lu, faites-le !

 

Gute Shabbes

 

Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 21:13

En relisant (*) le beau livre de Pascal Bruckner : Le fanatisme de l'Apocalypse, que j'ai déjà cité ici, je tombe sur ces deux citations :

"Luther : les bêtes venimeuses, les carnassiers sont la conséquence de nos péchés. Une fois le jugement dernier prononcé, elles deviendront jolies, aimables et caressantes, des petits chiens gambaderont dont la peau sera d'or et les poils des pierres précieuses (Luther, Propos de table cité in Jean Delumeau, Histoire de la peur en Occident, Pluriel, 1978)"

et

"Dans le communisme, l'h(sic)omme deviendra incomparablement plus fort, plus sage, plus subtil. Son corps deviendra plus harmonieux, ses mouvements mieux rythmés, sa voix plus mélodieuse. Les formes de son existence acquerront une qualité puissamment dramatique. L'h(re-sic) moyen atteindra la taille d'un Aristote, d'un Goethe, d'un Marx. Et au-dessus de ces hauteurs s'élèveront de nouveaux sommets(Léon Trotzky, Littérature et Révolution, 1924)".

 

Fort bien. Je ne doute pas que Luther y croyait, et d'ailleurs toute la "littérature" des Témoins de Jehova dépeint le même tableau. Par contre, qu'il me soit permis d'en douter pour ce qui est de Léon le Terrible, un homme d'une intelligence exceptionnelle - d'une intelligence exceptionnelle, certes mais qui n'aurait sans doute en rien cédé à l'ignoble bourreau qu'était Staline s'il avait eu la main : demandez aux marins de Cronstadt... - celui qui avait dit de Souvarine "On jette un homme à la mer et on passe à l'ordre du jour". J'avais écrit erronément dans un post précédent que cette apostrophe terrible s'adressait à Malraux, mais en fait, Trotzky avait eu une phrase encore plus dure envers lui (Garine étant dans Les Conquérants un avatar de Malraux, évidemment, ou plus exactement du Malraux qu'il aurait voulu lui-même incarner, pur révolutionnaire droit dans ses bottes, par opposition à un simple bureaucrate comme Borodine ou à un terroriste un peu fou comme Hong) : "Après avoir lu l'article de M. Malraux, je dois apporter une correction à mon précédent article: j'avais écrit que l'inoculation du marxisme à Garine lui serait utile. Je ne le pense plus".

 

(*) Même si je ne veux pas le moins du monde me comparer à Léautaud avec lequel j'ai partagé l'amour des chats mais pas la haine des humains, j'ai aimé sa joie à lire relativement peu (enfin, peu, c'est beaucoup dire...) mais à relire de nombreuses fois les mêmes livres sans pouvoir en épuiser le sens. Il en va de même pour le cinéma dont je suis assez glouton. D'autre part, je suis désolé de ne savoir comment orthographier Trotski, Trotzky, Trotsky...

Repost 0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 14:41

Ainsi donc, le Parlement français a voté à l'unanimité après des discours vibrants et patriotico-culturels l'interdiction pour Amazon de cumuler une ristourne légale de 5% et la gratuité des frais d'envoi.

 

Cela me semble parfaitement acceptable, dans la mesure où j'aime bien les libraires indépendants, qui se débattents dans de grandes difficultés ici en Belgique, concurrencés comme ils le sont par la Fnac, Amazon et quelques grosses chaînes de magasins qui les font plus débiteurs de boissons et de tickets de loterie que de culture.

 

Mais à vrai dire, je ne les fréquente pas. Certes, je les écoute parfois le dimanche midi à la radio, des libraires belges, suisses, québecois ou français ; c'est amusant parfois, rarement intéressant, et explique concrètement pourquoi je fréquente la Fnac et j'achète Amazon, en livres papier et en e-livres, selon le sujet. Je n'ai rien à faire de l'avis d'un libraire, j'ai quelques amis dont je prise hautement l'opinion et pour ce qui est des livres scientifiques, je suis capable de m'organiser tout seul.

