Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 08:12

...là, justement, on a eu droit à une merveilleuse pantalonnade avec l'affaire de la Commission parlementaire qui devait enquêter sur d'éventuels liens incestueux entre le législatif et la magistrature. Ce n'est pas que j'en veuille le moins du monde à Mme Lalieux, mais il faut dire qu'elle faisait beaucoup de bruit, et lors d'un Face à l'info d'il y a quelques jours, elle était encore plus fringante que les (assez lourdingues) Commissaires qui l'entouraient.

Je récapitule à gros traits :

- la Commission mandate quatre "experts" (des vrais, pas des potiches) pour la guider sur la manière de procéder ;

- surprise : les experts estiment unanimement que la Commission n'a pas le pouvoir de diriger une enquête sur le judiciaire et qu'accessoirement leur intervention pourrait rendre invalides les procédures judiciaires annexes ;

- "Le vieillard en demeura stupide" (A. France, L'île aux pingouins). Mais pas longtemps. Revenus de leur stupeur, nos lawmakers furent prompts à rappeler exactement cette fonction : "Comment donc, c'est nous qui faisons les lois et nous ne pourrions pas entendre les magistrats ? C'est trop fort !...", oubliant un peu vite que si, de fait, ils  faisaient les lois, ils se devaient aussi d'y obéir... ou de les modifier. Or, justement, ils avaient créé il y a quelques années un Conseil supérieur de la Justice (PAS de la magistrature, ce qui avait été à l'origine d'un échange de noms d'oiseaux entre le législatif et certains magistrats) pour enquêter précisément sur les "dysfonctionnements" (mot surchargé) du judiciaire. Tout juste aussi s'ils ne contestaient pas la compétence de leurs experts, car j'ai entendu au moins deux parlementaires donner leur avis juridique sur la question, en désaccord total avec celui desdits experts ;

- pendant ce temps, le gouvernement se chamaillait, tempêtait, on entendait les coups de gueule de notre bourge lasnoise et de ses collègues, tout à sa rage de voir s'éloigner l'heure du réglement de comptes. A part ça, la séparation des pouvoirs, c'est sacro-saint et l'exécutif n'a pas le moins du monde voulu influencer qui que ce soit ni empiété de la moindre manière sur les prérogatives du législatif... (au loin, on entend Uyttendale-consort déclarer d'une petite voix flûtée que la Commission peut faire ce qui lui plaît - enfin, presque) ;

- coup de théâtre : les experts acceptent semble-t-il de revoir leur avis. Sans aucune pression, évidemment ! Et tous les Commissaires et législateurs de se taper dans le dos : "vous voyez, on vous l'avait bien dit ! Ils ont été un peu trop abrupts, et d'ailleurs tout ce qu'on leur demandait, c'était des conseils, pas une opinion... Ha ha ha ! ces profs d'univ, tout de même... ils vivent un peu sur des nuages..." etc., etc. Ils allaient donc venir à résipiscence ;

- or, pas du tout. Persistent. Signent. Démissionnent, sans doute légèrement agacés (et, oserais-je ajouter, harassés).

Cala il sipario (A. Campanile, Tragedie in due battute).

Belgique, terre de surréalisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by cdc - dans politique
commenter cet article

commentaires