Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 20:43

J'avais déjà donné une partie de mon avis là-dessus, citant longuement Pascal Bruckner qui me semblait avoir une opinion particulièrement intéressante (comme toujours). Depuis, je suis tombé sur un article de Matt Ridley stigmatisant les attaques dignes du McCarthysme contre des scientifiques remettant en cause certaines conclusions du GIEC. Une nouvelle chasse aux sorcières sans aucun doute, où des conclusions scientifiquement établies - peer-reviewed - ne devraient pas être publiées car elles pourraient être "néfastes" aux politiques prônées par ledit GIEC, spécialement dans son WGIII et surtout dans son "Summary for Policymakers", particulièrement politique et cornaqué par les Etats.

Cela dit, l'article de Matt Ridley faisait état d'une interview de Ayaan Hirsi Ali sur, justement, sa vie et son expérience. Comme le rappelait aimablement Andrew Cummins, le terme "islamophobe" a été inventé par des fascistes pour que des couillons manipulent des imbéciles "Islamophobic Is A Word Created By Fascists, And Used By Cowards, To Manipulate Morons".

Je conseille donc d'aller voir cette interview parfaitement passionnante surtout que Ayaan Hirsi Ali n'a pas reçu son Doctorat Honoris Causa de la Brandeis University après l'insistance de son abominable "women’s studies department", nouvel avatar du Politically Correct faisant sa loi dans les Universités amerloques (et je n'utilise pas ce mot par détestation, seulement par dépit)

Gute Shabbes !

Références en anglais, mais je ne traduis pas !

.

Repost 0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 21:57

Article très intéressant dans la livraison d'octobre du Scientific American : pourquoi les Humains vivent-ils si vieux ?

C'est un réel problème, et les généticiens planchent là-dessus, parfois aussi avec l'aide des sociologues (et je persiste à prétendre que les sociologues n'ont plus l'importance qu'on leur accordait il y a peu. Pour ma part, je le regrette, comme je regrette cette surpsychologisation assommante qui nous entoure).

On a apporté tant d'hypothèses à ce sujet, mais sans aucune réponse valable.

Il y a bien sûr ceux (et j'en suis part) qui pensent que le vieillissement est évidemment "naturel" mais doit et peut être combattu. S'il est possible d'être immortel, pourquoi pas ? Mais une telle immortalité ne doit que passer par une volonté de l'accomplir, loin des interdictions religieuses. C'est le point de vue des "transhumains", une jolie bande très américaine ("Only in America!") dont on peut trouver quelques illustrations dans le livre des plus amusants d'Ed Regis, Great Mambo Chicken & The Transhuman Condition.

Revenons à notre athérosclérose fatale. L'article cité ci-dessus suggère (ce n'est évidemment qu'une première étude) que l'athérosclérose n'est nullement une maladie moderne et qu'elle pourrait être due (au moins en partie) à notre merveveilleux système immunitaire...

Vivrons-nous bien plus longtemps bientôt (et même plutôt ?).

En ce qui me concerne, j'aimerais vivre, ça va de soi, plusieurs siècles, sinon plusieurs millénaires... J'en ai discuté récemment avec des amis que cela choquait !

 

Tant pis pour eux... et tant pis pour moi...

Repost 0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 21:21

Dans son lumineux (quoique contestable à plusieurs points de vue - et c'est heureux !) L'âge des extrêmes, Eric J. Hobsbawm écrit :

"En Europe (après 1918], le principe directeur de la réorganisation de la carte consistait à créer des Etats-nations ethnico-linguistiques, conformément à l'idée du "droit à l'autodétermination" des nations. Le président américain Wilson, dont l'opinion était reçue comme l'expression de la puissance sans qui la guerre eût été perdue, était passionnément attaché à cette idée, à laquelle adhéraient et adhèrent encore aujourd'hui plus facilement ceux qui sont loin des réalités ethniques et linguistiques de régions à diviser en Etats-nations clairement définis. La tentative fut désastreuse , comme on a pu le voir encore dans l'Europe des années '90. Les conflits nationaux qui ont déchiré le continent au cours de cette décennie sont les "vieux poulets de Versailles revenus une fois de plus "se faire rôtir" "

Mais il a soin, quelques pages plus loin de rappeler que cette "balkanisation" (au sens figuré) devait être un rempart contre le communisme...

