Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 17:14

Je veux dire que le post était inévitable, pas la catastrophe. Apparemment - mais on raconte un peu tout et n'importe quoi - le commandant aurait voulu faire un passage devant l'île par hommage envers un membre de son équipage. Possible, mais attendons avant de prendre des poses comme celles d'un lecteur du Monde qui proclame que "Schettino" a de bonnes chances de devenir un substantif à l’avenir, consacré par l’usage pour désigner un chef lâche et qui ne pense qu’à se sauver lui-même. Paf !

 

Cela étant, l'essentiel des commentaires que j'ai entendus portait sur le "gigantisme" du bateau. C'était à qui s'indignerait le plus de la "course aux profits", de la "course au mastodonte", etc. Pourtant, la taille du Costa Concordia (outre qu'elle n'est nullement monstrueuse, ce vaisseau étant classé en vingt-sixième place de sa catégorie) a-t-elle quoi que ce soit à voir avec la cause du naufrage ? Chaque fois que je vais à Venise, je contemple avec effroi ces énormes paquebots évoluant dans l'étroit canal de la Giudecca, mais chaque fois ils s'en tirent plutôt bien. Un paquebot deux fois plus petit heurtant les mêmes récifs s'en serait-il sorti ? J'en doute. Un commentateur se scandalise qu'il y avait même un simulateur de Formule 1 à bord ; je ne suis pas cerrtain que cela ait contribué au désastre, pas plus qu'une piscine ou un cinéma de trop. Cinq mille personnes, c'est beaucoup, évidemment, mais enfin, comparer cet échouage à la catastrophe du Titanic est ridicule. Un mort est certainement un mort de trop, et ici on en a semble-t-il une trentaine - trop, bien trop une fois encore. Mais ce que les bonnes âmes détestent, c'est à la fois le kitsch de ces croisières et un reste de haine anti-Paquebot Normandie ou Titanic, avec ses premières classes ultra-luxueuses où "les riches" se pavanaient en smoking chaque soir (par parenthèse, le France avait un seul point de passage entre toutes les classes : la chapelle). Ces énormes paquebots sentent le petit-bourgeois consumériste et grégaire : la société de consommation, bien sûr, une fois de plus... Et la Mer se venge, comme la Terre punit l'hubris des Hommes !

 

Oui, enfin jusqu'à cette catastrophe, il n'y a eu que 20 morts en croisières ces vingt dernières années, toutes raisons confondues. Et on a compté plus de 15 millions de voyageurs de croisière en 2010.

 

Mais c'est tellement amusant de s'indigner...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans sociologie
commenter cet article

commentaires

bob 20/01/2012 21:58


«un reste de haine anti-Paquebot Normandie ou Titanic,
avec ses premières classes ultra-luxueuses»

J'y vois plutôt un relent de lutte des classes. Fait étrange, ceux qui critiquent la réintroduction des classes dans les trains sont aussi les mêmes qui n'hésitent pas à rouler en BMW.
Imaginent-ils une seconde un monde où il n'y aurait qu'un seul type de voiture bas de gamme ?

cdc 21/01/2012 00:58



Oui, oui, relent de lutte des classes. Le vieux Marx et le vieux Freud ont dit des choses très pertinentes, même s'ils ne se seraient sans doute pas entendus entre eux ; question de point de vue,
dans le sens littéral du terme : voir les choses sous des angles différents, mais pouvant être complémentaires.



Sceptique 20/01/2012 19:00


Il est exact que 30 morts (11 récupérés, et 20 disparus), ce n'est pas énorme pour 5000 occupants du bateau, évacués après une période d'hésitation. Mais il ne me parait pas discutable qu'il y a
eu une faute grave à dévier le bateau de son itinéraire normal pour flatter un homme du bord natif de l'ile Giglio. En raison même de la sophistication de l'assistance à la navigation, aérienne
ou maritime, les accidents sont plus souvent dus à l'erreur humaine.


Il est possible que la manoeuvre finale ait limité les pertes humaines. Quant au gigantisme, ce n'est évidemment pas un facteur de risque, mais la responsabilité est proportionnelle au nombre de
personnes transportées.

cdc 21/01/2012 01:23



Attendons tout de même les résultats de l'enquête même s'il semble que le Commandant ait fait un inchino à Giglio. Mais il est vrai que la grande majorité des accidents de
navigation maritime ou aérienne sont dus à des erreurs humaines, comme le glaçant acronyme CFIT : Controlled Flight Into Terrain...On a beaucoup glosé sur ce Commandant dont on a reconnu
l'expertise mais aussi dénoncé la "dureté". Comme si les capitaines de tout temps avaient été des G.O. ! Même sur un paquebot, la vie en mer est dure, et Jacques Perret, dans son "Rôle de
plaisance", rappelle la dureté des grands capitaines qui devaient parfois esquiver la chute délibérée d'un épissoir ou d'une poulie... Sans parler des "chats à neuf queues" et de "Billy Budd"...
Ah, bien sûr, la discipline n'est heureusement plus la même, mais le Commandant, n'oublions pas, reste le "seul maître à bord". Et, prenant le relais du défaillant, la Capitainerie lui enjoint
semble-t-il de revenir à bord, CAZZO !!!