Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 15:47

Je reconnais ne pas être un Mac-man, et je me traînais déjà avec un ridicule "Windows" 3.1 très arriéré alors que d'autres jouaient  avec un MacIntosh très en avance et - en plus - très design. Il n'y avait rien de très rationnel dans ce choix, je suppose que j'ai suivi la foule ; après tout, l'informatique n'était qu'un outil, je ne voulais en tirer ni distinction ni prestige, il me suffisait d'un traitement de textes et d'un tableur.Entre Steve Jobs et Bill Gates, pas de choix : Steve était un visionnaire et Bill avait eu la chance extraordinaire d'être choisi par IBM pour son MS-DOS qui était quelque peu misérable, du moins conceptuellement (je venais de Burroughs...) - mais au point de vue marketing, c'était autre chose.  Plus tard, bien sûr, lorsque Apple devint le gourou des graphistes et que je commençai à m'aventurer de ce côté, je me trouvai un peu coincé, mais Adobe eut tôt fait d'adapter ses programmes aux plateformes Windows, tout comme Macromedia, et l'opposition Mac/Windows tourna bien vite à la querelle de religion. Aux pieds-plats de l'informatique grand public, Microsoft ! Aux élites graphiques, littéraires et musicales, Apple ! Je me faisais régulièrement regarder de haut par ma fille Mac qui ne jurait que par Final Cut alors qu'elle me regardait chipoter dans Premiere, puis elle se faisait à son tour crêper le chignon par mon autre fille Windows qui l'assurait que son Photoshop-W était bien plus étoffé et rapide que le Photoshop-M.

 

Mais il n'en reste pas moins que les élites intellectuelles, je le répète, étaient très anti-Gates et très pro-Mac, car elles étaient, justement, des élites, au-dessus de la foule, distinguées...

 

Puis, l'iPhone, l'iPod et l'iPad parurent. Succès foudroyant. Succès de masse. Le Mac avait toujours été nettement plus cher qu'un quelconque PC, l'iPhone restait tout de même à un prix assez élevé - proche tout de même de celui de ses concurrents - l'iPod était très accessible, et l'iPad fut un incroyable succès. Succès de masse. Alors qu'au lancement de l'iPhone, en sortir un de sa poche vous valait les sifflements admiratifs de votre entourage, il ne fallut pas très longtemps pour que le dernier des ploucs en exhibe dans les transports en commun. Et là, les élites intellectuelles commencèrent à changer d'avis. L'iPod ? Une machine à fabriquer des iZombies, et d'accuser Apple de causer l'aliénation de ces hordes de gens qui passent dans la rue avec leurs écouteurs aux oreilles. Tu parles ! C'est exactement le même procès qu'on avait fait au Walkman quasiment une génération auparavant ! Et puis on parlait de ces cas de suicides d'ouvriers chinois dans des usines assemblant des produits Apple (entre autres), ces "esclaves" à propos desquels Slate disait sous le titre 'The iPad Suicides' : "Devez-vous vous sentir responsable de toutes ces morts dans l'usine électronique  chinoise ? Oui." Et, évidemment, le Guardian (dont les journalistes avaient par ailleurs été d'ardents Mackintoshistes jusque là) d'en remettre ad nauseam. Evidemment, une voix critique ne faisait pas beaucoup de bruit dans le tumulte, même si cette petite voix faisait remarquer qu'observer si peu de suicides dans une usine employant entre 3 et 400.000 ouvriers montrait qu'il valait bien mieux travailler là qu'ailleurs... Mais on sait qu'en général les journalistes n'ont qu'une très vague connaissance des nombres et des statistiques - surtout quand ils on un point de vue à défendre, le point de vue en l'occurrence étant un grotesque mélange d'auto-flagellation simpliste (nous les méchants Occidentaux ultra-gâtés sommes responsables des conditions de vie épouvantables de ces pauvres bons sauvages[*]) et de moralisme vaguement chrétien - on a jeté Marx aux orties, et c'est bien dommage : plus aucune espèce d'analyse socio-politico-économique dans ces couinements des gémisseurs, simplement - le mot est à la mode - de l'indignation. Et j'entendais un "occupeur de Wall Street" déclarer tout de go qu'il faudrait revenir à une économie non monétaire, de "bartering", d'échange. Voilà ceux qui vont réformer le système !

