Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 11:21

Mais tout d'abord, un mot sur l'éditorial du Monde, signé Fottorino (et un peu Furax tout de même). La France est de toute évidence en pleine crise existentielle, les Français ont la peur du déclassement au ventre et tout - même les ours polaires - est bon pour broyer du noir. Voilà ce que c'est d'avoir eu les Zécolos sur le tard ; au moins chez nous ils existent depuis belle lurette, ils ont été associés au pouvoir, ça leur a fait perdre quelques illusions et les voici un peu plus réalistes. Par contre, des frénétiques à la Mamère ou des illuminés à la Lepage, nous n'en avons plus - pour autant que nous en ayons jamais eu ; ici, les Zécolos sont plutôt cathos de gôche et les deux ou trois trotskards qui y restent commencent à se couvrir de toiles d'araignées. Enfin, tant pis pour Turlupin Ier, il ramasse la veste qu'il mérite.

Ce qui ne nous éloigne tout de même pas de nos chers Ehrlich, qu'on devrait faire citoyens d'honneur de la France geignarde. Pour autant, le Royaume-Uni n'est pas en reste en ce qui concerne le catastrophisme, et l'année du bicentenaire de Darwin semble y coïncider avec une réhabilitation de Malthus, de ses pompes et de ses oeuvres. Certes, les divagations décroissancistes ont toujours été au coeur de la Deep Ecology, mais c'était en général un discours extrêmement marginal, réservé à des enragés du type Schumacher (vous savez, celui de "Small is Beautiful", mais aussi d'une phrase moins connue : "the pressure and strain of living in say Burma [sic], is less than that of living in the United States", ce qui permettait de belles et nobles discussions entre copains, le soir, après le ciné). Les Ehrlich faisaient - font encore - partie de ces frénétiques, et ce dès les années 60 ; c'est Paul Ehrlich qui a inventé la célèbre P-bomb, la Bombe P, P pour Population. Enfin, quand je dis célèbre, elle l'a été mais le pétard mouillé avait fait long feu, du moins pouvait-on l'espérer. Il faut dire qu'à l'époque, il y avait encore beaucoup de marxistes, et le marxisme est un humanisme ; en ce temps-là, le PCF n'avait aucun état d'âme en ce qui concerne les OGM (mais il était encore bien vivant, pas en coma dépassé comme aujourd'hui) et Philippe Kourilsky
rappelle à ce sujet la conversation qu'il avait eue avec un membre du PCF alors qu'il était à l'Institut Pasteur : "Tout ce qui améliore la connaissance de la matière est bon. Donc, le génie génétique est bon. Il faut seulement veiller à ce que des représentants de la CGT siègent dans les commissions de culture."

Et donc, les époux Ehrlich nous bombardent depuis plus de 4 décennies de leur prédictions apocalyptiques. Des phrases comme "No sensible reason has ever been given for having more than 135 million people [in the U.S.]" sont évidemment du pur Ehrlich, que reprenaient pas mal de gourous de l'époque, on en était bientôt aux vaticinations du Club de Rome que Claude Allègre semble apprécier à son injuste valeur, par parenthèse. Evidemment, ça fait toujours mieux de se poser en Philippulus plutôt qu'en Docteur-Tant-Mieux, on y gagne une figure austère et imposante, du moins entre hommes parce que les filles étaient beaucoup moins impressionnées, mais bref, c'était le temps de ma jeunesse folle etc. Curieusement, c'étaient en général les mêmes qui se tordaient les mains de désespoir à chaque famine dans le monde (et il y en avait, bien plus qu'aujourd'hui), au lieu de se réjouir de la décroissance démographique qui devait en résulter ; mais il est vrai qu'ils prêchaient une telle haine de l'Occident que le raisonnement était plutôt du type "quel dommage que ça ne soit pas arrivé chez nous" (notre civilisation moderne est douée d'une selbsthasse assez étonnante, ce qui, à tout prendre, est plus noble qu'un esprit de corps auto-satisfait, mais qui ne mène pas à grand'chose. Mieux vaut voir les choses sans parti-pris).

