Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 23:12

Ce n'est pas seulement d'un concert qu'il s'agit, c'est d'un spectacle. D'abord, la plupart des instrumentistes et des chanteurs sont beaux. Bien vêtus. Jordi Savall porte sa barbe avec fierté, son long châle rouge avec une superbe crânerie. Évidemment Montserrat Figueras apporte sa voix exceptionnelle, reconnaissable dès la première note, ses aiguës parfaites même dans les forte, et résonante dans le mezzo. Les instruments sont beaux. Le parti-pris de chants-à-danser est saisissant. La mise en scène (ce soir à l'église des Minimes, dans le beau quartier du Sablon à Bruxelles) est parfaite, alternant entre l'autel et l'orgue. Les longues plaintes des Chants de la Sybille étaient introduits par des interludes (dont la célebrissime Estampie Royale, et une remise en scène avec fifes and drum, offert par un percussioniste beau comme un dieu) et pimentées par cet autre superbe Ad mortem festinamus.

Le public bruxellois a la réputation d'être froid. Ce n'était pas le cas ce soir, et le bis offert par Hespérion XXI l'a prouvé, une inoxydable reprise de Cuncti simus où l'assistance reprenait en choeur "A-a-ve Mari-i-i-ia" sans état d'âme par rapport à ce que ma mère appelait ces sornettes.

Oui, sans doute. Mais en sortant de ce concert, on se sentait meilleur, plus beau, plus grand. On avait touché le concept de beau, platonicien. On savait que derrière la beauté, il y avait le beau.

Et puis, on l'oubliera...

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans musique
commenter cet article

commentaires

Sceptique 25/02/2010 09:09


Je partage complètement votre admiration pour Jordi Savall.