 

Cela dit, non, vraiment, Apple n'est plus ce qu'il était...

 

[*] mais attention ! Si ces salauds de pauvres sauvages s'enrichissent, ils vont bousiller la planète !

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans politique
commenter cet article

commentaires

Sceptique 14/10/2011 16:45



J'ai eu du mal à trouver le "syndrome de Vorochilov-skaïa"*! Je me suis demandé si ce n'était pas un équivalent de Tartempion!


*trois mentions, sans plus, dans Google.



cdc 14/10/2011 17:47



C'est, effectivement, l'équivalent de Tartempion...



Sceptique 11/10/2011 07:11



Je suis un bébête utilisateur du Mac, initié à un âge avancé par mes collègues psy (je suis passé de la médecine générale, très Microsoft, à la psychiatrie, auto-proclamée élite de la médecine.
Noblesse oblige!), mais je ne le regrette pas, car sa maitrise est bien plus simple. Mais je n'ai pas éprouvé le besoin d'aller au delà(I Phone, I Pod, I Pad).          
                 Si 50% des hommes ne passaient pas leur temps à dire du mal des 50 autres, ils s'ennuieraient. Quant aux journalistes, ce sont des
"littéraires" (en France, c'est encore prestigieux), et les "stats", ils n'aiment pas!



cdc 14/10/2011 10:42



Je suis certain qu'ils n'aiment pas, donc ils ne connaissent pas et ne veulent pas connaître. Combien de fois ai-je lu des "chapeaux" en extra-gras du type "XXX provoque un triplement du
risque de contracter le terrible mal de Vorochilovskaïa", tout en sachant que le syndrome de Vorochilovskaïa touche une personne sur dix millions...



bob 10/10/2011 23:37



En fait la communauté du libre (et aures «élites intellectuelles») n'a pas attendu l'ipod 1 pour critiquer les systèmes propriétaires. Tout a commencé avec Richard Stallman qui voulait améliorer
le pilote de l'imprimante Xerox de son labo au MIT dans les années 70. Pour combattre ce monopole, lui et d'autres ont fondé le projet GNU et écrit la licence libre GPL. Licence qui a permis a
Linus Torvald de publier son noyau mondialement connu faisant tourner la majorité des serveurs et l'écrasante majorité des supercalculateurs. Bref, les défenseurs du libre avaient déjà de
l'expérience lors du retour de Steve Jobs aux commandes d'apple début 2000. En fait le tour de magie de steve fut de rentre facile d'utilisation un produit qui ne l'était pas car basé sur du
matériel trop hétérogène. En ne distinguant plus le harware de son software (iOS ou MacOS) il a pu avoir une maîtrise complète sur ses produits et ainsi tendre vers sa vision de
l'ergonomie/esthétisme.


Fianlement, après plusieurs années d'utilisation de gnu/linux et d'admiration de R. Stallman et autres penseurs du libre, je trouve qu'il est souvent nécessaire de privilégier l'action sur la
réflexion. Créér de nouveaux outils est indispensable et permet de réfléchir sous des angles nouveaux tandis que bien souvent les penseurs purs tels que Stallman tournent en rond et au final ne
font pas avancer le schmilblik. En fait, son outil - sa fameuse GPL v.2 - a définitivement fait bien plus avancer l'informatique (noyau linux et plus récemment tous les bases de Facebook ou
Android) que tous ses prêches autour du monde. Bref (comme dirait le mec sur canal+), je vais aller m'acheter un mac. ;)


 


Ps: Nicolino (http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1205) a aussi écrit sur les suicides en chine. Là encore, beaucoup de mots et
d'émotions (il a un style qui plait aux foules, son dialogue avec Skept: http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1174 est
typique de l'étroitesse de sa réflexion). J'imagine que son billet a été posté depuis un ordi fabriqué en france, respectueux de l'envirommenent et sous un système d'exploitation qui respecte
l'utilisateur (pas de contrat de licence utilisateur final évidemment !)...



cdc 11/10/2011 12:07



Mais là, vous ne parlez plus de l'utilisateur lambda, mais plutôt des geeks qui effectivement ont fait faire de grands progrès à toute l'informatique, le meilleur exemple étant finalement le Net
lui-même. J'avais consacré un post aux logiciels libres à l'époque (il a beaucoup vieilli). Pour l'anecdote, j'ai travaillé sur un PDP-8 dans mon jeune temps...