Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 09:47

Mon cousin écolo à la voiture électrique vient de découvrir les lacaniens de Bruxelles, et il en est tout frétillant. De retour d'un de leurs séminaires, il nous racontait l'autre jour une histoire que vous connaissez peut-être - et peut-être pas, donc, je vous la rapporte :

 

On sait que Salvador Dali était obsédé par plusieurs oeuvres et par plusieurs personnes, et parmi elles Jean-François Millet et son Angélus, dont il avait peint je ne sais plus combien de dizaines de variations. Dali était cependant persuadé que ce n'était nullement une prière du soir en souvenir des défunts mais bien l'enterrement d'un enfant que figurait le tableau. A son insistance, une radiographie du tableau avait effectivement révélé sous la peinture actuelle le corps d'un enfant gisant sur le sol ; Millet avait en fait, d'après ce qu'en avait deviné un grand pontife, figuré là le corps d'un de ses frères dont il souhaitait la mort ou qui avait souhaité la sienne, ou un frère mort-né, ou quelque chose comme ça, je ne me rappelle plus, mais quoi qu'il en soit il était question de frère et de mort, et d'ailleurs c'était même peut-être autre chose, car, comme le concluait triomphalement mon cousin écolo (et lacanien frais émoulu - et là je ne veux pas être lacanien et conclure "frais et moulu") : "c'est l'Angélus de Millet, demi-lait !".

 

Bien. Outre que je n'ai jamais lu ni entendu l'expression demi-lait pour parler d'un frère (de lait ou pas) et que de toutes façons ce genre de calembour réputé signifiant dans certains cercles me laisse de glace, je suis tout de même assez méfiant devant ce genre de miracle. Comme tout le monde j'ai une certaine connaissance du personnage de Dali et on ne peut pas dire que la soif de vérité désintéressée le caractérise vraiment. Peu importe, il suffit de Googler et voilà que la fameuse affaire de la radiographie apparaît un peu partout. Pas sur le site du musée d'Orsay, cependant, ce qui est un peu étonnant. Wikipedia FR parle d'un petit cercueil, là où Wikipedia EN est plus dubitatif : "However, it is unclear whether Millet changed his mind on the meaning of the painting, or even if the shape actually is a coffin". Comme seules références, on trouve "Néret 2000", une émission de la BBC et une interview de Jean-Jacques Pauvert. Chaque fois, on assure que le Louvre a effectué la radio et qu'on a découvert un cercueil etc.

 

C'est maigre. Très maigre pour une nouvelle aussi sensationnelle, car enfin, il semble que l'Angélus soit quasiment au top de la célébrité, battu seulement par la Joconde ! Déjà, obtenir de faire passer un tel tableau aux rayons X pour une vague idée d'un génie de la provocation est un exploit, mais que cette radiographie confirme une hypothèse aussi fantasque frise l'impossible. Comme je faisais part de mes doutes à un proche, il me répondit que je n'avais pas de preuves à avancer, ce qui me sembla un comble ! Extraordinary claims need extraordinary evidence, mais apparemment, ça ne vaut pas pour les dîners en ville où une anecdote fausse mais bien tournée vaut mieux qu'une vérité un peu trop pédestre.

 

Cela étant, il est vrai que, en bon sceptique, je suis prêt à être convaincu, mais pas par des on-dits. Si l'un de mes lecteurs possède des renseignements plus probants, je lui serais très reconnaissant de me les communiquer. En attendant, je reste sceptique.

P.S.: Je cite le regretté Daniel Arasse "...mais je voudrais surtout évoquer la radiographie. Il faut savoir que celle-ci n'est faite que s'il y a une raison valable de la faire, par exemple une restauration" (Histoires de peinture, "Alberti disparu, le temps retrouvé" ). Venant d'un expert comme lui, je pense que cela plante le dernier clou dans le cercueil de cette histoire abradacabrante..

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mariam 22/01/2012 05:05


Important et suite de rercherches: Il semblerait que le livre de Dali soit la source effective de tout cela, et qu'il mentionne lui-même la radiographie et l'interprétation qu'il donne d'une
tache noir dans laquelle il voit un cercueil, dans le prologue de son livre paranoiaque sur l'angélus. Est-ce dans la suite de son livre, une hypothèse paranoiaque, ou y croyait-il vraiment?


A lire par exemple ici/ http://etudesphotographiques.revues.org/index951.html. A moins que vous possédiez le livre...