 

*****

Le Parlement européen, lui, a avalisé la courageuse prise de position de la Commission sur les cookies, ces miettes à la Petit Poucet que sèment les sites web à des fins parfois sulfureuses - parfois, mais rarement, et encore est-il possible d'en faire le tri. Alors, voilà, c'est INTERDIT ! Ou, plus exactement, c'est interdit de ne pas le déclarer à l'utilisateur.

 

Que pensez-vous qu'il arriva ? Ben oui, à peu près chaque site un peu complexe vous prévient : acceptez les cookies ou le site ne fonctionnera pas. C'était tout simple. Tout le monde accepte les cookies... C'est tellement plus facile à gérer que Javascript, et tellement moins dangereux que Java !

 

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 21:29

Shadoks et Venise : On se demande vraiment pourquoi certains ont pu se cramponner à des îles, à une lagune, à des constructions sur pilotis (Santa Maria della Salute : 1,5 millions de pilotis !). Tout ici est impensable, compliqué, difficile. Une île de cimetière, tout qui risque d'aller à vau-l'eau, rien de facile pour ceux qui y vivent - et il y en a beaucoup ! Voilà des citoyens habitués à une dureté qui nous échappe un peu. Mais vivre dans un tel environnement sublime doit faire passer les difficultés. Evidemment, la Ville ferme tôt (risque de tomber à la baille ?), ce n'est pas New York ni même Bruxelles. Il me semble évident que vivre à Venise c'est vivre chez les Shadoks : pourquoi faire simple ? J'ai découvert Venise il y a environ trente ans après tant d'années de Toscane, et j'en suis tombé amoureux et ça dure encore.

 

Biennale : petite cuvée. Nettement moins bonne que la dernière, qui était excellente. On peut y trouver une résurgence de l'art conceptuel, ce qui n'étonnera pas - c'est dans le Zeitgeist. Ce qui m'a semblé plus intéressant c'est une présence très forte de "l'obsessionnel" et de "l'art brut", chez même Baruchello (pavillon central), Steiner (idem), USA, Finlande, etc. Même au Grassi où Stingel a cru bon de présenter ses très belles toiles dans un environnement délirant où des tapis orientaux un peu flous enveloppent toutes les surfaces jusqu'aux plafonds, eux-mêmes passablement décorés (d'origine). Pour preuve de l'attitude du temps, rien de plus éclairant que l'exposition When Attitude Becomes Form à la Fondation Prada (hors biennale), reprenant elle-même l'expo éponyme (eh oui...) organisée à Berne en 1969 et qui avait jeté les bases du conceptuel (et accessoirement du "tout est art"), avec des oeuvres de Serra, de Flanagan, de Beuys, de Boetti (qu'on retrouve d'ailleurs à la Punta Dogana en même temps que Pistoletto, mais là pour deux livraisons récentes) ainsi que d'autres moins réputés.

 

Lampedusa : comme on dit, le bal des hypocrites. Il a suffi que le pape François clame "Vergogna! Vergogna!" pour que toute la chattering class passe à l'offensive. Tout le monde a honte. Honte pour les autres, évidemment. J'entendais récemment une émission de la RTBF consacrée à ce sujet, et où Isabelle Durant (euro-parlementaire écolo pour ceux qui l'ignorent) clamait que l'Europe avait fait son devoir, au contraire des Etats, alors que je ne sais quel sous-ministre estimait que l'Europe devrait imposer un salaire minimum (je ne plaisante pas, il l'a dit !) pour éviter des concurrences déloyales, qu'un autre estimait que les réfugiés étaient une richesse pour les pays d'accueil (opinion généralement admise), etc., etc.

