Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 23:19

Dans une ré-émission très récente de la RTBF consacrée à Marc Moulin, présentateur radio, musicien, compositeur, auteur de théâtre, bref "une personnalité à nombreuses facettes ravi trop jeune à la suite d'une douloureuse maladie", qui se décrivait modestement (je ne raille pas, il était modeste) comme un assez bon connaisseur de toutes les musiques, "sauf la musique classique, dite savante". Mais il la connaissait bien, évidemment. Son propos était tout de même assez explosif lorsqu'il déclarait penser que Luigi Nono survivrait moins que "le jazz". Certes, le jazz est de la musique contemporaine, mais je comprends qu' Harry Halbreich récuse cette étiquette et lui préfère (et là je le suis moins) celle de musique radicale, voulant désigner ainsi une musique en rupture - comme l'ont été avant elle toutes les nouvelles formes musicales, qu'il s'agisse de l'Ecole de Notre-Dame, de l'Ars Subtilior, de la musique du Camp du Drap d'Or, de Mozart ("Trop de notes !"), de Berlioz ("Assourdissant !"), de Wagner, de Debussy, de Ravel, de Stravinsky et j'en passe. Sans aucun doute, et le jazz a d'abord été, bien évidemment, traité par la bourgeoisie de "musique de nègres" avant d'être récupéré par les intellectuels et les artistes, puis par la même bourgeoisie qui a fini par adorer ce qu'elle avait voulu brûler. Mais soyons sérieux : A Love Supreme est tout de même - tout sublime qu'il soit - plus accessible que les harmolodies d'Ornette Coleman ou de nombreuses pièces de Charlie Mingus, sans parler des dernières productions de Miles Davis. Il est vrai aussi que les premières pièces atonales de Schönberg datent d'il y a plus d'un siècle et que les extraordinaires Gurrelieder et Verklärte Nacht annoncent déjà sa désaffection envers le système tonal, tout comme Berg accède au dodécaphonisme ("communisme des notes", comme le décrit gentiment Georges-Elie Octors) avec son Concerto à la mémoire d'un ange. Que le sérialisme m'ennuye en général avec son "troisième renversement de la cinquième série" ne saurait évidemment avoir aucune importance, mais c'est tout de même par sa fidélité dogmatique qu'un extraordinaire chef d'orchestre et idéologue dominant de l'Ecole de Darmstadt (j'ai nommé Pierre Boulez, on le devine) a poursuivi Jean Barraqué jusqu'à son suicide, puis a ostracisé jusqu'à Olivier Messiaen.

Nono, tout de même... Como una ola..., Il canto sospeso et Intolleranza resteront - je l'espère - des témoins d'une musique superbe et généreuse, témoins du temps où le Parti Communiste était un phare pour ceux qu'on appelle maintenant avec un peu de mépris des "progressistes". 

Et, revenant d'entendre et d'écouter quelques-uns des six quatuors de Béla Bartok, je suis persuadé que ces oeuvres sont immortelles, comme celles de Haydn ou de Beethoven. Peut-être moins faciles d'accès, je l'admets, mais la danse hongroise du cinquième mouvement du quatrième quatuor est le couronnement joyeux des quatre premiers. On se lève, on applaudit, on se sent meilleur...

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans musique
commenter cet article

commentaires

Sceptique 21/12/2011 05:45


J'oubliais de vous préciser mon critère personnel en matière de peinture ou de sculpture: le sentiment, immédiat, que je ne me lasserai pas de voir l'oeuvre, même distraitement, tant que je serai
en vie. Je n'ai pas forcément les moyens de l'acheter, mais toutes celles que j'ai achetées possèdent ce critère. Très personnel. 

Sceptique 21/12/2011 05:39


Ce que je voulais dire, c'est quà part l'éblouissement, l'oeil en tant qu'organe est très tolérant. C'est le sujet qui voit qui peut ne pas l'être!


Par contre, l'oreille peut souffrir du fait de certains sons. En plus de la souffrance ressentie du fait des fausses notes, en écoutant des oeuvres qu'on connait et qu'on apprécie.

Sceptique 20/12/2011 11:19


L'oeil est plus complaisant que l'oreille, nettement plus souffreteuse. Celà dit, les peintres d'aujourd'hui "charrient" sérieusement. C'est le point faible des arts non traditionnels. Pour ne
pas répéter, il faut innover, et, d'innovation en innovation, on finit par sortir du beau.

cdc 21/12/2011 01:16



Ah, je n'en suis pas si sûr. J'en avais parlé il y a déjà un certain temps


http://revereveille.over-blog.com/article-2879576.html


On peut détester McCarthy, Jeff Koons ou Damien Hirst, mais pourquoi pas Kiefer (comme le fait Pierre Sterckx). Ou tant d'autres ! Ce n'est pas l'oeil qui importe, mais la réception aux oeuvres,
et je vous conseille de vous renseigner auprès d'un excellent magazinze : Beaux-Arts magazine pour le citer. Une manière de savoir regarder et de juger. "Juger", bien évidemment de manière
personnelle. Je me bagarre avec mes filles, l'une graphiste, l'autre photographe, mais c'est très enrichissant.



Sceptique 20/12/2011 09:08


Je suis admiratif de votre sensiblité à la musique "contemporaine", en rupture avec la musique tonale qui constitue l'essentiel de la musique savante ayant la faveur de la majorité du public.
J'avoue que, ni mon oreille, ni mon corps, ne se font à cette musique, dont vous citez les principaux auteurs. Mes goûts plafonnent à Stravinsky, pour la musique composée en France, et aux
auteurs russes: Prokoviev, Chostakovitch, qui ont "roulé" Staline et le PCUS. 

cdc 20/12/2011 10:58



Aimer la musique "contemporaine" ne va pas de soi, tant on a grandi dans l'écoute de notre musique tonale "classique". Et, de la même façon qu'il faut apprendre à écouter, disons, Guillaume de
Machaut, il faut apprendre à écouter, disons, le Pierrot lunaire ou Scelsi. Harry Halbreich, que je cite, a été pour beaucoup dans mon cheminement vers cette musique. Il en va de même pour l'art
contemporain en général, tellement en rupture avec le passé - je le répète, le mot "impressionnistes" est à l'origine une étiquette créée par un journaliste qui voulait se moquer.