D'après nos aimables prévisionnistes, nous aurions été plusieurs dizaines de milliards en 2000, sauf qu'évidemment, on n'y serait jamais arrivé, en 2000, vu que la démographie galopante allait provoquer l'assèchement de toutes les ressources, qu'il n'y aurait plus d'eau ni de récoltes, que des hordes de réfugiés allaient errer de par la planète (ça vous rappelle quelque chose ?) et que les famines décimeraient la population, causant la mort de dizaines de millions d'êtres humains. A ceux qui leur objectaient que Malthus s'était quelque peu trompé sur le sujet, ils répliquaient avec fougue le sempiternel "Oui, mais cette fois, c'est différent".

Malheureusement pour Paul Ehrlich, son adversaire intime, Julian Simon (virtuellement inconnu chez nous, car c'était un optimiste) lui proposa un pari en 1980, un pari sur l'avenir à quelqu'un ayant déclaré en 1970 "If I were a gambler, I would take even money that England will not exist in the year 2000" ! Les termes du pari étaient simples : choisissez cinq matières premières ou manufacturées, peu importe, pour autant que les prix n'en soient pas administrés, choisissez un délai et parions sur l'évolution du prix de ces matières ; moi, je prétends que ce sera à la baisse. Ehrlich et deux collègues sautèrent sur "l'occasion inespérée", trouvant irrésistible la possibilité de se faire de l'argent facile. Cinq métaux (cuivre, chrome, nickel, étain et tungstène) sur 10 ans. Résultat en 1990 : Simon a raflé la mise, tous les métaux choisis ayant décliné de prix. Chevaleresque, il proposa aux perdants de se refaire en augmentant la mise ; mais ceux-ci déclinèrent la proposition. Vous trouverez tout cela (et bien plus encore) en lisant le très joyeux The Ultimate Resource de Julian Simon lui-même.

Absolument toutes les noires prédictions des Ehrlich se sont révélées fausses, et voilà qu'on les invite au New Scientist en septembre 2009 pour un dossier sur la surpopulation supposée. Et paf ! c'est reparti comme en '70 ! "With more than a billion already going hungry, limiting population growth has to be a priority", merci, on a déjà donné. Puis il y a trois jours, rebelote, ils publient - toujours dans le NS - une critique élogieuse du nouveau livre de Fred Pearce, Peoplequake, élogieuse mais néanmoins critique, car Fred Pearce n'est pas assez pessimiste, et que les Ehrlich se fichent pas mal d'un climat détraqué, pour eux, c'est la démographie galopante (qui n'existe que dans leur imagination enfiévrée) qui est la cause de tous les maux. Notons en passant que Fred Pearce évoque plutôt l'effondrement démographique comme danger avéré, mais peu importe, les Ehrlich assènent leur dogme, qui est toujours et encore celui de Malthus première version, tout en reprenant à leur compte la gaffe du GIEC sur les glaciers de l'Himalaya.

Laissez les Ehrlich de côté et lisez Julian Simon si vous connaissez l'anglais (inutile d'espérer une traduction !). Vous ne serez pas déçus.

PS: Justement, dans la nouvelle livraison du New Scientist arrivé ce matin sur ma table de petit déjeuner, un entretien avec Stewart Brand, un écolo pur et dur de la première heure, très californien des années '60. Il a viré sa cuti. Et, justement, son prof de biologie à Stanford était... Paul Ehrlich, qui venait de publier The Population Bomb. Pour reprendre les mots de Brand : " the whole environmental movement became the population issue. They said, too many humans are the problem, therefore get rid of the humans. Paul's [Ehrlich] view was that we should put sterilising agents in the water". Pas mal, non ? Mais pourquoi donc ces apôtres du malthusianisme ne se suicident pas au lieu d'appeler les autres à le faire ?