Comment dire que le partage récent de l'Empire soviétique et son démembrement (un peu comme celui de l'Empire ottoman avec non pas le traité de Versailles, mais bien celui de Sèvres, mais c'est un détail) ressemble à ce qui s'est passé après 1918 ?

L'Ukraine aujourd'hui fait penser à ce découpage des Traités d'après 1918. L'attitude des USA - très loin de l'Europe et pouvant se mettre les gants d'une "supériorité morale" (en oubliant tous leurs faux-pas), embrayés par une Europe assez suiviste et misérable se place dans une vieillotte attitude Est-Ouest.

J'attendais mieux de l'Europe. Elle rate ses rendez-vous.

Tant pis...

 

 

Repost 0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 21:21

Je me demande souvent pourquoi ce barbarisme de "citoyen" a supplanté en tant qu'adjectif le bon vieux "civil".

 

Oh, oui, c'est assez simple... ça fait mieux, c'est plus "sérieux", plus vrai...

 

Une initiative "citoyenne", c'est les "citoyens" (qui n'y connaissent rien) s'opposant à des scientifiques (qui, eux, s'y connaissent) : "Je ne sais pas trop bien de quoi il retourne, mais j'ai le droit de dire mon sentiment".

 

C'est aussi une manière pour certains scientifiques dévoyés (dans le sens strict du terme - je pense entre autres à Testard ou à Seralini) de s'approprier un espace public et médiatique en voguant sur la vague post-moderniste exploitée aussi par, disons, Bruno Latour ou Michel Serres, vague brillamment déconstruite par Sokal et Bricmont.

 

J'y pense en recevant ce matin un petit opuscule rédigé par un groupe ultra-minoritaire en Belgique (mais bénéficiant tout de même de l'appui de quelques conseillers municipaux par-ci, par-là) rêvant d'établir un émirat ici, comme le voudrait aussi un autre groupe flamand, Charia for Belgium. Et, évidemment, ce groupe dénommé "ISLAM" se présente comme une initiative citoyenne... On avait reçu aussi un opuscule du même type venant du Vlaams Blok, autre initiative citoyenne, mais prônant, lui, une jolie famille bien belche montrant un couple avec trois enfants et une belle femme évidemment enceinte, tous (sauf le foetus, n'exagérons rien) très blancs et blonds, un modèle rappelant de façon assez nauséeuse certaines représentations anciennes - enfin, pas si anciennes qu'on ne puisse pas s'en souvenir.

 

Non, je ne veux pas assimiler les "initiatives citoyennes" au nazisme, mais je ne puis m'empêcher non plus de rappeler que tant d'intellectuels se sont précipités il n'y a pas si longtemps sur des "science prolétarienne". On a vu ce que cette promotion de pseudo-science a coûté à la science et à nos sociétés, sous couvert d'un progressisme de carton-pâte. Une certaine extrême-gauche alliée à un certain extrême écologisme nous promet une résurgence d'un certain obscurantisme...

 

Pas drôle !

 

 

Repost 0
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 23:14

Pas facile, tellement les points de vue sont tranchés, dans la Presse occidentale comme en Russie, et je reconnais n'avoir aucun début d'expertise ou de connaissance sur le sujet, sauf quelques rudiments d'histoire moderne et un examen assez soigneux de nombreux articles publiés un peu partout. Cela devrait tout de même suffire pour avancer un bilan, disons, nuancé.

 

Un premier point à liquider tout de suite : je n'ai aucune estime particulière pour V. Poutine ni aucun regret en ce qui concerne la chute de l'URSS ; on a voulu ("Les masques tombent") prétendre que Mélenchon aurait pris la défense de VP pour des raisons gauchistes qui m'échappent. Il me semble que le contraire serait vrai.

