Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 17:12

- Bangkok : de plus en plus monstrueuse ; décidément, j'aime beaucoup cette ville. Il est loin le temps des hôtels cinq étoiles pour presque rien. Maintenant, les shopping malls sont luxueux et chers. Quant à la cuisine thaïe - sans doute une des meilleures du monde - on trouve heureusement son bonheur près de chez soi. Les larmes du Tigre est ici du niveau des meilleurs restaurants de BKK - et nettement moins cher... On peut manger très médiocrement en Thaïlande...

 

- Le pape : curieusement, sa démission a fait plus de bruit dans les chaînes anglo-saxonnes (BBCW et CNN) que sur les chaînes francophones. Mais au fond, c'est normal : laïcisme oblige.

 

- Viande de cheval : alors là, pas un jour sans qu'on n'en parle à chaque journal de BBCW. 10 jours de lamentations et d'horreur concentrées. Evidemment, pour un Britannique, manger du cheval est une abomination inconcevable, d'où les développements journalistiques interminables pour une fraude certainement punissable, mais somme toute assez vénielle. Je ne suis d'ailleurs pas arrivé à savoir quel était le pourcentage d'adultération. Y avait-il 1, 5 ou 10% de viande de cheval ? Ou était-ce à l'état de traces ? Notez bien qu'il y a quelques mois, Test Achats avait analysé les bidoches des petits restaus turcs, d'où il résultait que la viande dite halal contenait jusqu'à 3% de porc... La Presse n'avait nullement répercuté une nouvelle qui valait bien l'autre, au moins pour les Juifs et les musulmans. Et ça me rappelle ces vendeurs de crème glacée à New York qui arborent fièrement un certificat de qualité kasher signé par un vrai rabbin, avec la photo d'icelui.

 

- New Delhi/Bombay : difficile d'y arriver après la Thaïlande. Si les prix de l'hôtellerie thaïlandaise ne sont plus ce qu'ils étaient, la qualité du service reste absolument hors pair, et sans la moindre servilité. L'hôtellerie indienne, par contre, est inefficace, le personnel est généralement bourru et toujours à la quête revendiquée de pourboires. Je ne parlerai pas des taximen, avec qui j'entretiens généralement des relations assez tendues (pas seulement en Inde, je le reconnais), mais en général la désorganisation et la bureaucratie ultra-tâtillonne sont la caractéristique de la vie quotidienne en Inde (je reviens de Delhi à Bruxelles via Bombay et j'en frémis encore. L'aéroport de Bombay est sans doute une belle introduction à l'après-vie en Enfer. La cuisine indienne peut être délicieuse, mais une fois encore, nous avons ici des restaurants indiens qui sont très authentiques, délicieux et moins chers. Je vais encore faire bondir certains, mais je persiste).

 

- Après avoir entendu Obama et son discours sur l'état de l'Union, je suis déçu qu'il ait accroché les wagons les plus ridicules sur les "extrêmes climatiques". Il fallait pourtant s'y attendre, mais si j'ai bien compris, il a d'autre part donné le feu vert au pipe-line Keystone XL, réalisme oblige... A propos de climats extrêmes, on nous a assez rebattu les oreilles sur les feux de brousse en Australie, "du jamais vu", paraît-il. Ben justement, il y avait il y a quelques jours une émission commémorative sur une chaîne de télé australienne, pour rappeler la tragédie d'il y a tout juste trente ans : deux provinces avaient été ravagées par de gigantesques incendies où avaient péri plusieurs dizaines d'habitants et de pompiers. Question posée à nouveau : comment peut-on parler d'augmentation de fréquence d'événements rares (extrêmes) depuis, en gros, 1945 ? Réponse : on ne peut tout simplement pas, c'est bien trop tôt. Et puis, c'est toujours cette idéologie Goldilocks : tout changement ne peut qu'être néfaste, les sécheresses ne toucheront que les zones sèches, les inondations iront exclusivement vers les zones humides, les pays froids gèleront et les pays chauds rôtiront.

 

- L'IATA a publié des statistiques intéressantes : il y a eu en 2011 2,8 milliards de passagers aériens, avec une croissance annuelle prévue de 5,3%. Ce sont les économies émergentes qui verront une croissance nettement supérieure, même si la fréquentation intérieure des USA garde la part du lion avec 710 Mio de passagers plus 223 Mio de passagers en routes internationales connectées avec les USA. En 2011, le frêt aérien s'est élevé à 29,6 millions de tonnes avec une croissance annuelle moyenne prévue de 3%. Bien sûr, comme d'ici à une dizaine d'années il n'y aura plus d'avions ni d'aéroports en France, il faudra peut-être réviser ces chiffres très légèrement à la baisse. Car je ne doute nullement qu'Yves Cochet ait tort, ça va de soi.

