Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 13:42

Une pseudo-science qui ne dit pas son nom, telle est la diététique. Point de vue peut-être un peu excessif, mais seulement un peu, car ceux d'entre nous qui alignent quelques décennies au compteur se souviennent avec émotion (ou fureur, c'est selon) de toutes les modes diététiques passées (et même passées à la moulinette par les suivantes). Tout cela avec la caution des noms les plus illustres de la médecine, le dernier épisode Servan-Schreiber sur les Ω3 étant le plus drôle... ou le plus scandaleux, ledit S-S ayant semble-t-il une curieuse conception de l'éthique.

 

Je n'évoquerai les célèbres "cinq portions de fruits/légumes par jour" que pour le plaisir de cribler d'une flèche supplémentaire cette ridicule boursouflure d'inanité sonore. Je passerai également sur le "bon cholestérol" puisque j'en ai déjà traité, pour en arriver à une vache sacrée encore plus sacrée, j'ai nommé les lipides saturés ! Voilà tout de même plusieurs décennies qu'on nous serine que ce sont les plus terribles tueurs de tous, c'est une vérité descendue du ciel et qui rayonne dans tous les manuels de diététique conventionnelle.

 

Ben voilà, il semble que ce soit une erreur de plus. Un article récent du très sérieux American Journal of Clinical Nutrition affirme qu'une méta-analyse très poussée de diverses études précédentes ne montre aucun lien entre la consommation de graisses saturées et le risque de maladie cardiovasculaire. Et cela pour la bonne et simple raison que le taux de cholestérol sanguin total n'est pas un bon prédicteur de risque - c'est peut-être pour ça qu'il y a vingt ans on conseillait de ne pas manger plus d'un oeuf par semaine et que maintenant on préconise d'en manger un par jour...

 

Bref, on pointe un nouveau coupable du doigt : les glucides, aussi appelés hydrates de carbone, les sucres, quoi, rapides (sucre...) ou lents (pain, disgusting American cereals(*), true cereals, pasta, cookies, etc). Il paraît que la science est bonne, mais vous pensez que ça ne va pas faire plaisir à tout le monde...

 

Moi, je m'en fiche, je ne mange que de la barbaque rouge quasi-crue, les légumes et féculents, je déteste, donc... C'est pas le régime méditerranéen, c'est le régime Inuit.

 

(*) c'est le point de vue de George Orwell, pas le mien

 

(Via Scientific American)

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans sciences
commenter cet article

commentaires

Sceptique 07/05/2010 16:54



La diététique peut ne pas être une pseudo-science, à moins de classer la thermo-dynamique, ou la comptabilité, dans cette catégorie. 


Je m'explique. Ce qui est scientifique, c'est le rapport habituel entre la quantité de calories ingérées, et la prise de poids. Puis, le rapport (statistique) entre le surpoids et la mortalité
cardio-vasculaire. Cette rigueur toute physique se heurte à une dimension non rationnelle, le principe de plaisir. Les humains bien enveloppés, le plus souvent, aiment manger, trouvent du plaisir
à cette satisfaction d'un besoin. Comble de malheur, ce sont les aliments les plus goûteux qui sont les plus riches, ce sont les corps gras qui véhiculent les arômes et les saveurs. 


La plupart des humains de sexe masculin se fichent complètement de leur tour de taille. C'est le pépin de santé autour de la cinquantaine qui les amène au médecin sadique qui les met au
régime. 


Le sexe féminin vit par contre un drame cornélien car tout son charme réside dans la conformité aux canons de beauté, et ceux-ci ne font pas bon ménage avec une gourmandise légitimée par la
parité. C'est donc ce sexe qui impose à la diététique d'avoir à trouver la formule conciliant une dose minimale de plaisir, et un effet sur la ligne. Le problème est suffisamment ardu pour que la
rage rentrée inspire le sadisme évident des diététiciens. 


L'inefficacité de ces régimes tient beaucoup plus à leur mauvaise compliance qu'à leurs principes de base. À propos des régimes prévenant les maladies cardio-vasculaires, il est vrai que leur
vérité est très changeante, d'un étude à l'autre. Mais on demande à la médecine qu'elle réponde aux questions qui lui sont posées. Les Docteurs Knock sont plus appréciés que les Docteurs
Parpalaid.