 

Mais quiconque se penche un peu sérieusement sur le sujet ne peut qu'être d'accord avec cette évidence : l'Ukraine est un Etat mais ce n'est pas une Nation. Il y a certes un mouvement nationaliste ukrainien qui date depuis longtemps, et les Ukrainiens ont payé un prix effroyable sous Staline qui les a littéralement (littéralement) affamés, millions de morts, ne l'oublions pas. N'oublions pas non plus que l'Ukraine a non seulement accueilli l'armée nazie à bras ouverts (comme beaucoup dans les pays baltes, et je veux le dire encore après avoir voyagé par-là, d'une manière compréhensible : les ennemis de mes ennemis pouvant être des amis, paralogisme qui me laisse assez sceptique) mais aussi en collaborant de manière enthousiaste à l'extermination des Juifs - Lvov (ou Lviv) étant un berceau du Shtetl. N'oublions pas non plus que la Crimée a été plus ou moins dévolue à l'Ukraine par Khrouchtchev pour des raisons politiques peu importantes, puisque de toute façon l'Ukraine était partie entière de l'Empire et que Sebastopol était le centre de la marine soviétique en ce qui concerne sa marine. Donietz et la Donbass étaient toujours évidemment un centre sidérurgique d'une importance capitale pour l'URSS.

 

Revenons à Kiev. C'est Georges Bush le premier (enfin, le second...) qui a proposé l'adhésion du pays nouvellement indépendant à l'OTAN (contre l'avis de près des 2/3 des Ukrainiens), ce que la Russie ne pouvait absolument pas admettre : l'OTAN aux frontières de la Russie n'était pas négotiable, comme on l'a vu avec la sinistre affaire de la Géorgie, où la Russie est intervenue d'une manière brutale sans que l'OTAN lève le petit doigt pour la défendre, évidemment (et je me souviens d'un mien ami de l'OTAN me disant que les Géorgiens étaient "un peu fous"...).

 

Revenons à Kiev. Bien sûr Yanoukovitch est un misérable dictateur, mais que faut-il dire de ses "contestataires" ? Timochenko est-elle une BD de la ligne claire ? Et, images après images, n'a-t-on pas vu dans les révoltés de Maïdan de purs fascistes, antisémites et ultra-nationalistes tirer et jeter des bombes jusqu'à obtenir au moins un poste ministériel dans un gouvernement issu - il faut tout de même le dire - d'un coup d'Etat ? Et les "Russes" d'Ukraine ont-ils tort de penser que les tourne-vestes du Parlement de Kiev voudront les faire rentrer dans le rang ? Après tout, c'est la Commission européenne elle-même qui avait il y a peu rappelé l'Estonie à l'ordre, estimant qu'elle traitait bien mal ses ressortissants russophones.

 

Ce qui me fait - un peu - rire, c'est d'entendre Obama se fendre d'une attitude belliqueuse (il ne risque rien, lui. On pourra un jour reconnaître que c'est un Président très médiocre, qui n'a pour lui que son origine). Ah bon, les Russes envahissent la Crimée (essentiellement russophone et même Russe ethniquement comme une bonne partie de l'Ukraine - et je ne veux pas non plus faire l'impasse sur les Tatars qui ont aussi souffert sous Staline), alors que les USA ont envahi la Grenade, le Guatemala, l'Irak, etc ! Le tout en pleine conformité avec le droit international, bien sûr ! Special pleading, une fois de plus (et il va de soi que je ne suis pas un ennemi des USA, bien au contraire). Et l'Occident n'a-t-il pas épaulé le Kosovo à proclamer son indépendance d'une manière au moins aussi douteuse que le font les députés de Crimée ?...

 

La Russie n'acceptera jamais ce qu'il faut bien admettre comme son ennemi à sa porte. On en fera ce qu'on voudra, mais c'est ainsi. Les USA n'ont pas voulu de missiles soviétiques à Cuba, la Russie en fera de même en ce qui concerne la Crimée.

 

Tout cela n'est pas facile, mais je ne peux m'empêcher de constater que la Presse occidentale est presque au niveau de celle de la Russie... Comparer la situation actuelle avec celle des Sudètes ou Poutine avec Hitler est d'un niveau intellectuel assez misérable.

 

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 21:51

C'est d'après le dernier rapport de la CNUCED (un peu cryptique, mais il faut le lire...) et ça concerne les investissements étrangers dans divers pays et régions du monde. Et là, la France chute de 77%...

Pourquoi diable, pourquoi cette chute dans le pays où on est si bien, Wie Gott in Frankreich? La douceur et la beauté des paysages, la découverte des Droits de l'Homme, l'infinie subtilité de ses philosophes, sa découverte du libéralisme (un peu après ou avant l'Angleterre, c'est vrai, mais ça peut se discuter), son rayonnement culturel séculaire, etc., etc.