 

Mais Monsieur le pape, vous en avez accueilli combien, des migrants, au Vatican ? Et votre parti, Madame Durant, ne s'est-il pas prononcé contre l'immigration sélective et contre la sous-traitance de la surveillance frontalière par les pays du Maghreb que vous prôniez au micro ? Ah oui, il faut développer les pays pauvres... Et ça prendra combien de temps ? Même si la Belgique et les autres pays développés consacraient les fameux 0,7% de leur PIB à l'aide au développement, croit-on vraiment que ça résoudrait le problème ? Et puis les 2 ou 300 morts récents venaient semble-t-il de la Corne de l'Afrique, où d'affreux dictateurs imbéciles se font la guerre pour des raisons insondables de bêtise. Doit-on pour autant - et pour éviter les catastrophes humanitaires - déclarer tous les civils somaliens, érythréens et autres victimes des conflits régionaux automatiquement aptes à obtenir le statut de réfugié et mettre des avions à leur disposition pour court-circuiter les passeurs et les conduire en toute sécurité ? Et les jeunes gens généralement brillants que leur village a choisis (et financés) pour tenter leur chance en Europe, qu'en faire ? Un article récent du Monde relatait la vie de ces jeunes Africains vivant dans la forêt proche de Melilla, guettant le moment où ils pourraient essayer de grimper au-dessus des barbelés les séparant de l'Eldorado. C'est par centaines, c'est par milliers qu'ils prennent l'eau dans des embarcations pourries, préférant une mort possible, voire probable, à une existence de misère. Il n'y a nulle honte à avoir de notre part, simplement il s'agit de la mauvaise conscience du riche quand il voit un sdf ; quand un homme politique clame "plus jamais ça !", ne le croyez surtout pas, il sait très bien que ça arrivera encore, et pour longtemps.

 

 

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 22:23

J'ai reçu ça :

 

" Madame, Monsieur,

Le gouvernement actuel de la France a été manifestement surpris par la vigueur du christianisme français qu'il pensait sans doute agonisant.

Il semble désormais souhaiter le réveil de la trop fameuse "guerre des deux France", en multipliant les agressions antichrétiennes.

Dernière agression en date: Mme Dounia Bouzar, récemment nommée par le Premier ministre, souhaite que deux fêtes chrétiennes soient remplacées par la fête juive de Yom Kippour et la fête musulmane de l'Aïd.
Nous ne pouvons pas laisser faire cela: nier les racines chrétiennes de notre pays ne peut qu'aggraver l'inquiétante crise morale et spirituelle que la France traverse. Un pays sans mémoire est un pays sans avenir et, comme le disait le général de Gaulle, si l'Etat est laïc, la France est chrétienne.

Pour le moment, cette "proposition" n'est qu'une initiative privée. Mais il y a fort à parier que ce soit un coup d'essai médiatique pour "tester" les résistances. Si nous restons passifs, nous pouvons être certains que, non seulement cette "suggestion" deviendra rapidement réalité, mais qu'elle sera vite aggravée. On risque d'en arriver rapidement aux délires iconoclastes de la Terreur, visant à éradiquer tout rappel de la présence chrétienne dans l'histoire de France, qu'il s'agisse de "laïcisation du calendrier" (refus de compter les années à partir de la naissance du Christ) ou de "laïcisation des paysages" (destruction des églises de nos villages)...
Il faut donc donner un coup d'arrêt à ce processus funeste, tant qu'il en est encore temps.

C'est pourquoi j'ai pris l'initiative d'une pétition au Premier ministre réclamant un rejet clair et net de cette agression antichrétienne.

Pour qu'elle soit efficace, nous devons absolument être des milliers à dire notre refus de ce laïcisme sectaire.

 

Monsieur le Premier ministre,

Mme Dounia Bouzar, que vous venez de nommer à l'Observatoire de la laïcité, vient de "proposer" de remplacer deux fêtes chrétiennes par la fête juive de Yom Kippour et la fête musulmane de l'Aïd.

