Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 12:10

C'est la question que pose l'éditorial du New Scientist de cette semaine. Prochaine étape pour quoi ? demanderez-vous. Eh bien tout simplement pour le carnaval annuel qui réunit 10 à 15.000 clowns, trapézistes, funambules, activistes, journalistes, et qui se réunira une fois de plus en 2012 sous le nom de COP18, comme il était le COP17 à Durban, le COP16 à Cancún, le COP15 à Copenhague, etc. J'ai déjà fait remarquer que le New Scientist n'est pas un repaire de dissidents climatiques mais que, à la différence du Scientific American, il ne fait pas dans l'activisme pro-GIEC. Et donc, dans l'édito en question, on décrit ce cirque sans grand ménagement, rappelant les grandes déclarations de Copenhague (Cancún n'a jamais existé, soyons francs) et l'absence totale d'avancées concrètes. Par contre, on se réjouit que dans un sprint final parfaitement ridicule, les négociateurs se soient mis d'accord sur des termes assez flous pour remettre à 2015 une définition des buts à atteindre qui commenceraient à être obligatoires à partir de 2020 (et quand je dis "obligatoires"...). Autrement dit, les calendes grecques.

 

Mais l'éditorialiste reste optimiste : si la diplomatie s'est ossifiée, les technologies "vertes" seraient explosives et prêtes à changer le monde. Je suis assez sceptique lorsqu'il mentionne le carbon trading, mais comment ne pas approuver l'abolition des foyers domestiques ultra-polluants qui empestent des centaines de millions d'hommes en Afrique, en Inde, en Chine... Cette même pollution qu'un rapport récent du GIEC voulait proposer comme technologie du futur !

 

La phrase essentielle est tout de même celle-ci : "If going green can be made profitable, it will become a no-brainer. Self-interest may serve the greater good where national interest does not", si se faire vert peut rapporter, alors il n'y a plus de problème. L'intérêt personnel peut servir le bien public lorsque l'intérêt national ne le peut pas. Oh, ça n'a rien de neuf, ce n'est somme toute qu'une paraphrase d'Adam Smith, mais c'est justement ce qui a le don de faire rugir les vraizécolos, car pour eux, il n'est pas question d'intérêt - et sûrement pas de libéralisme ! Leur opposition au nucléaire et leur haine de toute recherche sur la fusion tient à leurs positions moralisatrices. Ils prônent à tout-va les "énergies renouvelables" (encore que je ne sais pas comment on va renouveler le Soleil, mais enfin on a le temps) tout simplement parce qu'ils savent pertinemment bien que ça ne pourra jamais - ou en tous cas à terme de vie d'homme, sauf révolution technologique que je souhaite, bien sûr, mais dont je doute - remplacer les sources d'énergie actuelles, à niveau de confort égal pour nous, Occidentaux. Et les voilà à glorifier aussi les modes de vie ancestraux de tribus vivant dans un dénument extrême, faisant tout pour les ancrer dans leur pauvreté, leurs maladies et leurs traditions étouffantes. Je suis toujours stupéfait de lire des articles dégoulinant de louanges pour les merveilleuses vertus de peuplades affamées vivant dans des conditions à peine humaines par des journalistes ou activistes qui y passent quelques jours entre deux coups d'aile en classe affaires. Si c'est à ce point paradisiaque, que n'y restent-ils ? Et si notre civilisation est tellement pourrie, pourquoi ces hordes de "réfugiés" bravant les flots et la mort probable ? Ils viennent du Paradis et ne le savent pas encore. J'aimerais que quelques émules d'Illich et autres aillent faire un tour à Lampedusa pour expliquer à tous ces gens qu'ils se trompent, et qu'ils feraient bien mieux de reprendre la mer pour retrouver la vraie liberté et non le matraquage publicitaire des zombies de la société de consommation. J'emprunte ceci à WUWT :

 

  energy-gdp-capita-1990-raw-no-labels-by-polity-by-energy

 

soit la corrélation entre l'usage d'énergie et le revenu (PIB/capita) par personne. Voilà un autre no-brainer. Je ne dis évidemment pas qu'il n'y a pas moyen de diminuer la consommation d'énergie, ce serait idiot : isoler les maisons, moins utiliser sa voiture en ville (dès que je peux, je circule en scooter. C'est amusant, mais dangereux), e cosí via, mais croire comme le proclame notre valeureux Gaulois Olivier Deleuze que d'immenses économies sont possibles relève, une fois de plus de la pensée 

bisou.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 . Et, à propos de bisounours, figurez-vous que la banquise arctique va beaucoup mieux que prévu.

 

ssmi ice area small

 

  Mais n'en dites rien à personne, on vous traiterait de menteur. Chacun sait que les ours blancs sont en voie de disparition...  même si les natifs du Territoire du Nunavut, au Canada, se plaignent de leur pullulation.

 

Ah, et oui, j'oubliais : cette vieille fripouille de Kim Jong Il est mort (si ça se trouve, étranglé ou empoisonné par son fils ou un de ses généraux). Les images de désespoir des Coréens ne méritent même pas un commentaire.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sceptique 19/12/2011 18:42


Comme j'aime votre gauchisme!