Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 19:02

Je ne sais si c'est la même chose ailleurs, mais la Belgique s'intéresse de près au froid intense qui règne aux USA. C'est chaque jour à tous les points info de la RTBF qu'on entend parler de cette vague polaire, avec des commentaires extrêmes (le plus froid depuis..., depuis... parfois dix ans, parfois vingt ans, on n'en sait trop rien, comment comparer des températures avec des mètres de neige, en Alabama ou à Buffalo ?). Mais enfin... J'entendais parler de températures de -50°C : aïe ! Vraiment si basses que ça ? Du temps où j'allais régulièrement à Detroit (Michigan), il m'arrivait souvent en hiver d'affronter des températures de -25 ou -30°C. Les gens là-bas y étaient accoutumés, moi moins. Mais -50 !?.

Et puis je suis tombé sur WUWT sur une carte des températures :

Températures Amérique du Nord (en °Farenheit)

Températures Amérique du Nord (en °Farenheit)

Non, ça ne collait pas vraiment... Et puis, depuis hier, le pot-aux-roses est découvert ! En fait, on parlait de "températures ressenties" ! Autrement dit, corrigées par la vitesse du vent (et accessoirement de l'humidité, je suppose). C'est une métrique qui vaut, certes, mais pour les animaux (surtout les Hommes) et pas pour les thermomètres. Je le reconnais, aucune voix n'a à ma connaissance encore imputé ce vortex polaire particulier au dérèglement climatique anthropogénique (à la différence des hivers précédents) ; il faut dire que les températures exceptionnellement douces de l'Europe font scandale, donc les météorologues se tâtent, même ceux qui dépendent de la férule GIECiste de leur patron, le redoutable Jean-Pascal van Ypersele, vice-Président dudit GIEC !

Et, à cet égard, une petite parenthèse : 48% des membres de la Société américaine des météorologistes (AMS) diffèrent d'opinion sur les conclusions du dernier rapport de ce GIEC. Ce sont des météorologistes, pas des modeleurs. Comment étouffer le scandale ? Très simple : il faut éjecter ces négationnistes de l'AMS... (j'avoue ne pas retrouver la référence, mais vous pouvez me faire confiance - c'est d'ailleurs une réaction très commune de la part des militants : faites taire mes contradicteurs ; on en trouve un excellent exemple dans un récent article du Guardian : Should Australian newspapers, like Fairfax, publish opinion pieces that deny or seek to cast doubt on man-made global warming?).

Et donc, j'ai encore eu droit ce matin à "un record de froid depuis 20 ans : -53°C !!!...ressenti ".

Notez, je comprends les journalistes, ça leur fait une minute assurée à chaque point info, une véritable aubaine !

 

Ce que je comprends moins, c'est qu'ils passent à côté de la saga la plus marrante de cet hiver, les aventures de M. Chris Turney, pardon, du Professeur Chris Turney, expert en charlatanisme et changement climatique :

 

Cartoon by Josh

Cartoon by Josh

Ce gugusse a rassemblé quelques scientifiques et quelques journalistes (dont les inévitables du Guardian, ça va de soi) pour rééditer cent ans plus tard une expédition vers le Pôle Sud, et, plus précisément pour montrer à quel point le réchauffement climatique anthropogénique faisait fondre la banquise. Plein été austral, ciel bleu, plein soleil, on y va !

Seulement voilà : le ship of fools s'est fait bloquer par un englacement que le Bozo en chef n'avait pas prévu, sans doute aussi en raison de son incompétence crasse et de son obstination face à un commandant mieux au courant des choses. Il a fallu envoyer au moins trois brise-glaces - qui ont échoué, puis un hélico pour sauver tout ce joli monde.

Les vrais scientifiques des bases polaires apprécient peu :

"In an interview with AFP, Yves Frenot, director of the French Polar Institute, said he had no issue at all with rescuing those aboard the stricken vessel.

He said the trip itself was a ‘pseudo-scientific expedition’ that, because it had run into difficulties, had drained resources from the French, Chinese and Australian scientific missions in Antarctica."

"The trip on the Akademik Shokalskiy was aimed at emulating a 1911-1914 expedition by the Australian explorer, Sir Douglas Mawson.

‘This kind of commemorative expedition has no interest from a scientific point of view,’ said Frenot.

Because of the rescue operations, French scientists had had to scrap a two-week oceanographic campaign this month using the Astrolabe, Frenot said.

‘The Chinese have had to cancel all their scientific programme, and my counterpart in Australia is spitting tacks with anger, because their entire summer has been wiped out.’"

Et, selon un e-mail d'un autre chercheur :

"The Australian ice breaker Aurora Australis was here at Casey [Station, Antarctica] in the process of unloading the coming year’s supplies for the station, as well as a number of researchers and their science gear for this summer’s activities, when the emergency response request was issued. The Australians shut down the unloading very quickly and left within a few hours after the request arrived but only about a third of the resupply was completed and a lot of that science gear was still on board.

The short- and long-term impacts on the Australian science program are pronounced as you can imagine and I understand it is the same for both the Chinese and French programs since their icebreakers were diverted, too. I’ll be sitting down to New Year’s Eve dinner in a few minutes with a number of Australian researchers including the director of the Australian Antarctic Division Tony Fleming – many of these guys can’t complete the research they’ve been planning for years because some or all of their science gear still is on the Aurora. [bold added]".

Inutile de dire que l'histoire fait le tour de la planète médiatique, sauf - curieusement - de nos media francophones (un petit article dans Le Monde, rubrique Planète, donnant peu de détails croustillants). Les Australiens, par exemple, ne sont pas prêts à payer les quelque 1,5 millions de dollars (au bas mot) que cette clownerie risque de coûter (l'Auguste est australien, professeur-sic à l'Université de New South Wales)

Bizarre, tout de même... Je ne suis en aucun cas adeptes des théories du complot, mais je crois de plus en plus aux vertus (si j'ose dire...) de l'autocensure inconsciente.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JG2433 09/01/2014 00:06

Au temps des déportations soviétiques, pour les "zeks" de la Kolyma, par exemple, la dispense de travail n'était décidée par les autorités du camps, que lorsque le thermomètre descendait en-dessous de -35°C – le facteur vent n'étant pas pris en considération, à ma connaissance.

"Nafout"… la température ressentie…

cdc 09/01/2014 14:58

Précisons pour les lecteurs qui l'ignoreraient qu'un "zek" est un déporté au Goulag (abréviation de « zaklioutchoniï »). Rappelons aussi qu'une punition consistait à exposer un prisonnier nu et à l'arroser d'eau. La statue dégelait au printemps.

bob 08/01/2014 01:13

Faire peur avec les températures ressenties, voilà la nouvelle trouvailles des journalistes. Journalistes qui feraient bien de relativiser la vague de froid aux USA par rapports aux températures moyennes hivernales canadiennes. Effectivement -30C ce n'est pas chaud, mais ce n'est pas le fin du monde non plus. Au Manitoba il faut attendre -45 avec le facteur vent pour que le service de bus scolaire cesse: http://globalnews.ca/news/1066216/cold-causes-school-bus-cancellations-again-tuesday/ Ça donne quand même de la marge!
Enfin seuls les courageux qui travaillent dehors à ces températures se soucient du «ressenti». Plus de vent veut dire plus de couches de vêtements et surtout des couches coupe vent. Pour le businessman urbain utilisant les tunnels chauffés du métro c'est inutile.