Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 22:41

Moi non plus. Personne d'autre, d'ailleurs, sauf un certain Joseph Roy, qui découvre ce terrible vecteur de la maladie lors de l'épidémie de grippe espagnole en 1917. Un drôle de petit microbe qui oscille (d'où son nom) et se transforme tantôt en double, en triple, en quadruple microbe, puis se rétrécit jusqu'à devenir un tout petit virus. Ah, c'est avéré (par Roy) ! Non seulement dans la grippe, mais dans les "états grippaux", et aussi dans toutes les cellules des maladies vénériennes, et bien d'autres : "chancres syphilitiques, le pus des blennorhagiques, les poumons des tuberculeux, chez les malades souffrant d’eczéma, d’herpès, de rhumatismes chroniques, ou encore chez les sujets atteints d’infections aiguës : oreillons, varicelle, rougeole". N'en jetez plus !

Et comme j'en parlais l'autre jour, mon beau-frère par alliance lors de notre rencontre familiale de Noël nous disait que le matin-même, il avait été saisi d'une grippe effroyable (voilà bien les hommes malades...) mais que son fils lui avait parlé d'un médicament miracle élaboré par les Laboratoires Boiron, j'ai nommé l'Oscillococcinium !!!

Même si personne d'autre que Joseph Roy n'ait jamais découvert cet Oscillocoque ou vu à quoi il ressemblait, les Laboratoires Boiron continuent à mettre sur le marché avec beaucoup de succès un "médicament" homéopathique basé sur cette pure foutaise :

- égorgez un canard (pourquoi un canard ?) et prélevez-lui 35 grammes de foie et 15 grammes de coeur, laissez pourrir pendant plusieurs semaines, filtrez puis procédez à la 200e dilution korsakovienne (pas tout à fait Hahnemanienne, mais les homéopathes l'admettent), qui consiste à vider le flacon, puis le remplir à nouveau le nombre de fois qu'il faudra... Pas besoin de "succussions", cette technique de pointe qui consiste à frapper le flacon sur le cul après chaque dilution !

Et voilà... Vous avez Oscillococcinium, et vous le vendez assez cher, tout de même. Très cher, même, quand on pense au prix de chaque molécule de... quoi, précisément ? Mais Boiron va très bien, merci. (Conseil d'un trader : acheter !!!).

Cela dit, et je jure que c'est vrai, le lendemain matin mon beau-frère par alliance était cloué au lit, et en bon mâle un petit peu malade se plaignait d'être aux portes de la mort...

 

Merci à l'AFIS

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bob 25/02/2012 00:48


Juste un lien qui appuie votre billet: homéopathie et hockey ne font pas bon ménage !


http://www2.lactualite.com/valerie-borde/2012-02-24/le-canadiens-de-montreal-et-lhomeopathie-un-duo-perdant/

cdc 27/02/2012 07:00


Assez amusant...


Sceptique 13/01/2012 15:07


Je suis d'accord avec vous. Ce qui se dit dans une cure n'est pas forcément déterminant. Le mouvement affectif (le transfert) et la circulation de parole libèrent peu à peu l'activité de penser.
Au cours de ma propre analyse, j'ai dit"il me vient une pensée hérétique: la psychanalyse rend intelligent comme la gymnastique rend souple et fort." "Pourquoi hérétique?" a grommelé "mon"
analyste. Ce qui ne convient pas à l'homme mal dans sa peau, c'est de rester seul avec son malaise.

cdc 21/01/2012 01:24



En l'occurrence, je suis entièrement d'accord avec vous !



Bob 27/12/2011 20:31


Que pensez vous de l'arnica homoéopathique ? 
Des connaissances soutiennent qu'il est plus efficace qu'un placebo contre les «bleus» et qu'il leur a été prescrit (avec un résultat efficace) par plusieurs spécialistes ou chirurugiens dont les
interventions pouvaient lasser ces symptomes. Ces amis ne «croyent» pas en l'homéopathie en général et sont prët à faire une exception pour l'arnica. 

cdc 08/01/2012 23:05



Ben, je n'en pense pas grand'chose... Mais je suis certain que l'effet placebo est très fort !



Sceptique 27/12/2011 05:48


Je ne m'étais jamais posé la question de l'origine du nom du produit antigrippal des laboratoires Boiron. Il est donc l'application d'un délire d'invention, comme il y en avait encore beaucoup à
cette époque archaïque de la pharmacie. Je ne suis jamais fait la moindre illusion quant à l'homéopathie, mais l'effet placebo est, en médecine, une réalité qui comprend un relais cérébral,
pourvoyeur d'endorphines. Cette réalité explique les résultats, dans les pathologies bénignes, ou psycho-fonctionnelles, dont la finalité "économique" est de masquer un problème existentiel
quelconque, de cet effet placebo. 


L'existence des "médecines douces" permet à leurs adeptes, médecins à "exercice particulier" et à leurs patients, de se soigner sans effets "iatrogènes". Le problème de société se limite à
l'éthique des médecins pratiquants. Sont-ils vigilants quant aux indications de leur traitement, et sont-ils prompts à re-diriger les malades suspects de pathologies sérieuses vers la médecine
"dure"?


Quand j'étais généraliste, et confonté quotidiennement à une certaine proportion d'hystériques et d'hypocondriaques, j'ai piqué quelques "recettes" de mes amis homéopathes et les ai prescrites,
sans y croire, en désespoir de cause. Avec succès! L'essentiel étant que le patient y croie! Le renvoyer à l'instar du Dr Parpalaid ne fait qu'appauvrir le médecin.


Par contre, une psychothérapie d'inspiration psychanalytique, autre "phobie" de l'AFIS, d'Onfray et de quelques autres, peut changer la vie de ces patients et patientes, "piliers" de cabinets
médicaux.

cdc 12/01/2012 21:51



Tout à fait d'accord, et pas seulement sur l'effet placebo. Pour ce qui est de l'AFIS, je me sens bien avec eux, mais je reste indépendant. Autant j'apprécie les avis de van Rillaer, doucement
sceptique, autant Onfray me hérisse, et pas seulement en ce qui concerne Freud, que j'estime être un poète. "La cabale des dévôts" de J.F. Revel reste, à mon avis, une bonne somme du Freud des
origines, mais pas hélas du moment où il s'est ossifié et a commencé sa théorisation assez dramatique. "Analyse interminée, analyse interminable" me semble un moment indépassable du scepticisme
d'un très grand homme.