Wie Gott in Frankreich.

Et la CGT.

Qui voudrait investir dans ce merveilleux pays avec un gouvernement PS, un pantin comme Montebourg... A tout prendre, on préférerait presque Mélenchon ! Lui, au moins ferait descendre les investissements de 100% !

En fait, ce n'est pas drôle.

Mais j'ai peu de doutes, je ne suis plus depuis ma "pension" dans le secret des dieux politiques, et je ne doute pas évidemment que ce rapport de la CNUCED ait été connu de Hollande ni qu'il ait été en partie à la base de son ralliement à la social-démocratie dont jusqu'à présent la France n'avait que faire.

Bonne chance tout de même à un pays que j'aime tant...

 

Repost 0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 00:18

Il est tout de même étonnant de constater comme tant de défenseurs de la liberté se taisent en voyant le Maréchal Es-Sissi (nouvellement promu à cette dignité suprême) prendre la tête de l'Etat, après ce qui n'est qu'un coup d'Etat militaire, somme toute. Je me demande ce que le "procès" (une kangaroo court selon la terminologie anglo-saxonne) de Moubarak en conclura, mais je me réjouis que notre Henri Beauthier (que j'ai parfois brocardé, lui aussi, llah rahmo) se soit rendu sur place pour dénoncer une effroyable parodie de justice. Es-Sissi lui succède, du sang jusqu'aux coudes, et les Frères ne sont pas en reste. Mais nos amis occidentaux et Obama détournent les yeux : he may be a bastard, but at least he's our bastard, comme l'aurait dit FD Roosevelt de Somoza.

 

C'est tout de même difficile de rester indifférent à ce qui se passe en Egypte, où, ne l'oublions pas, Morsi a été élu démocratiquement Président pour la première fois dans l'histoire de ce pays. Bien sûr, je n'ai aucune confiance dans les Frères et je me suis toujours réjoui de voir chaque fois que j'allais en Egypte que les femmes avaient arraché leurs voiles. Bien sûr, je me réjouissais de savoir qu'en Turquie l'armée se faisait le défenseur de la laïcité (certes pas la nôtre, on peut gloser là-dessus). Ici, en Egypte, l'armée se fait l'arbitre incontournable et la seule force présente. Avec la force, les chars et les armes, pas du tout comme en Turquie. Les mêmes chars qui en 2011 ont littéralement - physiquement - écrasé des dizaines de Coptes, ce qui est à peu près oublié malgré qu'on se souvienne des chars de Tien Anmen il y a bien plus longtemps...

 

C'est très difficile d'avoir deux poids et deux mesures...

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 22:21

Très bon livre de Daniel Cohen, mais qui comme tant d'autres date (2004 ! c'était hier ! Eh non, c'était avant-hier...) terriblement. Pas tellement sur le plan économique, mais plus généralement en ce qui concerne "l'Etat du Monde" et sa prospective. Il en reste des pépites à glaner, mais il y a aussi des scories dues à une évolution du Monde que l'auteur n'avait pu prévoir.

 

Certes, La Commission européenne à sa naissance était d'inspiration (économiquement) libérale (la dimension politique était évidemment essentielle, mais différente). Elle s'est malheureusement transformée au fil des ans en une bureaucratie interventionniste à tous les niveaux cornaquée par le Conseil qui se déchargeait sur elle de tous les problèmes merdiques qu'il ne pouvait gérer : même, parfois, le tourisme ! Ce qui serait terrible est la possibilité d'un "gouvernement mondial", ou même, a minima d'un "gouvernement européen" qui devrait donner son satisfecit à des aspirations nationales... Ah oui, l'équilibre est difficile, entre les Danois qui voudraient interdire les fromages au lait cru et les Français qui veulent en profiter même au prix de possibles contaminations... Pourtant, la législation européenne est simple (?) en la matière, mais ce n'est qu'un exemple minuscule.

 

En ce qui me concerne, je ne veux nullement d'un "ordre mondial" ou européen qui me dicte ma conduite.

 

On ne se laissera pas faire, non ?