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans sociologie
commenter cet article

commentaires

bob 13/10/2011 08:49



J'ai Imposteurs dans mes flux RSS ;)


C'est bien l'article d'Anton qui m'a mis la puce à l'oreille, sinon je n'aurai jamais été au courant de ce fameux jour de dépassement.



bob 12/10/2011 03:06



En flanat sur youtube je suis tombé sur un «Dessous des cartes» spécial surpopulation: http://youtu.be/ANq28BBza_8


Ça fait plaisir de voir ce genre de chose sur Arte. Ce thème mériterait à lui seul un documentaire complet ! Petit bémol, JC Victor semble se baser sur les prédiction de consommation du «Jour du
dépassement» dont les calculs semblent étonnants. Enfin je pense que sa conclusion teintée d'écoresponsabilité a été faite juste pour plaire à Arte ;)



cdc 12/10/2011 11:23



Anton Suwalki (imposteurs.over-blog.com) vient d'écrire un post très intéressant sur ce "jour du dépassement" autoproclamé (j'avais l'intention d'écrire sur le même sujet, mais le post d'AS rend
mes éflexions caduques...) :   http://imposteurs.over-blog.com/article-reduire-l-empreinte-ecologique-ou-reduire-l-empreinte-des-ecologistes-85934787.html


Il y aussi un post sur le sujet chez Wattsupwiththat :  http://wattsupwiththat.com/2010/08/26/ecological-footprints-a-good-idea-gone-bad/



bob 05/10/2011 06:20



Dans la même veine voici une entrevue datant de 2000 de Borlaug (le père de la révolution verte): http://reason.com/archives/2000/04/01/billions-served-norman-borlaug/4 (j'ai complêtement oublié comment j'ai
trouvé cet article, surement dans un vieux billet de ce blog). La dernière partie est extrêmement critique envers Ehrlich qui semble avoir abondamment critiqué les projets de son compatriote
agronome.


«Reason: What do you think of Paul Ehrlich's
work?


Borlaug: Ehrlich has made a great career as a
predictor of doom. When we were moving the new wheat technology to India and Pakistan, he was one of the worst critics we had. He said, "This person, Borlaug, doesn't have any idea of the magnitude
of the problems in food production." He said, "You aren't going to make any major impact on producing the food that's needed." Despite his criticisms, we succeeded, of course.»



cdc 10/10/2011 15:44



Excellent commentaire ! Merci !



Sceptique 25/03/2010 19:05


L'exercice de langue anglaise est fructueux (je l'ai relu deux fois pour être sûr d'avoir bien compris). La liberté de penser, jusqu'à changer radicalement d'avis à partir d'une interprétation
nouvelle de la réalité, est admirable. Je suis cependant réservé à propos du cataclysme annoncé. Mais une peur qui rend intelligent, ça va. Quoi qu'il arrive vraiment, ce qui aura été fait dans
cette direction sera acquis.


gattaca 25/03/2010 12:15


A propos de Steward Brand :

Green Godfather Delivers Shocking and Heretical Message for the
Futur

- Susie Weldon, Bristol 24-7 (UK), Jan 20, 2010 http://www.bristol247.com/ 

One of the "godfathers of environmentalism" was in Bristol on Monday with a message that most greens will find both shocking and heretical. Stewart Brand told a 400-strong audience at St George's,
Bristol:
* There was "no hope" of mitigating against climate change;
* Nuclear power was the only way we could provide enough clean energy for the world;
* Cities were greener than the countryside;
* Genetically modified crops were necessary to feed the world's growing population.
Brand is widely regarded as one of the great visionaries of the environmental movement. Now aged over 70, the American was invited to Bristol as part of the city's Festival of Ideas. He outlined
the thesis of his latest book, Whole Earth Discipline, in a fascinating and disturbing discussion with the musician and cultural critic Brian Eno at St George's.
Brand was himself once opposed to nuclear energy and the use of GM. But he says the climate threat is so enormous that we have no choice but to embrace these technologies if we are to avoid a
cataclysmic deterioration of the earth's resources.  
On GM, Brand said he was persuaded it was "absolutely the way to go. GM food crops have been the most successful breakthrough in agriculture, maybe ever, and are being adopted everywhere except
Europe".
GM was the only way we could achieve serious gains in yields to feed the world's growing population, he said, but also brought other benefits such as peanuts which did not create allergies, rice
which contained cholera vaccine and carrots with as much calcium as dairy products.
Brand's message may have been heretical to many members of the Bristol audience, who were clearly a well-informed and concerned bunch. But it was impossible not to be horrified by his devastating
analysis of the crisis facing us.



--


Whole Earth Discipline by Stewart Brand, £19.99, is published by Atlantic Books. 


cdc 26/09/2012 11:33



Je m'aperçois très tardivement que j'ai oublié de vous remercier pour votre référence