Nous notons d'abord que les instances représentant la communauté juive n'ont jamais posé une telle revendication, ce qui laisse à penser que la communauté juive pourrait être instrumentalisée dans cette affaire par Mme Bouzar.

Mais, surtout, nous constatons, comme toutes les personnes connaissant un tant soit peu l'histoire de notre pays, que, selon le mot fameux du Général de Gaulle, si l'Etat est laïc, la France est chrétienne.
Violer la société pour en faire un espace religieusement neutre est parfaitement absurde. A moins que vous n'ayez aussi pour projet de raser toutes les églises de village qui offensent sans doute la laïcité, selon les canons de Mme Bouzar.

Nous pouvons certes comprendre que l'Etat souhaite proposer des jours fériés aux différentes religions existant dans notre société. Mais, dans ce cas, pourquoi discriminer les bouddhistes, les hindouistes, et les fidèles de toutes les autres religions?

D'ailleurs, il existe bien des jours fériés religieusement neutres. La France compte 11 jours fériés, dont 6 seulement ont un rapport avec la religion chrétienne - encore que le lundi de Pentecôte ne soit plus qu'un "demi jour férié", puisqu'une importante partie de la population active travaille ce jour-là. Le 1er janvier, le 1er mai, le 8 mai, le 14 juillet et le 11 novembre n'ont aucune connotation religieuse. Si votre gouvernement souhaite remplacer des jours fériés par les fêtes de Yom Kippour et de l'Aïd, il peut fort bien utiliser ces jours religieusement neutres. Mais comment ne pas voir dans la proposition de Mme Bouzar un nouvel acte d'agression antichrétienne?

Nous tenons donc à vous dire solennellement que, pour nous, chrétiens de France, une telle réforme serait une déclaration de guerre, non pas seulement au christianisme, mais aussi à l'être historique de la France. Pourtant, les Français qui ont voté pour votre majorité n'ont certainement pas voté pour que vous rallumiez la trop fameuse "guerre des deux France".

Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir dissiper au plus vite nos inquiétudes.

Dans cette attente, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Premier ministre, l'expression de notre très haute considération et de notre vigilante attention."

 

Punaise ! Comment ont-ils pu trouver mon adresse ? Ah oui, je ne suis pas vraiment christianophobe, ni même islamophobe, et en plus, je ne suis pas Français...

 

 

Repost 0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 13:31

Voici un court-métrage de la BBC dans ce qu'elle excelle à faire. Ce qui fait d'autant plus enrager quant on sait en quelle officine de désinformation certains propagandistes veulent la transformer...

Repost 0
Published by cdc - dans sociologie
commenter cet article
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 18:30

C'est le titre d'un livre (excellent) de Gérald Bronner, jeune (34 ans !) professeur de sociologie à Paris-Diderot. Théories du complot, science citoyenne, précautionnisme vétilleux, biais de confirmation, confusion risque/dangerosité, incompréhension statistique et effet de rateau (l'auteur s'amuse à nommer toute une série d'effets...), tout cela est présenté de manière lucide, nette et... juste... D'ailleurs, si je trouve ce livre excellent, c'est parce qu'il correspond à 100% à mes points de vue... (biais de confirmation, mais je ne le savais pas en l'achetant)

On trouvera ici une critique plus élaborée du même livre. Je ne vois rien à y ajouter.

Ou plutôt si :

à la page 261, l'auteur cite Callon, Lascoumes et Barthe (chantres de la science citoyenne, qui rappelle un peu la fameuse science prolétarienne) qui terminent leur phrase par "Cassandre, l'histoire nous l'a appris, n'a pas toujours tort." Ces trois grands cerveaux, outre leur cécité envers l'expérience bolchevique, semblent n'avoir pas non plus une très grande connaissance des mythes (et non de l'histoire), car justement, la double malédiction de Cassandre était de toujours prévoir le vrai et de ne jamais être crue...

Repost 0