Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 14:37

Le texte assez ignoble que Ruffin a publié dans Le Monde a heureusement reçu une réponse de J.-P. Le Dantec, réponse à laquelle je m'associe pleinement : 

Jean-Pierre Le Dantec " Vous me faites honte, monsieur Ruffin "

L'ex-directeur du journal d'extrême gauche " La Cause du peuple " dénonce la haine à l'encontre d'Emmanuel Macron exprimée par le réalisateur François Ruffin dans une récente tribune

 

agrandir la taille du texte
diminuer la taille du texte
imprimer cet article

Monsieur Ruffin, je lis dans Le Monde votre" Lettre ouverte à un futur président " (édition du 5  mai), et, à mesure que j'avance dans sa lecture, la haine qui en transpire, rythmée par un refrain on ne peut plus explicite (" Vous êtes haï, vous êtes haï, vous êtes haï "), antienne que, pour ne pas vous-même l'incarner, vous prêtez à ce " peuple " qui parlerait à travers vous, oui, à mesure que j'en mesure la noirceur, cette haine qui vous habite me donne la nausée.

Le 3  mai au soir, comme 15  millions de Français, j'ai assisté au déferlement de haine qu'a dû subir et supporter notre futur président de la République, m'interrogeant sur ce que j'aurais fait si je m'étais trouvé face à une goule qui, sans relâche, mentait, éructait, insultait un homme qui, courageusement, tentait d'expliquer sa démarche sans avoir recours à des fiches, avec sérieux et lucidité. Et le lendemain après-midi, dans mon journal, ça recommence. Ça repart avec autant de rage et de hideur.

Serait-ce qu'entre vous, monsieur Ruffin, et Mme Le Pen, la différence morale -serait infime ? Que vous seriez, comme elle, un vecteur de vulgarité, de haine et de violence ? Vous prétendez qu'autour de vous, dans tous vos déplacements au sein de ce que certains nomment " la vraie France ", M. Macron serait haï car son seul objectif (dissimulé bien sûr) serait, comme le répète à l'envi Mme Le Pen, de priver de leurs droits chèrement -acquis ceux qu'avec tendresse un philosophe humaniste malheureusement disparu, mon ami Pierre Sansot, appelait les " gens de peu ". Mais c'est vous, monsieur Ruffin, et c'est elle, Mme Le Pen, qui, depuis des années, sans égards ni pour la vérité ni pour la difficulté à trouver des solutions durables à la misère sociale, répandez cette haine auprès d'hommes et de femmes qui, aveuglés par la colère et le désespoir, se jettent sur vos " y-a-qu'à " comme des noyés sur une bouée. Et le pire, monsieur Ruffin, le pire, c'est que vous êtes de bonne foi, sans doute, dans vos imprécations. J'en parle d'expérience, pour avoir été moi-même, dans mon jeune âge, victime du même virus que vous.

Détestation préventive

Pour ceux – la plupart j'imagine – auxquels mon nom ne dirait rien, je précise en effet que, pendant une décennie, j'ai été un militant révolutionnaire anticapitaliste autrement plus radical et plus -déterminé que l'homme qui prétend -incarner aujourd'hui " le peuple " et " l'insoumission " puisque, au titre de directeur du journal La Cause du peuple, -j'ai passé neuf mois dans la prison de la Santé en  1971. J'étais plus excusable que vous et Mélenchon, il est vrai. C'était un autre temps. Une époque où, porté par les figures de Che Guevara, Ho Chi Minh et Mao, le " vent d'Est " révolutionnaire semblait l'emporter sur le " vent d'Ouest " impérialiste comme venait de le démontrer Mai 68. Sauf qu'on n'en est plus là. Et que, pour peu qu'ils aient dépassé l'adolescence, seuls les aveugles, les imbéciles, les ignorants ou les politiciens pervers peuvent ne pas avoir compris que les " révolutions -prolétariennes " dont j'ai rêvé, jeune homme, conduisent inéluctablement, comme c'est aujourd'hui le cas à Cuba et, en gésine, au Venezuela, à la ruine économique – donc au creusement de la misère –, à la perte des libertés, à la dictature, aux exécutions et parfois même aux massacres. Prétendre le contraire, à votre âge, c'est mentir au peuple et à soi-même, surtout si, comme votre champion Mélenchon, on est un peu frotté de marxisme puisque se dire partisan du matérialisme his-torique impose de s'en tenir, non à l'idéalisme, mais à la réalité des faits.

Sur la " légitimité fragile " dont disposera, selon vous, notre futur président de la République, je ne me prononcerai pas. Outre que les élections législatives n'auront lieu qu'en juin, ce n'est pas mon objet aujourd'hui. En revanche, je prends acte du fait que, avant même qu'aucune expérience de " flexisécurité " ait été tentée en France, vous propagez, à son égard, une détestation préventive, ce qui me semble, une fois de plus, un effet de la passion haineuse qui vous anime. -Votre film m'avait amusé, monsieur -Ruffin, votre " Lettre ouverte " me scandalise. A bon entendeur.

Jean-Pierre Le Dantec

© Le Monde

Partager cet article

Repost 0

commentaires