 

- Siem Reap : n'est peut-être pas à conseiller durant les fêtes du Nouvel-an chinois. Le taximan était très fier de nous annoncer qu'il y avait eu 3,5 millions de visiteurs en 2012 et qu'on allait vers les 4 millions en 2013-2014. Punaise ! Quand je me souviens du Siem Reap d'il y a seulement quinze ans... Très amusant d'entendre de petits groupes francophones (Belges, Français, Québecois) pester contre les grands groupes de Chinois, de Japonais et de Coréens qui envahissent  les sites. Ben, Msieurs-Dames, nous aussi nous les envahissons, non ? On est p'têt ben moins nombreux mais on a plus le droit, non ? Cela dit, après onze heures du matin, les grands groupes disparaissent (pour aller où ? Mystère...) Mais je crois qu'ils se lèvent très tôt pour voir le lever du soleil ; à son coucher, plus personne, sauf au Phnom-je-ne-sais-plus-quoi pour s'y faire porter en éléphant et même Angkor Vat est libre...

 

- Siem Reap, encore : revu le Banteay Srei, celui que ce vieux bandit de Malraux avait pillé. Le plus rigolo de l'affaire, c'est que tant d'intellectuels français aient pris la défense du pillard : Gide, Maurois, Mauriac, Paulhan et bien d'autres, comme cette mouche tsé-tsé d'André Breton qui se fend d'un superbe "Qui se soucie réellement de la conservation dans leur pays d'origine de ces oeuvres d'art ?". Oui, comme le Parthénon, qui ne cesse de dresser la Grèce contre le Royaume-Uni... Sauf évidemment que Malraux voulait en faire du fric...

 

- Siem Reap, dernière : le Ta Prohm serait le temple ultime, du genre Indiana Jones. Oui, sans doute. Mais si vous passez par là, n'oubliez surtout pas que le Preah Khan vous prendra dans ses ruines bien moins définies... on peut y passer des heures entre le lever et le coucher du soleil...

 

- Quelques images sur la manif de Washington, où quelques milliers (350.org parle de 40.000, CNN de 30.000, mais sur les photos que j'ai vues, ça me semble un chiffre bien gonflé) de manifestants sont venus - bravant un froid glacial - demander à Obama de tenir les promesses de son discours (mais pas de sa campagne électorale...) et de dire non au pipe-line. Les organisateurs sont fiers d'avoir affrété (mais pas gratuitement !) 170 autocars, ce qui ne fait tout de même que quelques milliers de participants. "Les autres ont-ils pris leur voiture polluante ?" demande un commentateur. Réponse indignée d'une manifestante : "I took my Prius, smart ass!". Car, on le sait, une Prius ne consomme rien; 0 joules au kilomètre. C'est du moins ce que croit sans doute savoir la gentille dame scandalisée. Dois-je répéter que c'est faux, et qu'une Prius en cycle routier n'est qu'une bagnole comme une autre ?

 

- Cambodge : la riziculture est quasiment la seule ressource du Cambodge, occupant environ 85% des terres cultivées pour une moisson annuelle de 6 ou 7 millions de tonnes dont 2 sont exportées. C'est un travail exténuant, qui provoque des tas de maladies, dont parfois l'abominable mal des rizières dont souffrent ces vieillards courbés, le dos définitivement ruiné. Voilà ce que voudrait, ce qu'exige même l'immonde Vandana Shiva, pour qui les fermiers cultivant des OGM sont aussi coupables que les violeurs. Abominable.

 

- Angkor Vat : en voyant là et ailleurs tous ces bas-reliefs représentant des guerres réelles (Khmers contre Champas, Khmers contre l'ennemi héréditaire siamois - Siem Reap signifie l'écrasement ou le massacre des Siamois - etc.) ou supposées (dans le Mahabharata, les Pandava contre les Kaurava, dans le Ramayana où Rama combat notamment l'immonde Iznogoud, non, pardon, l'immonde Ravana aux dix têtes et vingt bras, Ramayana qui fait encore l'objet dans toute l'Asie hindouiste et même au-delà de représentations diverses cinématographiques, théatrales in vivo ou en ombres, et jusqu'à Kill Bill, qui m'a toujours semblé une paraphrase de l'épopée en question), en les voyant donc, je me souviens d'une grande conférence tenue dans les années cinquante sous les auspices de l'UNESCO où de grands philosophes, ethnologues et autres Prix Nobel (dont, si j'ai bonne souvenance, Claude Levi-Strauss) avaient - et c'était normal après une guerre mondiale parfaitement ignoble - déclaré qu'il n'était pas scientifiquement établi que l'Homme avait la guerre chevillée à l'esprit et au corps (comme diraient les éditeurs de Wikipedia : Reference Needed, mais je crois me souvenir que ça figurait dans un des nombreux livres de Matt Ridley). Sans doute. Pas scientifiquement établi, non, mais tout de même... Et il se fait que je reviens d'un très beau concert de Paul Van Nevel (Huelgas Ensemble) consacré au genre très en vogue vers le 16-17e siècle, celui de la Battaglia, dont Josquin (Scaramello va a la guerra) et d'autres ont excellé. Découvert donc Guillaume Costeley, Alessandro Striggio, Christoph Demantius, Mateo Flecha el Viejo e così via. Certes, il y a battaglia et battaglia, certaines étant purement érotiques, mais bien d'autres étant un peu plus belliqueuses : " Rends-toi Calais, cache tes étendards, à mort canaille, à mort passez !", "Il n'est trépas plus glorieux que de mourir audacieux parmi les troupes combattantes", "Prenons ces loups, tuons-les tous", etc. etc. ainsi ad nauseam.

 

Pas scientifique, avez-vous dit ?

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans sociologie
commenter cet article

commentaires