Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 20:21

On fait beaucoup de cas actuellement des dérives possibles des régimes à venir en Tunisie et en Libye, parlant avec une méfiance (justifiable sinon justifiée) des références à la source de droit islamique, la charia (le chemin).

 

Je ne suis pas arabisant ni islamologue, et donc mon point de vue est celui d'un amateur éclairé ayant passé quelques années dans la coopération en Algérie, cherchant passionnément à comprendre une civilisation qui, en son temps (disons, jusqu'à la fin officielle de l'idjtihâd - cela est très discuté) était bien plus ouverte que la nôtre, romano-chrétienne pour résumer.

 

Le monde musulman comprit très vite dès la mort de Mohammed que les préceptes du Coran étaient extrêmement lacunaires. Il y avait certes des injonctions fortes, mais soumises à révisions selon les sourates postérieures. Il fallait donc compléter, amender, ajouter, voire corriger. Ce fut donc, avec l'arrivée d'autres sources que les Arabes, et notamment celle des Persans, des Syriens et des Irakiens (et d'autres encore), le principe des hadîth-s : "Untel, fils de Untel, rapporte que Untel a entendu le Prohète dire que... [c'est ce qu'on appelle traditionnellement "la chaîne des garants", l'isnâd]", etc. Bien sûr, tout cela allait dans tous les sens et ça faisait un peu désordre, mais c'était la base de la sunna. Il fallait plus, et mieux. On inventa alors le rây (en gros, "bon sens" - Goldziher le traduit par opinio prudentium en accord avec le corrigere jus propter utilitatem publicam [rectifier le droit en vue de l'utilité publique] du droit romain) et le qiâs (analogie) pour avancer. Après de nombreuses discussions et étripages il en résulta les quatre écoles (dites bizarrement rites) classiques du sunnisme (le chiisme ou le soufisme, c'est encore autre chose, et je m'y connais encore bien moins) : hanafite, chaféite, malékite et hanbalite, qui diffèrent selon les régions, mais qui sont toutes admissibles sans aucun problème. Certaines sont plus strictement coraniques, d'autres sont plus libérales, mais on peut passer d'une interprétation à l'autre sans tomber dans l'anathème ou la kaffiriya (le paganisme).

 

Ces quatre écoles sont-elles le summum de l'Islam (comme Mohammed est le sceau [le dernier] des prophètes) ? Certes non. Malgré toutes les résistances, et malgré le fait que l'Islam mêle intimement le Politique et le Religieux, il y a encore de nouvelles lectures, mais toujours sous l'égide coranique. Ainsi, certains docteurs de la Loi (très minoritaires, je l'admets...) estiment que la polygynie n'est acceptable que si chaque femme reçoit un traitement strictement identique (majeure) ; or, un tel traitement est impossible (mineure) ; ergo la polygynie est interdite. Je ne sais trop si c'est un BARBARA, un CELARENT, un DARII ou un BARALIPTON (*) ou quelque autre syllogisme, mais ça me plaît assez...

 

Pour en savoir plus (car tout ça est bien plus compliqué que ci-dessus) : évidemment le merveilleux et indispensable Maxime Rodinson (ici, son Mahomet, mais il en a écrit tant d'autres ! et passionnants !), le très exigeant Laoust sur les schismes dans l'Islam, et aussi le "roboratif" (je déteste ce terme galvaudé, mais juste en l'occurrence) Les Assassins de Bernard Lewis.

 

(*) Asserit A, negat E, etc... On n'apprend plus ça à nos rejetons, et c'est dommage.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sceptique 26/10/2011 10:52



Merci pour cette précision qui confirme ma propre lecture....en diagonale.



Sceptique 26/10/2011 06:16



Je n'ai pas manqué d'aller faire connaissance avec Benjamin Constant grâce à Wikipedia. C'est un personnage très intéressant, un homme de coeur (d'artichaut) autant que de tête. En quoi
voyez-vous que son influence a fait la faiblesse de nos démocraties? J'ai l'impression, en lisant les descriptions de sa pensée, qu'il préférait que la démocratie se choisisse des institutions
lui évitant de virer à la tyrannie. Je pense que notre Vème République a réussi cet équilibre entre l'efficacité et le respect des libertés et de la souveraineté du peuple. 



cdc 26/10/2011 10:39



Je me suis mal exprimé... Quand j'ai dit "à la sauce", je voulais simplement indiquer que BC est en gros le premier théoricien de la démocratie moderne, celui qui a compris qu'il y avait un
gouffre entre les "démocraties" antiques (Sparte avait la cote, plus qu'Athènes) et ce qui allait devenir la démocratie moderne. En fait, je voulais lui rendre hommage, et c'est raté ! Il y
aurait beaucoup de choses à dire sur la démocratie et sur l'histoire de ce concept.



Sceptique 25/10/2011 12:19



Je suis tout à fait d'accord avec votre accueil, serein et modéré, des choix, libyen, et, éventuellement, tunisien. La persécution des islamistes par Ben Ali et Khadafi est pour beaucoup dans le
prestige de la religion. J'ai également, de mon côté, fait une analyse de cette "contrariété", en reprenant mon argument habituel, notre capacité de résistance, plus que "présumée", à une
attitude prosélite de l'islam que nous hébergeons, ou que nous soutenons politiquement.



cdc 26/10/2011 00:41



Evidemment, si notre démocratie à la sauce Benjamin Constant est si fragile, il faudra bien se poser des questions...