Repost 0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 21:19

Ce que j'aime chez Bruckner et Revel (et dans une moindre mesure, chez Lipovetsky, encore que sa lumineuse Esthétisation du Monde m'ait réellement fait découvrir tant de choses que je devinais vaguement dans un domaine qui m'est cher) c'est que ce sont des philosophes que je parviens à comprendre. J'ai toujours admis et reconnu que le discours philosophique me semblait opaque, ou tout simplement que je n'avais pas la fibre philosophique... la fibre, ou l'entendement. Chacun a ses limites, j'ai les miennes, cela va sans dire. Mais ce qui me gêne dans le discours philosophique est la valeur accordée à des termes jamais définis et fluctuant selon l'auteur, ce qui permet de dire à chacun qu'il détient la vérité contre les Autres. Rien ne permet de trancher, ou même de savoir de quoi on parle vraiment.

 

Rien de tel chez mes auteurs préférés, et je me bornerai à citer une fois encore le livre de Bruckner :

 

"L'utopiste Charles Fourier ne proposait-il pas de multiplier les voies lactées, projection lumineuse de l'activité séminale des h(sic)ommes en accélérant les unions amoureuses ? Ainsi résoudrait-on le problème de l'éclairage des grandes villes, la nuit, pourvu qu'hommes et femmes s'accouplent sans cesse et (moins de 16 ans, s'abstenir) de toutes les façons possibles. (C'est une proposition qu'il faudrait soumettre sans tarder au Secrétaire général de l'ONU)."

 

E cosi' via, le livre est plein de tels ricanements...

Si vous ne l'avez déjà lu, faites-le !

 

Gute Shabbes

 

Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 21:13

En relisant (*) le beau livre de Pascal Bruckner : Le fanatisme de l'Apocalypse, que j'ai déjà cité ici, je tombe sur ces deux citations :

"Luther : les bêtes venimeuses, les carnassiers sont la conséquence de nos péchés. Une fois le jugement dernier prononcé, elles deviendront jolies, aimables et caressantes, des petits chiens gambaderont dont la peau sera d'or et les poils des pierres précieuses (Luther, Propos de table cité in Jean Delumeau, Histoire de la peur en Occident, Pluriel, 1978)"

et

"Dans le communisme, l'h(sic)omme deviendra incomparablement plus fort, plus sage, plus subtil. Son corps deviendra plus harmonieux, ses mouvements mieux rythmés, sa voix plus mélodieuse. Les formes de son existence acquerront une qualité puissamment dramatique. L'h(re-sic) moyen atteindra la taille d'un Aristote, d'un Goethe, d'un Marx. Et au-dessus de ces hauteurs s'élèveront de nouveaux sommets(Léon Trotzky, Littérature et Révolution, 1924)".

 

Fort bien. Je ne doute pas que Luther y croyait, et d'ailleurs toute la "littérature" des Témoins de Jehova dépeint le même tableau. Par contre, qu'il me soit permis d'en douter pour ce qui est de Léon le Terrible, un homme d'une intelligence exceptionnelle - d'une intelligence exceptionnelle, certes mais qui n'aurait sans doute en rien cédé à l'ignoble bourreau qu'était Staline s'il avait eu la main : demandez aux marins de Cronstadt... - celui qui avait dit de Souvarine "On jette un homme à la mer et on passe à l'ordre du jour". J'avais écrit erronément dans un post précédent que cette apostrophe terrible s'adressait à Malraux, mais en fait, Trotzky avait eu une phrase encore plus dure envers lui (Garine étant dans Les Conquérants un avatar de Malraux, évidemment, ou plus exactement du Malraux qu'il aurait voulu lui-même incarner, pur révolutionnaire droit dans ses bottes, par opposition à un simple bureaucrate comme Borodine ou à un terroriste un peu fou comme Hong) : "Après avoir lu l'article de M. Malraux, je dois apporter une correction à mon précédent article: j'avais écrit que l'inoculation du marxisme à Garine lui serait utile. Je ne le pense plus".

 

(*) Même si je ne veux pas le moins du monde me comparer à Léautaud avec lequel j'ai partagé l'amour des chats mais pas la haine des humains, j'ai aimé sa joie à lire relativement peu (enfin, peu, c'est beaucoup dire...) mais à relire de nombreuses fois les mêmes livres sans pouvoir en épuiser le sens. Il en va de même pour le cinéma dont je suis assez glouton. D'autre part, je suis désolé de ne savoir comment orthographier Trotski, Trotzky, Trotsky...

Repost 0