Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 15:38

Pour faire de la recherche, il faut des sous. Beaucoup de sous, et ce n'est pas facile à ramasser : la crise, mon bon Monsieur, la crise... déjà qu'en temps normal les cordons de la bourse ne se délient pas facilement, mais quand on est en quasi-banqueroute, tintin !

 

Il y a pourtant un sujet que tout jeune chercheur devrait exploiter : les effets délétères du CO2 sur... n'importe quoi. Là, il est assuré de recevoir la manne. Tenez, il y a dans le e-Monde de ce jour (rubrique "Planète") un article illustrant magnifiquement le sujet : "Le CO2 majore les lésions cellulaires". Après un titre aussi fracassant, on n'a plus qu'à éteindre son PC (ou son Mac) et aller se coucher en attendant la mort qui ne tardera pas. Lisons tout de même la suite. "Ce qui est vrai pour une bactérie le sera-t-il pour l'espèce humaine ? Actuellement, rien ne permet de le savoir". Ah bon. C'est tout de même plus qu'un bémol. "Les projections tenant compte de l'effet de serre et du changement climatique laissent penser que cette concentration [en CO2] pourrait grimper à 1 000 ppm (0,1 %) en 2100". C'est quoi, ce charabia ? Visiblement, l'auteur de l'article ne comprend rien à la question, mais passons. "Le gaz carbonique n'aurait donc aucun caractère délétère à lui seul. Mais il renforcerait les effets négatifs du stress oxydant, dans ce modèle bactérien". Nouveau bémol. "Elle [la lésion] est forte lorsque l'on passe de 40 ppm à 300 ppm ; elle n'est pas aussi marquée entre 300 ppm et 1 000 ppm, mais reste statistiquement significative". Statistiquement significative... ça peut se traduire par : quand on étudie bien, mais vraiment bien les courbes, on s'aperçoit qu'elles ne sont pas plates... Rappelons que le taux de CO2 atmosphérique est actuellement d'environ 380 ppm. Une chercheuse dans un domaine connexe rappelle tout de même "qu'il faut être extrêmement prudent dans l'interprétation et, surtout, dans l'extrapolation de ces résultats à d'éventuels effets chez l'homme", précisant que "les bactéries ont été exposées à des quantités importantes de peroxyde d'hydrogène, ce qui n'est pas totalement équivalent au stress oxydant tel qu'il se produit dans des conditions naturelles".

 

Bref, on peut se poser des questions sur la pertinence de cette étude qui est explicitement posée dans la problématique du changement climatique, mais elle a le très grand mérite d'ajouter à la hantise ambiante. D'ailleurs, très naïvement, le chercheur vend la mèche à la fin de l'article : "Jusqu'ici nous n'avions pas obtenu de financements du CNRS ou de l'Agence nationale de la recherche", regrette-t-il. Le chercheur espère, grâce à ces premiers travaux, "une évolution positive sur ce point".

 

T'en fais pas, bonhomme, ça va venir !

 

P.S. sur les mérites du CO2, voyez ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Rohmer 26/08/2013 17:41

Edifiant.
Sur le même thème:

http://plexus-logos-calx.blogspot.fr/2013/08/a0411-conseils-un-jeune-chercheur.html

Eric 25/02/2011 20:24



Bonjour,


J'ai lu une étude il y a quelques jours ou les conclusions contredisaient le corps de l'article pour aller dans le sens du RCA.


Ça devient n'importe quoi.


 



cdc 25/02/2011 20:47



??? Pouvez-vous me fournir des références ? Merci d'avance !



foglino 25/02/2011 18:15



Si la recherche fondamentale était un peu soutenue par notre société dite évoluée, les chercheurs ne seraient pas obligés de "naïvement" avouer qu'ils espèrent obtenir des financements pour
pouvoir travailler. Quand un individu lambda croit comprendre mieux un article scientifique que les spécialistes mondiaux qui ont accepté la publication de celui ci dans un journal prestigieux
et, qui plus est, se permet des commentaires dévalorisants, que peuvent penser nos jeunes de la recherche en France? Plus personne ne doit s'étonner de la défection des filières scientifiques.
Que faire pour combattre la bêtise?



cdc 25/02/2011 19:22



Autant je suis d'accord avec vous que la recherche fondamentale n'est pas assez soutenue (encore que vous trouverez facilement des contradicteurs, j'en ai donné un exemple avec le LHC), autant
vous n'avez pas pris la peine de consulter l'article, paru dans EMBO reports, qui n'est à ma connaissance pas peer-reviewed, qui n'est pas prestigieux, et de toute façon vous ne semblez
pas avoir une compréhension du mécanisme de peer-review. Si vous vous imaginez que ce sont des "spécialistes mondiaux" qui ont examiné cet article avant qu'il paraisse, je crains que vous vous
trompiez. J'ai d'ailleurs cité les réserves d'une collègue, mais surtout émis des doutes sur la "significance" de l'étude. Et rassurez-vous, j'ai toutes les qualifications et
compétences pour suivre et comprendre ledit article - et quand bien même je ne le serais pas : seriez-vous un avocat de la censure ? In this day and age, je ne pense pas que ce
soit une attitude tenable...



Sceptique 25/02/2011 18:13



Stephen J. Gould prédisait que les bactéries survivraient à une grande extinction de la vie sur terre.