Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Humeur !

Nucleardelinquent teen 150x200BioHockey%20Stick%20Jacket3 HandsOff-copie-1 

Recherche

Articles Récents

Autres Liens

23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 21:21

Oui, joyeux Noël, quoi que cela veuille dire.Le sapin de la Grand'place de Bruxelles est revenu de ses errements précédents, mais évidemment la crèche y est toujours. Pour un vieil athée quelque peu marxiste comme moi, je n'ai pas grand'chose à y redire, contrairement aux multiculturalistes US qui veulent en faire un pot-pourri assez ridicule.

 

Oui, la Noël est une fête héritée des Saturnales, un vieux fonds païen et c'est devenu une fête familiale où on se trouve bien ensemble, avec plein de bons sentiments et une volonté d'échanger des cadeaux et de se faire une bonne bouffe, caviar, saumon fumé, dinde et foie gras (nonobstant les tristes hurlements de Gaïa). Ah que c'est lamentable tout ça, non ? J'en ai déjà assez parlé, mais heureusement, la Presse francophone ne suit pas le Guardian ni toute la Presse britannique dans sa condamnation de cette horrible fête de l'hyper-consommation qui détruit la planète... (voir ici et ).

-------------------

Lu ça dans l'édito du Monde (je brise peut-être un copyright, mais j'attends leur Cease and desist... )

 

L'implantation d'un cœur artificiel chez un patient, réalisée le 18 décembre à Paris par le professeur Christian Latrémouille et son équipe, constitue une triple prouesse : médicale, puisque c'est une première mondiale ; économique, car elle associe recherche scientifique et innovation industrielle et financière ; française enfin, dans un pays plus enclin à ressasser son déclin que ses progrès.

Pour le professeur Alain Carpentier, qui a conçu ce cœur, c'est d'abord un aboutissement. Il lui aura fallu un quart de siècle pour que son rêve devienne réalité. On ne saurait trop saluer le mérite et la ténacité de ce médecin, qui avait déjà révolutionné sa discipline en concevant des valves mieux tolérées par les patients ou en invitant l'ordinateur dans le bloc opératoire. C'est également une promesse : même s'il faut attendre que d'autres patients reçoivent et tolèrent ce greffon d'un nouveau genre pour confirmer son efficacité, la voie est désormais ouverte.

L'histoire de la médecine est jalonnée de ces moments décisifs où des pionniers prennent la responsabilité et le risque d'oser. On se souvient de la première greffe du cœur réalisée par le professeur sud-africain Christiaan Barnard en 1967. Le patient, Louis Washkansky, succomba 18 jours plus tard d'une pneumonie. Mais, depuis, des dizaines de milliers de personnes en sursis ont été sauvées par ce type de greffe. L'enjeu est aujourd'hui le même : redonner un cœur à des patients alors que les listes d'attente de greffons s'allongent de façon dramatique, partout dans le monde.

Ce défi médical se double d'un pari industriel : si le cœur développé par la société Carmat confirme ses capacités, c'est un marché potentiel de plusieurs milliards d'euros qui s'ouvrira à lui (100000 malades en Europe et aux Etats-unis, pour un coût de la prothèse de 160000 euros). Les investisseurs qui ont misé sur cette société cotée verront leur audace récompensée.

Le cœur artificiel du professeur Carpentier est, en outre, le fruit d'une extraordinaire aventure " made in France ". Elle associe un " patron " de l'hôpital public et un capitaine d'industrie, Jean-Luc Lagardère, PDG de Matra, qui décida de le soutenir. Mais aussi des ingénieurs et des médecins qui ont poursuivi leur collaboration après la mort du mécène. Enfin des business angels, des fonds publics (33 millions d'euros d'Oseo, après bénédiction européenne) et des crédits d'impôt recherche (5 millions en 2013).

Est-ce la recette pour d'autres premières ? Dans une lettre adressée à Alain Carpentier et à ses collègues, François Hollande souligne que " la France peut être fière de cette action exceptionnelle au service du progrès humain ". Fierté légitime. Mais il y a quelques jours, l'Académie des sciences lançait un cri d'alarme à propos des réductions de crédits affectant la recherche. " Une recherche de haut niveau est le meilleur espoir de notre économie ", concluait-elle. Le cœur artificiel en est un exemple. Il ne faudrait pas qu'il reste exceptionnel. 

 

C'est magnifique et ça me fait chaud au coeur. Je me permets de souligner ce paragraphe : Elle associe un " patron " de l'hôpital public et un capitaine d'industrie, Jean-Luc Lagardère, PDG de Matra, qui décida de le soutenir. Mais aussi des ingénieurs et des médecins qui ont poursuivi leur collaboration après la mort du mécène. Enfin des business angels (...). Plus, c'est vrai, de l'argent public - c'est la moindre des choses. Mais c'est une très belle nouvelle, non ? J'espère simplement que les zécolos ne voudront pas la condamner au nom de je ne sais quelle fidélité au "naturel". Après tout, je me souviens qu'ici il y en avait quelques-uns qui avaient protesté contre les transplantations automatiques (sauf refus notifié) au prétexte que les insuffisances rénales étaient dues à des médicaments de l'infâme "Big Pharma"...

 

Et donc, je le répète : Joyeuses fêtes de fin d'année à vous tous !

 

P.S. On passe Le secret de la Licorne de Spielberg à la RTBF. Ce qui me permet de dire que ce film est évidemment abominable. Où est passée la "ligne claire" ? A jeter.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

hs4020 23/12/2013 22:55

Très certainement un quelconque groupuscule va invoquer le principe de précaution qui est inscrit dans la constitution française.
Comme pour la fracturation hydraulique.