Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 23:13

"Je n'ai pas peur des clichés !" nous annonce tout de go le cher Woody dès les premières images précédant même son habituel titrage N&B sur fond de jazz (Sidney Bechet et clarinette oeuf corse), et c'est vrai qu'on se délecte à l'avance de voir toute la panoplie parisienne - Montmartre, Odéon, tour Eiffel etc.

Mais tout d'abord, je me dois de reconnaître que le "narrateur", Gil, un alter ego de Woody comme dans plusieurs de ses films (je pense à l'excellent Celebrity, entre autres) me fait lever la peau en cloques avec sa bouche en cul de poule et sa coiffure imitant celle de son maître et persona. Oui, c'est pour moi, et je dois donc le laisser sous la table.

Cela dit, l'idée de revenir dans le passé est bonne, évidemment, même si ce n'est pas très nouveau. Et que chacun ait son idée de l'Âge d'Or est amusante - et pas très nouvelle non plus.

Mais les personnages présentés ne sont pas convaincants ; Hemingway débite des sottises machistes, Picasso, Buñuel et tutti quanti ne font que parler un anglais qu'ils ignoraient avec un accent français ou espagnol convenu, sans parler du ridicule dialogue où Man Ray parle de faire de la photographie et Buñuel un film, bien que ce dernier ne comprenne rien à une proposition de Gil de tourner quelque chose comme L'ange exterminateur, un pur chef d'oeuvre que Woody semble estimer complètement extérieur au grand Luis.

Et puis, le film patine depuis le début avec les futurs beaux-parents bien sûr Tea Party (on sait que Woody ne fait pas dans la dentelle, c'est souvent très amusant, comme le "crypto-fascist arrogant zombies") - mais ça ne fait pas un film.

Et la fin est assez lourde : on la voyait venir.

Vignettes des années '20, chacun voyant l'Âge d'Or derrière soi (années '20, Belle Epoque, Renaissance et même Louis XIVème), oui, pourquoi pas ? Mais je n'ai pas trouvé que ça fonctionnait bien. Une personne (IMHO) fonctionnait bien : Gertrude Stein ; petit bémol : elle parle de "science fiction". Sans vouloir être aussi pédant que le Ur-pédant du film, je ne crois pas que GS aurait pu utiliser ce terme.

Mais je me trompe peut-être.

Cela dit, assez divertissant.

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans cinéma
commenter cet article

commentaires

Sceptique 05/07/2011 18:23



Je ne me lasse pas trop du cinéma de Woody Allen, mais ma retraite rurale me prive de cinéma. Il faut que l'attende l'édition du dvd.



cdc 06/07/2011 23:01



Quel dommage ! Le DVD ne remplace pas le cinéma, bien sûr...


http://revereveille.over-blog.com/article-11784247.html