Il n'empêche que si Dali est à la source, je pense bien que c'est la superbe BD "l'angélus" qui a popularisé son idée en y enlevant le côté sexuel... et l'a fait considérer comme vérité.

cdc 22/01/2012 17:55



Merci de ces intéressantes considérations qui auraient plutôt tendance à me conforter dans mon hypothèse d'une pure invention... Quant à savoir ce que SD croyait "vraiment", je pense qu'il vaut
mieux ne pas même y penser. Un point de vue intéressant sur le personnage est donné par Luis Buñuel dans son "Dernier soupir", que je vous recommande.


Et merci pour la BD !



Mariam 22/01/2012 04:50


Bonjour


je faisais une recheche sur l'angélus à la suite d'une superbe BD portant ce nom, de la série Secret, et me demandant si la partie historique était vraie ou bien était une fiction historique.


Devant le maigre résultat de ma recherche, je pense pour une fiction historique très bien pensée... et je vous fournis du coup la source et la base des maigres données trouvées sur internet au
sujet d'un cercueil: un scénario de BD.


Me souvenant du nombre incroyable de gens qui se sont mis à croire dur comme fer et à considérer comme vérité historique les élucubrations romanesques du DaVinci Code après la lecture, ce n'est
pas si étonnant. Le sens critique de mes contemporain me laisse dubitative.


 


Ceci dit, si une source sérieuse venait confirmer tout ça -je parle de l'Angélus, bien sûr- je m'inclinerais bien sûr bien bas d'humbre repentir.


PS. Je vous conseille la BD.

adele 04/10/2011 22:30



Je suis etudiante en Histoire de l'art et je prépare un mémoire concernant Dali et l'Angélus de Millet. Cette anecdote m'a également interpellée :  Je recherche des preuves concernant
l'existance de cette radiographie miraculeuse ! En effet seuls les on-dit circulent sur internet, changeant tout le temps de version, mais aucune source sérieuse n'est avancée; de plus il
semblerai que cette affaire eu été très médiatisée, mais alors où sont les archives ??


Pourquoi le Louvre est il si peu bavard à propos de cette "découverte"? elle pourrait au moins être mentionnée sur son site...


Si quelqu'un connait un peu plus de détails concernat ce sujet ou bien souhaite juste approfondir la question, je suis très interessée, cela pourrait m'aider dans mes recherches...


 



cdc 10/10/2011 15:43



Je serais intéressé de connaître vos résultats, mais en ce qui me concerne, je reste très sceptique...



Sceptique 22/12/2010 11:59



La citation que j'ai retenue est dans ma mémoire depuis mon enfance. Comment s'est elle formée? Probablement par "télescopage" des deux passages que vous citez. Ce qui caractérise la récupération
par le catholicisme de l'ancien testament, ce sont les libertés avec le texte, l'essentiel étant d'en faire sortir l'esprit, la leçon morale. La conviction de Dali est peut-être une
sur-interprétation, pas surprenante, en fait. Au contraire du judaïsme, pour lequel le texte est sacré et intouchable, mais son interprétation totalement libre, le christianisme a réservé au
clergé l'interprétation des écritures. La réforme protestante est revenue sur cette position. 



Sceptique 22/12/2010 05:21



Ce qui serait exact, dans la biographie de Dali, c'est qu'il a reçu le prénom d'un frère, mort avant sa naissance. Ce statut de remplaçant, quand il est connu, parce qu'il est présenté ainsi, est
effectivement perturbant. La conviction de Dali sur l'intention de Millet est un plaquage de son obsession sur celle, supposée, de Millet, répétant un grand nombre de fois son tableau.


La théorie psychanalytique a inclus la conviction judaïque du "transgénérationnel"(les pères ont bu du verjus et les fils ont grincé des dents jusqu'à la septième génération).


Sans aller jusqu'à ce nombre très symbolique dans la religion juive, il faut bien admettre qu'entre une génération et la suivante, il passe des contenus de pensée.



cdc 22/12/2010 11:31



Non seulement on lui a donné son prénom mais on l'a convaincu qu'il était la réincarnation de son frère ! (du moins à l'en croire).


Sans vouloir être pédant, votre citation est double : "les pères ont bu le verjus et les dents des enfants sont agacées" (Jérémie) et "je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur
les enfants jusqu'à la troisième et à la quatrième génération" (Exode, Deutéronome).