Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 23:14

Pas facile, tellement les points de vue sont tranchés, dans la Presse occidentale comme en Russie, et je reconnais n'avoir aucun début d'expertise ou de connaissance sur le sujet, sauf quelques rudiments d'histoire moderne et un examen assez soigneux de nombreux articles publiés un peu partout. Cela devrait tout de même suffire pour avancer un bilan, disons, nuancé.

 

Un premier point à liquider tout de suite : je n'ai aucune estime particulière pour V. Poutine ni aucun regret en ce qui concerne la chute de l'URSS ; on a voulu ("Les masques tombent") prétendre que Mélenchon aurait pris la défense de VP pour des raisons gauchistes qui m'échappent. Il me semble que le contraire serait vrai.

 

Mais quiconque se penche un peu sérieusement sur le sujet ne peut qu'être d'accord avec cette évidence : l'Ukraine est un Etat mais ce n'est pas une Nation. Il y a certes un mouvement nationaliste ukrainien qui date depuis longtemps, et les Ukrainiens ont payé un prix effroyable sous Staline qui les a littéralement (littéralement) affamés, millions de morts, ne l'oublions pas. N'oublions pas non plus que l'Ukraine a non seulement accueilli l'armée nazie à bras ouverts (comme beaucoup dans les pays baltes, et je veux le dire encore après avoir voyagé par-là, d'une manière compréhensible : les ennemis de mes ennemis pouvant être des amis, paralogisme qui me laisse assez sceptique) mais aussi en collaborant de manière enthousiaste à l'extermination des Juifs - Lvov (ou Lviv) étant un berceau du Shtetl. N'oublions pas non plus que la Crimée a été plus ou moins dévolue à l'Ukraine par Khrouchtchev pour des raisons politiques peu importantes, puisque de toute façon l'Ukraine était partie entière de l'Empire et que Sebastopol était le centre de la marine soviétique en ce qui concerne sa marine. Donietz et la Donbass étaient toujours évidemment un centre sidérurgique d'une importance capitale pour l'URSS.

 

Revenons à Kiev. C'est Georges Bush le premier (enfin, le second...) qui a proposé l'adhésion du pays nouvellement indépendant à l'OTAN (contre l'avis de près des 2/3 des Ukrainiens), ce que la Russie ne pouvait absolument pas admettre : l'OTAN aux frontières de la Russie n'était pas négotiable, comme on l'a vu avec la sinistre affaire de la Géorgie, où la Russie est intervenue d'une manière brutale sans que l'OTAN lève le petit doigt pour la défendre, évidemment (et je me souviens d'un mien ami de l'OTAN me disant que les Géorgiens étaient "un peu fous"...).

 

Revenons à Kiev. Bien sûr Yanoukovitch est un misérable dictateur, mais que faut-il dire de ses "contestataires" ? Timochenko est-elle une BD de la ligne claire ? Et, images après images, n'a-t-on pas vu dans les révoltés de Maïdan de purs fascistes, antisémites et ultra-nationalistes tirer et jeter des bombes jusqu'à obtenir au moins un poste ministériel dans un gouvernement issu - il faut tout de même le dire - d'un coup d'Etat ? Et les "Russes" d'Ukraine ont-ils tort de penser que les tourne-vestes du Parlement de Kiev voudront les faire rentrer dans le rang ? Après tout, c'est la Commission européenne elle-même qui avait il y a peu rappelé l'Estonie à l'ordre, estimant qu'elle traitait bien mal ses ressortissants russophones.

 

Ce qui me fait - un peu - rire, c'est d'entendre Obama se fendre d'une attitude belliqueuse (il ne risque rien, lui. On pourra un jour reconnaître que c'est un Président très médiocre, qui n'a pour lui que son origine). Ah bon, les Russes envahissent la Crimée (essentiellement russophone et même Russe ethniquement comme une bonne partie de l'Ukraine - et je ne veux pas non plus faire l'impasse sur les Tatars qui ont aussi souffert sous Staline), alors que les USA ont envahi la Grenade, le Guatemala, l'Irak, etc ! Le tout en pleine conformité avec le droit international, bien sûr ! Special pleading, une fois de plus (et il va de soi que je ne suis pas un ennemi des USA, bien au contraire). Et l'Occident n'a-t-il pas épaulé le Kosovo à proclamer son indépendance d'une manière au moins aussi douteuse que le font les députés de Crimée ?...

 

La Russie n'acceptera jamais ce qu'il faut bien admettre comme son ennemi à sa porte. On en fera ce qu'on voudra, mais c'est ainsi. Les USA n'ont pas voulu de missiles soviétiques à Cuba, la Russie en fera de même en ce qui concerne la Crimée.

 

Tout cela n'est pas facile, mais je ne peux m'empêcher de constater que la Presse occidentale est presque au niveau de celle de la Russie... Comparer la situation actuelle avec celle des Sudètes ou Poutine avec Hitler est d'un niveau intellectuel assez misérable.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sceptique 07/03/2014 05:52

J'approuve dans son ensemble, votre analyse, et votre conclusion: l'Ukraine est un État, mais pas une Nation. La géographie de l'ensemble russo-sibérien le prédisposait à constituer un empire tenu d'une main la plus forte possible. La faute des bolcheviks a été de créer cette fiction des Républiques Socialistes Soviétiques, tenues par la terreur. L'écroulement du système a libéré les rancunes et les ambitions personnelles. Aucune République Socialiste n'a un vrai régime républicain. Les rapports de forces sont encore partout à l'oeuvre. La logique serait l'accrétion des débris de l'empire russe dans un nouvel ensemble fédéral. Ça ne se fera pas à l'échelle de temps de deux ou trois générations.